La nostalgie heureuse d’Amélie Nothomb

Sur les traces du passé de la célèbre écrivaine.

  0

nostalgie

Vingt-troisième livre d’Amélie Nothomb. En mars 2012, après 16 années d’absence, l’écrivaine est retournée au Japon, pays où elle est née et qui lui a inspiré l’extraordinaire Stupeur et tremblements.

L’amorce

Une chaîne de télévision française propose à Amélie Nothomb un reportage sur les traces de son passé. On la filmera avec des personnes qui l’ont marquée. Sa nounou, Nishio-san, sa seconde mère, qu’elle a dû quitter, le cœur brisé, à l’âge de cinq ans. Rinri, le fiancé de ses 20 ans, qu’elle a abandonné sans explications – histoire qu’elle raconte dans Ni d’Ève ni d’Adam. On visitera les lieux de sa jeunesse : l’école maternelle d’où elle s’échappait pour courir à la maison, détruite lors du tsunami de mars 2011 ; le cimetière où, avec son amoureux, elle admirait les cerisiers en fleurs ; Kyoto, ville mythique métamorphosée en cité moderne.

Les thèmes

Premières années d’enfance, fondatrices. Premières joies et premières douleurs, indélébiles. Péril des retrouvailles ravivant les deuils. Confrontation risquée avec les souvenirs.

Les points forts

« Ce que l’on a vécu laisse dans la poitrine une musique : c’est elle qu’on s’efforce d’entendre à travers le récit. » Ce récit sans aucune fausse note, où une femme de 44 ans observe la petite fille de 5 ans et la jeune femme de 22 ans qu’elle a été. Étonnante, émouvante et sage Amélie Nothomb qui, « avec les moyens du langage », signe un superbe livre de nostalgie heureuse. Albin Michel, 162 pages.

Pour lire un passage exclusif de notre livre du mois : La nostalgie heureuse

10/04/2005. L'ecrivain Amelie Nothomb rentre au Musee Grevin.

Amélie Nothomb

Naissance au Japon en 1967. Famille appartenant à l’aristocratie belge, père ambassadeur, grand-oncle écrivain. À cinq ans, celle qui a longtemps cru qu’elle était nippone doit quitter ce pays pour suivre ses parents diplomates. La Chine, New York, le Bangladesh, la Birmanie, le Laos. À 17 ans, elle rentre à Bruxelles, où elle obtient l’agrégation en philologie romane. À l’adolescence, elle souffre d’anorexie et commence à écrire. Elle confiera dans une entrevue que l’écriture lui a sauvé la vie. En 1992, Hygiène de l’assassin, son premier roman, cause une onde de choc (tirage : 385 000 exemplaires). Qui est donc cette écrivaine singulière ? On l’apprendra au fil des ans puisque, depuis, chaque rentrée littéraire présente un nouvel opus de cette fille étrange qui porte des chapeaux extravagants, tient un discours brillant parfois incompréhensible, a mangé des fruits blets à la télévision… Elle a ses fidèles – dans plus de 30 pays – qui la suivent même quand elle s’égare dans des voies nébuleuses et qui se délectent de ses petits bijoux, certains autobiographiques, comme Stupeur et tremblements – Grand Prix de l’Académie française, adapté au cinéma par Alain Corneau –, Le sabotage amoureux, Métaphysique des tubes et Biographie de la faim.

Pour lire un passage exclusif de notre livre du mois : La nostalgie heureuse

continuer la lecture
Publicité

Impossible d'ajouter des commentaires.