Faire sécher le basilic

« J’ai fait pousser du basilic. Comment le faire sécher ? »

Louise Gagnon 0

Je vous dirai d’abord que les sublimes arômes du basilic sont fragiles et ne supportent pas le séchage. La déshydratation des fines herbes convient par contre aux herbes telles que la sauge, le thym, l’origan, la sarriette et le laurier.

Pour préserver le goût unique de cette herbe aromatique que vous vous êtes donné la peine de faire pousser, il vaut mieux utiliser une méthode de conservation comme la congélation qui en préserve au maximum les qualités.

Pour ce faire, on hache finement le basilic ou on le réduit en purée, puis on le met à congeler dans les compartiments d’un bac à glaçons. On y ajoute (si désiré) de l’huile d’olive et lorsque les glaçons au basilic sont pris, on les met dans un sac à congélation. On pourra plus tard les utiliser au besoin. La fabrication de pesto avec des noix et du fromage ou encore la concoction d’herbes salées (sans carottes) sont aussi des solutions qui ne ratent pas.

Si vous tenez à faire sécher le basilic, je vous recommande de le suspendre, tête en bas, dans un sac en papier pour le protéger de la lumière et de la poussière et de le placer dans un endroit chaud sans humidité. Lorsque les feuilles sont sèches, c’est-à-dire lorsqu’elles craquent sous les doigts, on les détache de leur tige puis on les place dans un contenant opaque et hermétique et on les range dans un endroit frais et sec.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *