Andrée-Anne Chevalier: ma sœur lumière

Les femmes qui m’inspirent ont le cœur grand ouvert, et l’esprit encore plus. Elles sont authentiques et passionnées, mais ce qui m’émeut surtout, c’est cette force tranquille qui les habite. Voici l’histoire de l’une d’entre elles: Andrée-Anne Chevalier.

  0

19andreeannechevalier

Le temps file, déjà mon dernier article sur ce blogue. Je veux vous remercier de m’avoir suivie, d’avoir pris le temps de découvrir ces femmes que j’aime et qui m’inspirent tellement. J’espère qu’elles ont su vous toucher aussi, et vous donner envie de poursuivre vos rêves, de travailler encore plus fort ou d’assumer davantage qui vous êtes.

Je ne pouvais terminer cette série de portraits sans vous parler de ma sœur.

Andrée-Anne est l’aînée de la famille. Seulement un an et demi nous sépare, mais nous avons mis du temps avant de devenir copines plutôt que rivales. Aujourd’hui, elle est l’une des personnes les plus importantes de ma vie.

Nos parcours sont très différents, nos ambitions aussi. Lorsque nous étions petites, ma mère nous avait un jour demandé où nous nous voyions plus tard. J’avais répondu que je serais une grande animatrice télé avec un penthouse et une décapotable! Ma sœur, elle, avait dit qu’elle aurait une ferme avec des chevaux, des chiens et des lapins, qu’elle serait mariée et aurait quatre enfants.

D’une certaine façon, nous avons toutes les deux suivi notre plan de match. Je n’aime pas particulièrement les décapotables, mais j’ai gardé la foi pour le penthouse!

Pour ma sœur, le choix de carrière n’a pas été aussi évident, peut-être parce que toutes les portes lui étaient ouvertes. Andrée-Anne était bolée, la fille brillante acceptée à l’université en actuariat, en droit et en ergothérapie. Aujourd’hui, pourtant, elle ne travaille dans aucun de ces domaines! Elle est plutôt la directrice en développement des affaires d’une PME en constante croissance, et continue, en parallèle, sa formation en gestion.

À lire aussi: Delphine Lamothe: choisir le bonheur, tout simplement

 Ma sœur s’est mariée il y a trois ans. J’ai eu la chance de pouvoir la maquiller, ainsi que ses demoiselles d’honneur, pour l’occasion. Elle était magnifique et rayonnait de bonheur. C’était un privilège de partager avec elle ce moment magique, auquel je sais qu’elle avait tant rêvé.

Un an plus tard, presque jour pour jour, elle cochait un autre projet sur sa bucket list: elle mettait au monde la plus jolie petite fille de l’univers, ma filleule, Kim-Charlie. Je me trouve chanceuse de faire partie de leur garde rapprochée, d’être membre de cette famille qui me fait tant de bien. Être avec eux m’apaise toujours. Entre les aléas de la vie sentimentale et les engagements professionnels en série, me retrouver chez eux me fait toujours l’effet d’être dans une oasis.

Ma sœur est une fille généreuse qui n’a jamais compté son temps pour m’aider. C’est d’ailleurs ma plus grande alliée dans tous mes projets d’écriture. Depuis mes débuts comme auteure, elle est la première lectrice de mes manuscrits. Elle a bien dû se taper une dizaine de fois Tu peux toujours courir avant qu’il soit finalement publié!

Elle a de la patience, mais, surtout, elle est précise, brillante et juste assez sévère. Je sais qu’avec elle, j’aurai toujours l’heure juste sur mon travail, et c’est précieux.

Aujourd’hui, j’avais envie de lui rendre hommage.

Ce n’est pas toujours facile d’avoir une «vedette» dans la famille. Entre nous, il n’y a rien de tout ça, mais forcément, on lui parle souvent de sa sœur et de ses projets médiatisés.

Au fond, c’est elle la star. Quand je la regarde travailler fort et soutenir son mari qui est retourné aux études, quand je vois la mère formidable qu’elle est – elle qui se baigne avec sa fille durant des heures juste pour l’entendre rire aux éclats –, quand elle répond à des heures impossibles à mes questions existentielles, des questions auxquelles seule une sœur peut répondre… oui, pour moi, c’est vraiment elle la meilleure.

* * *

Cette série avait pour but de mettre en lumière des femmes «ordinaires» qui sont extraordinaires! Des femmes fortes, passionnées, volontaires, généreuses et engagées. Je remercie Châtelaine de m’avoir permis de vous les présenter.

Je suis certaine que plusieurs d’entre vous auraient mérité un billet sur ce blogue. Mon mandat s’achève, mais à défaut de pouvoir vous rendre hommage en racontant votre histoire, j’espère que les gens autour de vous soulignent votre magnificence au quotidien, à coup de petits gestes ou de grands témoignages d’amour.

Merci pour tout, et à très vite!

Valérie

valeriechevalierniece


 

Chroniqueuse du mois

Valérie Chevalier est comédienne (Lance et compteLa petite reine) et animatrice (Cochon dingueLa Voix). Elle est aussi l’auteure de trois romans: Tu peux toujours courirLa théorie du drap contour et Les petites tempêtes, publiés chez Hurtubise.

Impossible d'ajouter des commentaires.