J’ai vaincu ma peur du barbecue

Récit d’une fille qui a pris le contrôle du barbecue, après l’avoir craint comme le feu. Et ses trucs pour dompter la bête.

  0
La peur du barbecue

Photo: Frank P. Wartenberg/Getty Images

J’ai longtemps eu l’impression que mon barbecue était comme la bombe à retardement sous l’autobus dans le film Speed. J’étais convaincue qu’en appuyant sur le bouton rouge de l’appa­reil, ça allait m’exploser au visage et me transformer en torche humaine. J’ai vécu des années sans faire face à cette peur. Chaque fois que j’avais envie d’une grillade, un gars accourait pour se charger de la cuisson et me protéger de l’enfer des flammes. Même pas besoin de le demander ! Avec mon chum, depuis le jour 1, le barbecue a été sa responsabilité. Je planifiais le repas, faisais l’épicerie, préparais tout. Lui ? Il faisait griller la viande et récoltait le crédit du souper. Cela me convenait très bien jusqu’au jour où…

À LIRE: Les 25 meilleurs burgers à cuisiner sur le barbecue

42 $ de filets mignons

Été 2014. L’une de mes amies est arrivée chez moi pour un souper de filles avec 42 $ de filets mignons. Aucune d’entre nous n’avait l’audace de les faire griller. Et zéro mâle à l’horizon. On a tiré à pile ou face. J’ai perdu. Pas le choix. Je devais faire une Sandra Bullock de moi et allumer mon barbecue. J’ai appuyé sur le maudit piton. Et puis ? Rien. Pas d’explosion. Pas de torche humaine. Juste quatre copines en rond qui poussaient des « hiii ! » et des « haaa ! » autour des biftecks. Quand est venu le temps de saisir les pinces, j’étais tout sauf terrifiée. Au contraire, je me trouvais terriblement hot. Je dominais le feu ! Il me semblait que je m’étais aventurée dans l’un des rares territoires encore presque vierges de présence féminine.

OK, je ne suis pas la première femme à faire griller un bifteck, mais c’est comme si je venais de briser le fameux plafond de verre, euh… de charcoal. J’étais Julie Payette volant dans l’espace, Pauline Marois entrant au Parlement, Manon Rhéaume devant un filet de la Ligue nationale de hockey !

Désormais, je m’empare des pinces et je prends le contrôle du barbecue dès que je le peux. En famille aussi bien que devant les amis de mon chum. Je me plais à répéter que chaque fille devrait essayer ça au moins une fois dans sa vie. Pour montrer à tous qu’il ne s’agit pas d’une chasse gardée masculine. Et parce que c’est super le fun, finalement !

À LIRE: Apéro artichaut chorizo d’Antoine Sicotte

Trucs anti-panique

Se munir de bons accessoires. Des pinces longues à barbecue, par exemple, qui permettent de se tenir à une certaine distance du gril.

Bien nettoyer le barbecue. Plus il sera propre, moins cela provoquera de flammes durant la cuisson.

Vaporiser de l’eau savonneuse sur les tuyaux d’alimentation. S’il y a une fuite, on la verra, car des bulles se formeront à la surface.

Éviter les viandes marinées. Au début, du moins. Car le liquide qui tombe sur les éléments chauds s’enflamme facilement. De même, on enlève au préalable le gras visible autour de la viande.

Bien choisir ses premières grillades. On commence avec des aliments qu’on aime, mais qui ne coûtent pas trop cher. On sera moins stressée si la cuisson n’est pas parfaite…

Commencer par une petite quantité. Ainsi, on peut allumer un seul côté du barbecue.

Surtout, se détendre. Si l’on est capable d’actionner l’interrupteur d’une lampe, on peut allumer le barbecue. Et retenir ceci : en cas de perte de contrôle, il suffit d’éteindre les brûleurs.

À LIRE: Les sauces de l’été

Impossible d'ajouter des commentaires.