3 familles parties au bout du monde

Témoignages de voyageurs avertis.

  0

Envie de tout laisser tomber et de partir à l’aventure? Ces voyageurs ont osé plier bagage pour plusieurs mois et sauront sûrement vous inspirer…

cécile choyau et sa fille en colombie-britannique

Qui : Cécile, François-Xavier et leur fille de six ans, Emma.

Le grand voyage : le tour du monde pendant trois ans.

La maison de Cécile Choyau et de son conjoint est presque vide. « Ça résonne un peu! », lance-t-elle au bout du fil, quelques jours avant le grand départ. Cécile et François-Xavier ont quitté leur emploi, vendu leur maison, leur voiture et presque tous leurs biens.

« On s’est préparés pendant un an et demi, indique Mme Choyau. C’est un peu vertigineux de sortir de sa zone de confort, mais c’est ce qu’on voulait depuis longtemps. » Sur la route, qui les amènera sur cinq continents, la petite famille se déplace presque entièrement à vélo.

Pendant les 1 000 prochains jours, la petite famille s’impose la simplicité volontaire. Dans ses bagages : trois vélos, huit sacoches et une petite remorque pour l’équipement de camping… Son budget pour cette aventure : 100 000 $. L’achat d’un triplex à loyers, il y a sept ans, et la vente de celui-ci ont permis d’amasser les sous nécessaires.

cécile fait l'école sur la route pour sa fille emmaLe couple a planifié le parcours selon les saisons, mais se permettra quelques dérogations. Si le climat géopolitique de certains coins du monde l’impose, par exemple. Comme Cécile et François-Xavier voyagent avec leur fillette, ils n’ont toutefois rien laissé au hasard. Ils ont suivi des cours de secourisme et de mécanique et ils devront aussi s’assurer de l’éducation d’Emma, six ans, à raison de deux heures trente par jour.

On peut suivre leur périple sur le blogue Rêve nomade.

Marialaine et sa famille au LaosQui : Marilaine, Frédéric et leurs deux enfants, Louka et Manu.

Les grands voyages : un an aux États-Unis et en Amérique centrale en 2002, pour leur lune de miel. Dix ans plus tard, un long séjour en Asie avec leurs enfants, alors âgés de deux et quatre ans. (Sur la photo  : le quatuor est au Vietnam.)

« Ça a énormément changé en 10 ans, constate Marilaine Bolduc-Jacob. C’est beaucoup plus facile aujourd’hui grâce aux nouvelles technologies. En Asie, on avait un itinéraire très vague qu’on confirmait au fur et à mesure. Quarante-huit heures avant de quitter une ville, on réservait sur Internet. »

Malgré tout, Marilaine croit en la pertinence de bien préparer son voyage… mais pas trop! « Plus on se prépare, plus on part l’esprit tranquille, avance la voyageuse, qui conseille de planifier les choses au moins trois mois à l’avance. C’est important d’avoir une idée du voyage qu’on souhaite faire, mais de ne pas avoir un itinéraire trop précis, pour garder l’effet de surprise et d’émerveillement. »

Pour ce qui est des bagages, l’idée, c’est de voyager léger, croit Mme Bolduc-Jacob. « C’est facile de trouver tout ce dont on a besoin à l’étranger, même pour les enfants et même dans les coins plus reculés. À quatre, nous avions deux sacs à dos et une valise. »

Lors de son retour d’Asie, Marilaine avait prévu deux semaines et demie supplémentaires à son congé sans solde avant de reprendre le travail. « Je voulais être prête psychologiquement, explique-t-elle. De la même façon, nous n’avons pas pitché les enfants tout de suite à la garderie. »

 

 

SONY DSCQui : Jordan et son conjoint, Thom.

Le grand voyage : un an autour du monde (Océanie, Asie, Europe).

Jordan St. James et son conjoint, Thom Seivewright, ont choisi de partir en décembre 2012 pour un an. En commençant leur voyage dans l’hémisphère Sud, en Nouvelle-Zélande (photo ci-bas), et en remontant tranquillement vers l’Asie, puis l’Europe, ils se sont assurés d’un climat estival pour les huit premiers mois de leur périple.

« Nous avions chacun une valise et un bagage à main, raconte Jordan St. James. Nous pensions que nous pourrions garder nos vêtements toute l’année, mais nous avons dû en acheter de nouveaux en cours de route et en expédier certains à la maison. Certains de nos vêtements, trop épais, n’étaient pas adaptés pour des climats comme celui de l’Inde. Aussi, nous avons réalisé que nous avions envie de magasiner un peu! »

Malgré ces achats imprévus, Jordan et Thom ont pu respecter leur budget initial de 80 000 $, des sous qu’ils ont commencé à économiser trois ans avant le départ. « Nous mettions 70 % de notre chèque de paye de côté. Puis, nous avons établi un budget très détaillé par pays et par ville… Ça comprenait même les dépenses pour les cartes postales et les timbres! »

SONY DSC

Si les préparatifs avant de partir sont importants, Jordan croit que la planification du retour est aussi primordiale. « Financièrement, afin d’avoir un coussin, mais aussi mentalement. » Le couple a donc vécu ses dernières semaines de voyage à Paris et à New York, des villes que les deux connaissaient bien, pour que la transition soit plus facile. « On ne peut toutefois jamais se préparer totalement au retour », conclut-il.

continuer la lecture
Publicité

Impossible d'ajouter des commentaires.