style=

Envie d’embarquer dans notre défi végane?

Du 2 au 15 mai, le #DéfivéganeChâtelaine donne des trucs et des idées pour apprivoiser ce mode d’alimentation. Une spécialiste de la question, Élise Desaulniers, nous refile des astuces et nous informe sur le véganisme.

  1

Entete_Defi_vegan

Elise Desauniers | Photo: Michel Paquet

Élise Desauniers | Photo: Michel Paquet

Le végétarisme, on connaît. Et on apprécie ses nombreux avantages. Mais, de plus en plus, on entend aussi parler d’alimentation végétalienne, et de véganisme. Envie d’en connaître plus sur ce mode de vie – basé sur le respect de l’environnement et des animaux – qui gagne en popularité? Élise Desaulniers vient de publier Le défi végane 21 jours (Éditions du Trécarré). Pour rédiger ce guide, elle s’est inspirée des questions et commentaires de participants à de précédents défis véganes. L’idée est de fournir des conseils, des recettes, des trucs à ceux et celles qui veulent ce lancer dans l’aventure.

Châtelaine : Qu’est-ce que le végétalisme, le véganisme?

Élise Desaulniers : Une personne végétalienne ne mange aucun produit d’origine animale (viande, poisson, œufs, lait, etc.). Par définition, un végane n’utilise rien qui soit issu de l’exploitation animale (cuir, laine, cosmétiques testés sur des animaux, etc.). Mais pas besoin de refaire sa garde-robe pour entreprendre le défi végane! On peut tout de même commencer à s’intéresser à ces aspects de la question.

Pourquoi parle-t-on de défi?

Que ce soit pour des raisons de santé, d’environnement ou de compassion envers les animaux (souvent les trois à la fois), de nombreuses personnes veulent modifier leur alimentation.

Évidemment, ce n’est pas chose facile. Cela demande des ajustements au quotidien. C’est comme apprendre une nouvelle langue. Il faut d’abord acquérir le vocabulaire – découvrir de nouveaux aliments – puis apprendre à faire des phrases – apprêter ces aliments. Relever un défi végane 21 jours, comme je le propose dans mon livre et sur ma page Facebook, s’apparente à faire un séjour d’immersion linguistique. Ce temps est suffisant pour lire, découvrir, expérimenter et s’initier à cette nouveauté. En même temps, 21 jours, ce n’est pas très long. C’est un engagement qui n’effraie pas trop. Il ne s’agit pas de renoncer pour toujours à la viande ou au fromage, mais on peut essayer. Plus de 6000 personnes ont pris part aux trois premières éditions du Défi végane organisé par le Festival végane de Montréal.

 

White bowls of various superfoods on white wooden background

Photo: iStock

 

Comment apprivoiser l’alimentation végane?

Il ne faut pas voir ça comme le fait de dire adieu à la viande, au poisson, au lait, aux œufs. Il s’agit plutôt d’apprivoiser une nouvelle façon de s’alimenter, de découvrir de nouveaux plats.

Concrètement, je suggère de commencer par la dizaine de recettes que l’on fait. On dresse la liste de ces plats en identifiant ceux qui sont déjà végétaliens. Puis, on repère ceux qui sont «végétalisables». Par exemple, il est possible de remplacer la viande dans une sauce à spaghetti par des protéines de soya, et celle dans le pâté chinois par des lentilles, du tempeh ou du tofu. Ensuite, il reste à découvrir et à s’approprier quelques nouvelles recettes pour compléter sa liste végane.

> Châtelaine en proposera plusieurs pendant le défi!

On peut aussi puiser dans les cuisines d’ailleurs. Celles du Moyen-Orient et de l’Asie du Sud-Est sont de bonnes sources d’inspiration. On essaie d’incorporer une recette par semaine. Certaines ne nous plairont pas; il y en a d’autres que l’on va adopter et ajouter à notre palmarès. Ainsi, on finira par avoir une bonne dizaine de recettes coups de cœur sous la main.

Socialement, quel est le plus grand défi lorsqu’on devient végane?

En prenant une telle décision, on tourne le dos non seulement aux protéines animales, mais aussi aux traditions familiales, à ce qui est considéré comme le ciment de la vie sociale. Le jugement des proches peut être difficile à vivre. Je consacre un chapitre entier à ce sujet pour aider à comprendre les réactions de l’entourage. Je donne plusieurs trucs, aussi bien pour quand on est reçu que pour quand reçoit. Ainsi, chez soi, il sera plus facile de rassembler les omnivores et les véganes en choisissant une thématique, un repas thaïlandais ou libanais par exemple, des cuisines où de nombreux plats sont traditionnellement végétaliens. On peut aussi opter pour une table mixte, où la viande est une option, comme un couscous de légumes dans lequel la viande est cuite à part.

Pour en savoir plus :
livre-defi-vegane

Le défi végane 21 jours, par Élise Desaulniers, Éditions du Trécarré, 22,95 $

 

Envie de participer à notre #DéfivéganeChâtelaine? Du 2 au 15 mai, envoyez-vous vos recettes, vos adresses, vos trucs ou vos photos en utilisant le mot-clic #DéfivéganeChâtelaine sur FacebookTwitter, et Instagram.

Impossible d'ajouter des commentaires.