Déménagement: sept mois de préparation top chrono

Fin vingtaine, Marie-Pier Gagnon nous raconte l’achat et la rénovation de sa première maison, étape par étape. Une série de chroniques qui n’a rien du mode d’emploi traditionnel.

  0

L’offre d’achat signée en mars, il ne nous restait plus qu’à attendre… jusqu’au mois d’octobre suivant. Sept longs mois à planifier un déménagement, des rénos, à trouver de la déco et à changer d’avis sur tout au moins 20 fois. Ça nous donnait surtout le temps de bien nous préparer et d’économiser un peu plus de sous. Heureusement, je me suis trouvé une job steady au début de l’été (merci Châtelaine!), alors j’étais blindée… au moins pendant ma période d’essai de trois mois.

Excités, nous nous sommes mis à aménager toute la maison dans notre tête. «Si on installait le bureau dans la rallonge plutôt que dans la deuxième chambre? Et on fera quoi d’une chambre vide, alors? Est-ce qu’on met le divan le long du mur? Donc, on regarderait la télévision de côté? Est-ce qu’on hait tant que ça le look rustique?» Mon chum, un petit wiz de Photoshop, a mis un peu d’ordre dans nos idées en créant un plan de la maison.

Le plan approximatif de l’aménagement de la maison.

Nous avions aussi très hâte de magasiner. Mais acheter des meubles et des accessoires au printemps pour l’automne suivant, ce n’est pas très efficace… IKEA n’aurait jamais voulu nous rembourser un tapis Krönge sept mois après son achat, s’il n’était finalement pas de la bonne taille entre mon divan Karlstard et mon meuble de télé Hemnes.

À lire aussi: IKEA: les nouveautés du printemps

Bref, ce que nous pouvions faire était limité. Dans les semaines précédant le déménagement, nous avons commencé à magasiner la céramique pour le couloir de l’entrée, parce qu’il fallait la commander à l’avance. Nous avions envie de quelque chose qui allait faire «wow!» en entrant. Étonnant, la quantité de céramique laide qu’on trouve sur le marché! J’exagère un peu, mais il semble que le «chamoiré» soit très tendance dans les maisons québécoises. Il y a aussi des trucs magnifiques qui te donnent envie d’abandonner l’idée de cotiser à tes REER pour le reste de tes jours. La céramique blanche octogonale ou les tuiles de type métro? On commence à en avoir fait le tour. Nous avons finalement opté pour un modèle plus audacieux en espérant ne pas trop le regretter.

C’est bien beau les idées de grandeur, mais il fallait être réaliste. Nous n’achetions pas une maison clé en main et il y avait beaucoup de dépenses à prévoir. Nous avons dressé une liste qui incluait le déménagement, les rénos et la déco. Du coût de la peinture au tarif des sableurs de plancher, en passant par le prix des tringles à rideaux… nous avons tout mis!

Notre liste de rénos constamment révisée (merci Excel!).

Tant qu’à être dans les listes, nous avons aussi planifié les travaux nécessaires dans notre nouveau chez-nous et organisé un horaire pour les rénovations. Comme il y avait beaucoup à faire, nous avions prévu deux semaines après la prise de possession pour tout réaliser avant d’emménager. Nous savions exactement ce qui serait accompli chaque jour entre le 2 et le 14 octobre. J’avais même pris une semaine de vacances pour ça. Finalement, au lieu de deux semaines, ça a pris un mois et demi… mais ça, c’est le sujet d’un autre article.

Dans les préparatifs du déménagement, il fallait aussi penser à plein de choses plates: s’occuper du changement d’adresse, louer un camion, magasiner les assurances, contacter des entrepreneurs, etc. Mais je n’ai rien fait de tout ça, hé, hé! Je dois rendre à César ce qui revient à César. Mon chum est très bon dans ce type de tâches. Moi, je suis très bonne pour lui dire que je ne suis pas d’accord avec ce qu’il a trouvé. Chacun ses forces, comme on dit!

Début septembre, nous sommes officiellement devenus propriétaires! Il ne restait plus qu’un mois avant de nous installer dans notre nouveau logis. Le compte à rebours était commencé. Nous avons libéré toutes nos fins de semaine pensant être occupés à faire des boîtes et à gérer 1 001 détails, mais non. Nous avons constaté que nous ne pouvions pas vraiment prendre de l’avance dans nos boîtes. Nous avions encore besoin de nos vêtements, de nos accessoires de cuisine et de mon coffret DVD des Filles de Caleb avant le déménagement.

Un week-end particulièrement chaud d’octobre, le moment tant attendu est arrivé. Le 2 octobre à 13 h 15, nous sommes finalement entrés chez nous. Après toutes ces années à en avoir parlé, ça se concrétisait! Enfin, presque. Il nous restait quand même deux ou trois coups de marteau à donner avant de crier victoire.

Pour lire la suite: Acheter une maison: Enfin les rénos (ou le festival des «tant qu’à y être»)

Marie-Pier Gagnon est rédactrice à la pige.

Impossible d'ajouter des commentaires.