Vacances en famille: 7 bonnes raisons de sortir de la maison

Des vacances inoubliables, ça ne se passe pas forcément dans le Sud et ça ne coûte pas les yeux de la tête. Les souvenirs qui marqueront notre famille sont souvent bien moins loin et beaucoup plus simples qu’on le pense. On en parle avec l’une des filles du blogue Maman a un plan, Marianne Prairie.

  0

 

 

Photo: Caroline Dostie

 

Photo: Caroline Dostie (Marianne Prairie et Odile Archambault).

Partir en famille, que ce soit pour un après-midi ou trois semaines, c’est souvent bien compliqué. La planification à elle seule peut nous décourager. C’est en partie pour cette raison que les auteures du blogue Maman a un plan, Odile Archambault et Marianne Prairie, ont décidé de publier un livre à propos de leurs aventures. Conseils, listes à ne pas oublier, destinations incontournables, Maman a un plan: en famille sur la route nous persuade en un coup d’œil de partir à l’aventure. On a donc rassemblé les arguments les plus convaincants de Marianne Prairie, rencontrée dans un café de son quartier, à Verdun. Photo: Caroline Dostie (Marianne Prairie et Odile Archambault).

1. Faire ça simple

Pas besoin de traverser la côte est des États-Unis pendant trois semaines pour se dépayser. Un simple pique-nique peut suffire à changer le mal de place. «On peut aller dîner au parc ou bien faire un petit road trip d’une journée pour aller goûter toutes les meilleures poutines de l’Estrie», suggère Marianne. Pour sa part, quand le besoin de nature est trop grand et les jours de congé trop peu nombreux, une simple virée au parc Angrignon, à quelques pas de chez elle, suffit à faire patienter la famille jusqu’au prochain long congé.

À lire aussi: 17 destinations pour des vacances inoubliables en famille

2. Se découvrir

Sortir de la routine permet de voir de nouvelles facettes de chaque membre de la famille. Les enfants sont différents dans la nature, quand on ne les presse pas pour qu’ils s’habillent ou marchent plus vite jusqu’à la garderie. «J’ai découvert en faisant de la tyrolienne que ma fille de sept ans était bien meilleure que moi. Et les enfants aussi nous découvrent sous un nouveau jour. Voir leur père allumer un feu en camping, ç’a été impressionnant pour mes filles», raconte-t-elle.

Photo: Caroline Dostie

3. Construire la légende familiale

Ces histoires qu’on se racontera pendant des décennies et dont nos enfants se souviendront quand ils élèveront eux-mêmes leur famille, c’est maintenant qu’elles s’écrivent. Et ce ne sont pas toujours les grandes activités qui passeront à la postérité. «C’est toujours drôle de voir de quoi les enfants se souviennent le plus, comme la frite au McDo ou la partie de soccer improvisée à la halte routière», indique Marianne. Elle souligne également que les pires mésaventures – une averse torrentielle en camping ou l’oubli des poteaux de la tente – deviennent bien souvent de véritables légendes à long terme. Même si, sur le coup, on peut avoir l’impression que nos vacances sont gâchées, cette histoire entrera peut-être dans la mythologie familiale comme une leçon de débrouillardise incroyable.

À lire aussi: Vacances en famille: comment faire plaisir à tout le monde

4. Transmettre des valeurs importantes

La débrouillardise en est une, assurément. Et le camping, une excellente façon de la développer. La créativité, aussi. Il n’y a rien de tel qu’un long voyage en voiture ou un jour de pluie sans WiFi pour la faire naître. «On a souvent peur que les enfants s’ennuient en voyage, mais je crois que c’est au contraire une belle occasion pour eux d’apprendre à se divertir autrement, fait valoir l’auteure. On n’est pas obligée de jouer les G.O. pendant tout le séjour.»

Photo: Caroline Dostie

5. Souder la famille

«Chaque fois, ça nous fait du bien à tous. Ces aventures nous ramènent à l’équilibre, nous soudent. Et je me rends compte que mes enfants ont besoin de ces moments dans la nature», raconte Marianne. Avec les années, elle a aussi réalisé que la préparation pouvait faire partie du plaisir et que c’était beaucoup plus agréable quand toute la famille était impliquée. «On s’assoit tous ensemble et on regarde les cartes, les photos, les activités qu’on pourrait faire. Ça fait que les enfants participent, qu’ils s’approprient leurs vacances.»

6. Faire des trouvailles

Le Québec est plein de surprises et de lieux magiques. Ils sont souvent la destination, mais peuvent aussi constituer de belles découvertes le long de la route, pendant une pause pour se dégourdir les jambes. «Sur la route avec des enfants, il faut multiplier les arrêts. On doit l’assumer et faire avec. Mais il y a aussi moyen de profiter de ces moments. Je me souviens de plusieurs de ces petites merveilles. Un casse-croûte exceptionnel, un champ magnifique où on avait fait des photos, un parc… Il faut apprendre à profiter du trajet», philosophe-t-elle.

Photo: Caroline Dostie

7. Revenir chargée à bloc

Qu’on ait besoin de faire le plein de nature, de nostalgie, de repos ou de magie, il y a une multitude de possibilités. Il suffit de déterminer à l’avance ce qu’on va chercher. «Il n’y a pas seulement le camping ou les hôtels cinq étoiles. Maintenant, on a accès à toutes les nuances entre les deux. On peut dormir dans une yourte dans les parcs nationaux, louer un chalet ou faire un camp de vacances en famille. Qu’on ait besoin de calme et de solitude ou qu’on ait envie d’être pris en charge et de ne jamais se demander ce qu’on va faire chaque jour, il y a des solutions pour tous. C’est pour ça qu’on a divisé notre livre selon les différents besoins des familles», explique Marianne.

Alors, on part quand?

Maman a un plan: en famille sur la route, par Marianne Prairie et Odile Archambault, Parfum d’encre, 192 pages, 24,95 $

À lire aussi: Les ingrédients d’une famille heureuse

Impossible d'ajouter des commentaires.