Juliette Gosselin: la belle de Ricardo dans 1991

Elle incarne l’idéal féminin, dans 1991, le plus récent volet de «l’autobiographie» signée Ricardo Trogi. Or Juliette Gosselin est plus qu’une belle actrice. Elle scénarise, réalise et… gagne des prix!

  0

Photo: Films Séville

Dans 1991, le plus récent film de la série autobiographique du cinéaste Ricardo Trogi (après 1981 et 1987), elle incarne Marie-Ève Bernard, convoitée par le personnage principal. Maintenant âgé de 21 ans, Ricardo, interprété par Jean-Carl Boucher, part rejoindre sa belle jusqu’à Puglia, en Italie, pour un cours d’été, en s’imaginant qu’ils vivront des retrouvailles grandioses… « Il l’idéalise sur tous les plans. Il trouve qu’elle danse bien, qu’elle a de la répartie, et même qu’elle a une bonne hygiène dentaire ! » dit Juliette en riant. L’actrice nourrit depuis toujours une passion pour le septième art, ce qui l’a menée à des études en réalisation et en scénarisation à l’UQÀM. « Je ne me suis jamais vue ailleurs que sur un plateau. Depuis mes 12 ans, j’observe les autres qui y travaillent. La réalisation, cette responsabilité d’assembler toutes les pièces d’un casse-tête, m’a toujours fascinée. » Son court métrage Mes anges à tête noire, coréalisé avec Florence Pelletier, a remporté en 2016 le Horizon Award – un prix destiné aux réalisatrices de la relève qui donne droit à un accès au festival de Sundance. Elle planche maintenant sur un long métrage, une comédie sur l’amitié et le monde de la pub, avec son amie, l’auteure Sarah-Maude Beauchesne. Mais, en attendant, on ira la voir au cinéma avec Ricardo…

1991, en salle le 27 juillet.

À lire aussi: Expos et films à voir absolument, à l’affiche jusqu’à l’automne

Impossible d'ajouter des commentaires.