Quand la cigogne se fait attendre….

Ce n’est pas tout de prendre la décision de faire un bébé, encore faut-il que dame nature soit de notre côté.

  0
iStock_000017573769XSmall

Je suis mariée depuis bientôt 3 ans et nous tentons de faire un enfant depuis ce temps. Notre décision de devenir parents était mûrement réfléchie et nous nous sentions prêts à faire le grand saut. Mais la nature en a décidé autrement.

Il y a déjà quelques temps que nous sommes en clinique de fertilité. Nous avons déjà passé à travers quelques procédures infructueuses et nous sommes maintenant arrivés aux méthodes de conception (vraiment) plus assistées.

Il nous a fallu apprendre à vivre avec cette réalité, à faire le deuil d’une famille nombreuse comme on l’avait souhaité,  à être sincèrement heureux pour nos amies et collègues qui tombent enceintes, et à ne pas envier toutes ces filles à bedaine que l’on croise dans une journée! (On dirait qu’il y en a plus qu’avant, je me trompe?)

Mon coup de cœur de cette semaine n’en est pas un culturel, ni de beauté, ni de mode, il en est un personnel.

Mon coup de cœur va

….aux gens qui nous entourent, mon amoureux et moi. Nous avons fait le choix de ne pas parler en détails de ce que nous vivons. C’est notre jardin secret. Merci à nos amis et à nos collègues qui sont à nos côtés dans leurs pensées et leur cœur, mais qui respectent notre intimité et qui ne nous posent aucune question, qui nous laissent parler quand nous en avons besoin.

….à nos employeurs, qui malgré nos très nombreux rendez-vous, nous encouragent dans nos démarches et ne nous culpabilisent jamais de nos absences. Vous ne pouvez imaginer le poids en moins qui pèse sur nos épaules grâce à vous.

…. aux membres de nos familles, qui consolent nos peines et trouvent toujours les bons mots pour nous faire sourire. À mon père, ma mère, mon petit frère, ma grande soeur, mon beau-frère et mon filleul d’amour pour leur grande disponibilité et leur soutien.

…. à notre voisine Aurélie qui, matin et soir, vient me faire mes injections (parce que ni moi, ni mon chum ne sommes capables de voir une seringue en peinture). Son côté calme et rassurant me fait beaucoup de bien. Elle nous est très précieuse. 

….  mais surtout, à toutes les femmes qui partagent ma situation. On se croise dans les salles d’attente. On ne se parle pas, mais un simple regard suffit pour comprendre notre chagrin. Je vous souhaite la meilleure des chances! Bon courage!

Et pour finir, le plus gros des mercis à nos petits rayons de soleil d’amour; Maya, Sarah-Banane, Gabou, Juliette, Charlotte, Arthur, notre grande Alexou, Jérémy et Nathan qui font en sorte que l’attente est moins douloureuse. 

 

Impossible d'ajouter des commentaires.