J’ai adopté un régime végétarien à temps partiel

« J’ai vite découvert que c’est plutôt rapide et facile de cuisiner en mode végé. Et que le résultat est délicieux. » Joanie Pietracupa a adopté à temps partiel un régime végétarien et elle a senti de nombreux effets positifs sur sa santé.

  2

Joanie-bandeau

Si vous m’aviez demandé il y a cinq ans si je pensais un jour diminuer ma consommation de viande au profit d’une alimentation majoritairement végétarienne, je vous aurais répondu quelque chose comme «Non mais ça va pas la tête?» ou encore «Êtes-vous complètement fous?!». C’est que je raffole des viandes rouges, de la volaille, des poissons et autres crustacées depuis que je suis toute petite, voyez-vous. Pendant longtemps, l’idée que je me faisais du parfait repas consistait en un gros steak saignant. Ou des escalopes de veau panées. Ou des cuisses de poulet grillées. Ou des crevettes sautées dans le beurre à l’ail. Bref, j’étais une vraie de vraie carnivore et piscivore. Puis, il y a quelques années, tout a changé.

Photo: iStock

À LIRE: À bas l’expression «vraies filles»!

Du jour au lendemain, j’ai commencé à éprouver de gros maux de ventre qui duraient parfois quelques jours. Mes mains, mes pieds et mon estomac enflaient dès que j’avais fini de manger, et j’avais même des éruptions cutanées (du genre acné et eczéma). Après avoir consulté deux ou trois médecins spécialisés qui m’ont fait passer plusieurs tests avant de me dire qu’ils n’avaient rien trouvé qui cloche avec ma santé (pas d’allergies ni d’intolérances), une amie m’a suggéré d’arrêter d’ingérer des produits laitiers et de réduire drastiquement ma consommation de viande et de poisson. Que-ouâ? Une fois le choc passé, j’ai décidé de suivre ses sages et précieux conseils. Surtout parce que je n’en pouvais plus de passer mes soirées pliée en deux sur le sofa ou pire encore, enfermée dans la salle de bain. (D’accord, ce n’est peut-être pas le sujet le plus sexy au monde, mais je suis certaine de ne pas être la seule à avoir vécu de tels problèmes de digestion!) Surprise, surprise: les douleurs, inflammations et irritations ont presque immédiatement stoppé.

Encore aujourd’hui, je ne sais pas trop ce qui s’est passé avec mon corps. Ce qui l’a poussé à se rebeller de la sorte. Ne plus consommer de lait et produits laitiers, de même que diminuer ma consommation de viande rouge et de poisson à chair grasse, a énormément amélioré ma santé intestinale et mon bien-être général. Je me sens plus légère et moins boursouflée, j’ai plus d’énergie et je suis moins rapidement fatiguée. Mon taux de cholestérol et ma haute pression ont diminué et mes bobos de peau sont complètement disparus. Même mon stress me semble plus facile à gérer. Magique, non?

À LIRE: La culpabilité et les démons

Je dois toutefois avouer que ça n’a pas été facile de dire bye-bye à ces aliments que j’avais l’habitude d’avaler à chaque repas ou presque. Pour y arriver, j’ai dû me procurer une tonne de livres de recettes végétariennes ou végétaliennes inspirantes (mes préférés: Plenty de Yotam Ottolenghi, Crossroads de Tal Ronnen et Food52 Vegan de Gena Hamshaw), redécouvrir les légumineuses (pois chiches, haricots, lentilles) et les céréales et féculents, ainsi que faire le plein de fruits et de légumes hautement nutritifs comme les fraises, les oranges, les citrons, les limes, les pamplemousses, le chou frisé, le cresson, la bette à carde et les épinards.

Heureusement, j’ai vite découvert que c’est plutôt rapide et facile de cuisiner en mode «végé». Et que le résultat est délicieux. Étonnamment délicieux, même. Parfait pour les lunchs et les soupers de semaine. Mais comme je ne peux pas me passer définitivement de viande et de poisson, je me permets d’en commander lorsque je vais au resto, deux à trois fois par semaine. Comme ça, j’ai l’impression de profiter du meilleur des deux mondes tout en prenant soin de ma santé sans me priver.

Et vous, êtes-vous végétariens ou végétaliens? À temps partiel ou à temps plein? Par choix ou par obligation? Dites-moi tout dans la section des commentaires ci-dessous!

À LIRE: A-t-on le droit d’être ronde et bien dans sa peau?

Suivez Joanie Pietracupa sur Twitter (@theJSpot) et Instagram (@joaniepietracupa).

Impossible d'ajouter des commentaires.