Acheter une maison et décorer sa vie

Fin vingtaine, Marie-Pier Gagnon nous raconte l’achat et la rénovation de sa première maison, étape par étape. Une série de chroniques qui n’a rien du mode d’emploi traditionnel.

  0

J’ai un aveu à vous faire. J’adore les émissions de décoration à la télévision (oui, je suis encore abonnée au câble). J’aime quand une maison qui est un vrai bordel se transforme en véritable château de Mascouche. Je critique tout, et MOI, je sais ce qui serait beau dans la maison de Sylvain et Gisèle. J’aime voir leurs visages ébahis quand ils retrouvent leurs vieilles armoires en mélamine rajeunies à coups de revêtement de faux bois. Chargée de mon bagage télévisuel en home staging, j’étais prête à planifier une déco digne de ce nom pour ma nouvelle maison.

Plus sérieusement, la portion déco du projet nous excitait beaucoup et nous avions un beau défi devant nous. Le décor hyper chargé que la maison arborait quand nous l’avons achetée aurait pu freiner de nombreux acheteurs qui n’auraient pas vu son potentiel, mais pour nous, ça représentait d’infinies possibilités. Oui, oui, tant que ça.

Nos objectifs: moderniser une maison au look rustique, illuminer le plus de surface possible et épurer les espaces.

D’abord, nous avons décidé de tout peindre en blanc. Pas besoin d’être des petits génies pour penser à ça, mais si on change d’idée et qu’on décide d’ajouter de la couleur plus tard, c’est déjà plus simple.

À lire aussi: Des blogues déco inspirants

Les armoires en mélamine avaient été étrangement modifiées. Les caissons avaient été peints en noir et les portes avaient été recouvertes de lattes de bois qu’on avait bien pris soin de placer à l’horizontale et à la verticale en alternant d’une porte à l’autre. Honnêtement, nous aurions bien voulu tout refaire à neuf, mais notre budget ne nous le permettait pas. Il a donc été décidé de faire du camouflage. Nous avons peint la plupart des armoires en bleu foncé pour rendre moins visible le détail des portes, et quelques éléments du haut en gris pâle pour faire rebondir un peu de lumière. Nous avons aussi déplacé l’attention vers des poignées IKEA que nous avons peintes en doré.

Quand nous avons quitté le nid familial pour déménager en appartement, nous nous sommes meublés presque exclusivement chez IKEA: sofa, table basse, console pour téléviseur, lampes, bureau, etc. Si bien que nous avons atteint le point de saturation. Cette fois-ci, nous ne tomberions pas dans le piège du géant suédois. Nous ne garderions que le sofa… ou pas. Quand on cherche de belles poignées d’armoires et qu’on se rend compte que, dans la vie, UNE seule coûte 20 $ alors qu’il en faut 22, les poignées IKEA à 5,99 $ la paire nous font de l’œil. Même chose pour le beau banc d’entrée à la scandinave qu’on paierait 800 $ ailleurs, mais qui coûte 129 $ au royaume du meuble en kit. Comble de la tentation: notre nouvelle maison est située à un tunnel de distance du IKEA de Boucherville. Misère!

Un des investissements que nous avons choisi de faire dès le départ et qui en a vraiment valu la peine a été le sablage du plancher en pin. Il avait jauni avec le temps et avait vécu une mauvaise expérience avec de l’huile à friteuse dans la salle à manger. Nous avons contacté des pros et leur avons montré des exemples de ce que nous voulions: un plancher très pâle au fini mat. Ils ont exactement saisi l’idée et nous sommes très satisfaits du résultat. Mais je vous conseille de ne jamais installer un plancher en pin. Une fourchette qui tombe du comptoir, et le bois mou est marqué à jamais.

À lire aussi: Déco: les 40 meilleures astuces

La table de la salle à manger est le seul meuble que nous avons remplacé, parce qu’elle ne correspondait pas du tout au style que nous voulions donner à la pièce. Nous avions déjà commencé à chercher quelques mois avant d’acheter la maison. Il nous a fallu presque un an pour la trouver! Nous avions une idée très précise en tête: bois pâle, pattes très fines et plateau assez délicat. Mais la tendance est au bois d’acacia, au noyer et au teck, toutes des essences très foncées. Quand un modèle nous convenait, la couleur n’était pas la bonne et vice versa. Nous avons finalement trouvé une super boutique en ligne (Article), dont les prix étaient raisonnables et qui livrait pour 50 $ partout au Canada.

Comme la salle de bains était un projet-surprise, nous avons visé la simplicité… et les petits prix. Notre choix: un classique deux tons noir et blanc, tant pour la céramique que pour le meuble-lavabo et les accessoires. Comme il y a un puits de lumière, le blanc des murs crée étonnamment une belle luminosité dans la pièce.

La déco, c’est plein de petits détails auxquels il faut réfléchir. Les lampes, les crochets, les plinthes, les barres à rideau de douche, les tapis… Cela donne aussi lieu à beaucoup de séances d’«obstinage» et de compromis. Un truc: trouvez un conjoint ou une conjointe qui se fout de la déco et qui vous laissera choisir tout ce que vous voulez, et non un chum comme le mien qui monte des dossiers d’inspiration déco pour le plaisir…

Six semaines déjà que je vous promène dans ce projet de maison et vous êtes probablement en train de vous dire: «Mais on va tu finir par la voir!» La semaine prochaine, ce sera le grand dévoilement. Le fameux avant/après.

En attendant, voici mes accessoires déco coup de cœur de la maison.

Voyez toute la galerie

Pour lire la suite: Acheter et rénover une maison: Avant… et après?

Marie-Pier Gagnon est rédactrice à la pige.

Impossible d'ajouter des commentaires.