Klô Pelgag: un tête-à-tête avec une artiste étonnante

Rencontre avec Chloé Pelletier-Gagnon, l’excentrique étoile filante de Sainte-Anne-des-Monts.

  0

Photo: Presse Canadienne/Graham Hughes

On dit souvent qu’elle est excentrique. Peut-être. Chose certaine, sa musique est à l’image de son parcours : riche et colorée. L’an dernier, elle remportait le prix de l’auteur ou compositeur de l’année au Gala de l’ADISQ – comme quoi la marginalité peut triompher. On a alors tous retenu son nom : Klô Pelgag, première femme à obtenir ce trophée depuis Francine Raymond en 1993 !

Si tu n’avais pas été auteure-compositrice-interprète, qu’aurais-tu aimé faire ? Je n’ai jamais pensé faire autre chose, à part peut-être travailleuse sociale quand j’étais enfant, parce que c’était le métier de mes parents. Je trouvais ça beau, de pouvoir aider les gens grâce à son boulot. Mais ce qui m’attirait déjà avant tout, c’étaient les mots. J’écrivais des poèmes dans les livres de recettes de mon père et j’avais même créé mon propre dictionnaire de rimes !

Pour toi, une journée satisfaisante, c’est… Celle où tu as une bonne idée.

Tu te sens privilégiée de… D’avoir une tribune qui me permet d’exprimer des choses qui sortent de l’ordinaire. L’espace public est accueillant pour la politique, le divertissement, le mensonge… La place pour l’art y est étroite, mais tellement importante. C’est un privilège d’y être entrée.

Photo: iStock.com/Aroax

Ton métier te fait beaucoup voyager. Tu ne pars jamais sans… Mes écouteurs.

À lire aussi: Coeur de pirate: toujours aussi pertinente

En amitié, tu es… À l’écoute.

Une tenue qui te réconforte ? J’aime les vêtements amples, qui donnent l’impression de s’emmitoufler.

Un pays ou une ville où tu irais t’installer demain matin ? Je veux vivre en français, et le Québec est un bel endroit où habiter. Je ne déménagerai pas.

Quel artiste t’émeut le plus ? Le pianiste Chilly Gonzales. Sa musique me procure un sentiment rare : un parfait mélange de bien-être et de nostalgie.

Un film qui t’a marquée ? Léolo (de Jean-Claude Lauzon, 1992). Je devais avoir 17 ou 18 ans, ça passait à la télé. Une œuvre tellement weird

Le livre que tu lis en ce moment ? Voyage au bout de la nuit (de Louis-Ferdinand Céline, 1932). Sachant que Céline est considéré comme l’un des plus grands écrivains français du 20e siècle, c’est une lecture que j’appréhendais un peu… Mais j’adore ça !

Une odeur qui te fait triper ? Le sapin, le bran de scie ou l’arôme du pain qui cuit. Pas celui de la boulangerie, celui qu’on fait à la maison.

À lire aussi: Jean-Michel Blais: le pianiste anticonformiste

Qu’est-ce qui te fait peur ? Une fois, dans un chalet, j’ai décidé d’aller me promener seule dans la forêt et j’ai vu une cabane abandonnée. J’avais envie de regarder à l’intérieur, mais j’ai craint qu’une tête apparaisse ! [Rires] Je pourrais aussi te dire « un plancher qui craque ». Les gros clichés alimentés par les films… Est-ce qu’on aurait ces peurs-là si le cinéma n’existait pas ?

Le plat que tu réussis le mieux ? Une des premières choses que mon père m’a montré à cuisiner quand je suis partie en appartement : des pâtes fraîches. C’est devenu ma spécialité !

Une période de ta vie que tu as détestée ? Mon adolescence. Je me sentais en prison. Je n’avais pas de cours de musique ou d’art. Je ne me retrouvais dans rien. J’avais hâte de crisser mon camp.

Tu trouves tes meilleures idées… En marchant. Rien n’équivaut à ça, sauf peut-être l’état juste avant le sommeil. Tsé, quand il faut absolument que tu te lèves pour écrire ce que tu viens de penser, sinon c’est sûr que tu l’oublieras ?

Une folie que tu aimerais faire avant de mourir ? Juste de pouvoir prendre le temps, par exemple, d’apprendre le nom des fleurs.

Photo: Getty Images/Santiago Felipe

La femme la plus formidable qui soit (mais pas le droit de désigner ta mère !) ? Marie Curie. Je dirais aussi Björk, une musicienne libre qui se réinvente sans cesse. Elle fait ce qu’elle veut.

Un autre talent que tu aimerais posséder ? Être capable de construire des meubles. C’est quelque chose de concret…

Tes trucs pour gérer le stress ? Tout fermer. Prendre une pause des médias sociaux, aller nager, lire…

Qu’est-ce qu’une vie réussie ? C’est d’être heureux, mais pas avec des objets.

Tu aimerais que les gens se souviennent de toi comme d’une personne… Intelligente.

À lire aussi: Katherine Levac: On likelikelike!

Photo: Presse Canadienne/Mario Beauregard

Impossible d'ajouter des commentaires.