Voyager sans mettre en péril son budget

Des trucs tout simples pour voyager à bon compte.

  0

Photo: Stocksy/aila images

Jennifer Hamelin adore voyager. Au moins trois fois par année, cette mère célibataire part à la découverte de l’Europe, de l’Asie ou des États-Unis. Au fil de ses pérégrinations, elle a acquis une multitude de trucs pour donner libre cours à ses envies sans se ruiner.

Sa principale recommandation : faire preuve de souplesse, autant pour la destination que pour la date de départ. « Quand j’ai envie de partir, je garde toutes les options ouvertes. Je magazine les vols sur des applications de voyage et quand je trouve une aubaine incroyable, j’achète », dit cette globe-trotteuse.

Ainsi, il vaut la peine de partir un mardi ou un mercredi plutôt que durant le week-end. « On économise des centaines de dollars. Si on a un horaire flexible, on travaille la fin de semaine précédant son départ et on s’envole un mercredi soir pour éviter de perdre des revenus ou de gruger dans ses jours de vacances », suggère cette Lavalloise.

Un réseau de contacts, ça ne sert pas qu’à l’avancement professionnel. Un collègue connaît peut-être des gens qui ont un chalet à louer ou un appartement londonien à prêter. Qui sait ? « Informez-vous ! Les propriétaires préfèrent faire affaire avec des connaissances plutôt que de louer à des étrangers par l’intermédiaire d’une plateforme qui leur facture des frais », dit-elle.

D’autres trucs de notre experte : on réserve les visites guidées auprès de guides locaux, on privilégie le transport en commun plutôt que le taxi – « Au risque de se perdre joyeusement ! » –, on choisit des appartements où l’on peut cuisiner sur place, on n’accepte jamais de payer en dollars canadiens à l’étranger (un service qu’offrent certains commerçants, mais à un taux de change souvent défavorable). Les billets pour les visites et activités touristiques ? « Ils se vendent souvent au rabais sur Internet », dit-elle.

Avant le jour J, régler ses achats avec sa carte de crédit peut faire économiser. De nombreuses cartes offrent une assurance voyage sans frais, couvrant les soins médicaux, la perte ou le vol de bagages, l’annulation ou l’interruption de voyage, ou comprenant une indemnité en cas de décès – il est bon de vérifier pour ne pas se procurer des assurances supplémentaires inutiles. Certaines cartes de crédit voyage n’exigent pas de frais pour la conversion de devises en plus de donner gratuitement accès aux salons VIP dans les aéroports internationaux.

Les voyages, c’est aussi l’occasion d’échanger les points de récompense de sa carte de crédit contre des vols ou des réservations à l’hôtel. « Beaucoup de gens payent leur voyage annuel avec leurs points », constate Claude Gamache, conseiller en voyages chez Club Voyages Malavoy. Une belle façon de se gâter sans vider son portefeuille.

Kevin Hamel, du Groupe Investors, recommande de planifier le budget vacances avec rigueur. « Un voyage, ça doit faire partie de nos objectifs d’épargne. Chaque mois, on met de l’argent de côté pour payer cette récompense, comme on le fait pour l’épargne-retraite. Le but est de partir en puisant dans nos économies plutôt qu’en nous endettant », explique le conseiller en sécurité financière.

Une fois à l’autre bout de la terre, on doit aussi rester les pieds… sur terre. « La discipline financière est de mise partout ! Avec un budget solide et un plan précis, on risque moins de succomber à la moindre tentation », soutient-il. À moins que notre budget prévoie une p’tite folie !

À lire aussi: Acheter une maison en solo, pourquoi pas?


Rendez-vous plus vite à destination grâce à notre combo bancaire Voyages.

Avec le combo bancaire Voyages de la Banque Scotia, vous accumulez plus de Points-bonis Scotia pour vos achats courants, ce qui vous aide à partir vers votre destination préférée encore plus vite.

Pour plus amples informations, allez à banquescotia.com/combovoyages.

 

Impossible d'ajouter des commentaires.