Cheveux: la coloration maison sans souci

Petites infos bonnes à savoir quand on décide que l’experte coloration, c’est nous. Et que le salon de coiffure, c’est la maison.

  0

Fini les traumatismes de coloration capillaire maison: les formules dégoulinantes, l’odeur âcre… Les produits nouvelle génération nous facilitent la vie en plus de prendre soin de nos cheveux.

Photo: iStock/ValuaVitaly

BON À SAVOIR… AVANT

Changement radical de couleur en vue? Une colo maison sert avant tout à camoufler les cheveux blancs, raviver une couleur ou donner de la brillance. Les nuances naturelles sont échelonnées de 1 (noir jais) à 10 (blond platine). Pour faire le bond extrême d’un brun foncé à un blond platine, il vaut mieux confier sa chevelure à des mains expertes, selon Denis Binet, styliste capillaire et ambassadeur Clairol et Pantene au Canada. Dans notre salle de bains, on s’en tient à des variations d’un ou deux tons maximum.

Attention, les crinières de Raiponce! On veut décolorer nos cheveux longs? Denis Binet déconseille vivement de procéder toute seule à la maison: trop difficile de bien répartir le produit pour obtenir un résultat uniforme. Même message d’alerte si nos cheveux sont délicats ou notre cuir chevelu, sensible (reste que des progrès technologiques ont permis de réduire le risque de réactions allergiques).

Liquide ou mousse? L’effet sera différent sur la fibre capillaire. Les formules liquides donnent un résultat plus opaque et pigmenté, alors que les colorations à texture mousse gainent les cheveux d’une nuance translucide.

À lire aussi: Coloration capillaire: 30 vedettes à la teinte parfaite

Effets spéciaux: pas touche! À la maison, on devrait éviter les balayages, ombrés et autres expérimentations à risques. Et on choisit toujours un produit selon le résultat désiré. En d’autres termes, un kit de coloration «globale» ne sert pas à faire des mèches.

Temporaire, semi-permanente ou permanente? • La colo temporaire, sans ammoniaque ni eau oxygénée, a un pouvoir couvrant de 30 % sur les cheveux blancs et s’estompe au bout de six à huit shampooings.  • La colo semi-permanente, sans ammoniaque, contient de l’eau oxygénée. Elle dure jusqu’à 28 shampooings et couvre 50 % des cheveux blancs. On l’utilise pour modifier les reflets, enrichir une couleur sur des cheveux naturels ou déjà teints. Elle sert à foncer les tons, jamais à les éclaircir.  • La colo permanente à base d’eau oxygénée peut contenir ou non de l’ammoniaque. Elle masque les cheveux blancs à 100 %, peut éclaircir ou foncer la chevelure de deux tons. Il est nécessaire de la refaire à toutes les quatre à huit semaines. Elle ne s’atténue pas au lavage.

Outils utiles Des doigts de fée ne servent pas à grand-chose au moment de l’application du produit. Mieux vaut s’équiper d’outils adéquats (pinceau ou brosse) pour répartir le colorant de façon homogène.

Fini l’odeur âcre L’odeur chimique est peut-être le facteur le plus rébarbatif de l’expérience coloration. Des parfums beaucoup plus agréables ont désormais remplacé les relents entêtants.

À lire aussi: Beauté: à chaque âge, sa routine

BON À SAVOIR… APRÈS

Plans de protection Pour préserver la couleur et capitaliser les reflets, on doit impérativement utiliser des produits cibles, comme des shampooings repigmentants et sans sulfate, des masques nourrissants, des sérums protecteurs et des soins thermo-lissants pour protéger de la chaleur du fer ou du sèche-cheveux.

Vade retro, satanée repousse Pour mâter la racine disgracieuse, on peut avoir recours à de multiples solutions. Rayon «prix abordables»: le stylo spécial repousse, à utiliser comme un feutre (la couleur tient jusqu’à trois shampooings). Le spray colorant éphémère, à vaporiser comme un shampooing sec. La poudre cache-repousse qu’on applique comme un fard avec un pinceau. Catégorie «petit luxe»: les microfibres de kératine teintée, qu’on saupoudre pour estomper le gris. On n’y voit que du feu!

 

Impossible d'ajouter des commentaires.