7 raisons pour profiter encore plus du début de l’été

Le meilleur moment de l’année, c’est maintenant. Ne le laissez pas filer!

  0

De bon matin, je sirote un smoothie, assise dans les marches, en pyjama, pendant que mon chien broute le gazon devant la maison. Il fait beau, 22 degrés au soleil. Température idéale, le vent bruisse dans les feuilles, la nature est luxuriante.

Tiens, je me dis, le début du printemps, lorsqu’il fait soudainement doux mais qu’il n’y a encore ni insectes ni feuilles aux arbres, cette période entre-deux que j’adore, est déjà terminée. Idem pour les lilas et les pommetiers en fleurs, tout va trop vite…

Mais ce n’est pas grave, car cette journée est parfaite. Tout est magnifique: la lumière dorée, chaude, bienveillante, comme on voudrait qu’elle le soit à l’année, le ciel d’un bleu provençal, pas l’ombre d’un nuage à l’horizon et ce temps doux et sec, quel bonheur!

Photo: iStock.com/jacoblund

Et qu’est-ce qu’on fait quand survient un moment parfait? On cherche à l’étirer, le savourer. Pour peu, on voudrait que le temps s’arrête. Voici donc mon palmarès hautement subjectif des sept raisons qui font que nous vivons présentement la plus belle période de l’année, question de la savourer en pleine conscience:

À lire aussi: Des livres pratiques pour se préparer à l’été

1- Le temps est chaud, mais sec. C’est agréable sur la peau. La lumière dorée et le vent doux, véritable caresse, nous enveloppent. Le moral est radieux

2- Ce temps est idéal pour BOUGER! Qu’on aime la marche, le yoga, la course ou même la Zumba en plein air, on a envie de passer la journée dehors.

3- Parlant de bouger, je vous conseille vivement une virée à vélo à Montréal, que ce soit pour faire le tour de l’Île-des-Soeurs, pour sillonner la piste cyclable aux abords du canal de Lachine ou encore celle longeant le bord du fleuve, de Verdun à Lachine, en passant par LaSalle.

4- Ce temps chaud et sec le jour se mute en temps frais la nuit. Pas trop quand même – pas besoin d’enfiler un manteau -, mais juste assez pour dormir comme un bébé sans se taper le damné bourdonnement du climatiseur. Ou, pour les écolos comme moi, sans suer sa vie, la peau moite et les cheveux collants.

5- On peut enfin manger dehors: déjeuner, dîner, apéro, souper… Je passerais ma vie à l’extérieur ces jours-ci. D’ailleurs, si vous me cherchez aujourd’hui, je serai sûrement en train pique-niquer quelque part avec des amis ou en solo avec un bon livre.

6- Ce temps est idéal pour se faire croire que la canicule, celle qui rend le moindre effort pénible, ne viendra jamais et qu’on ne se fera pas dévorer toute crue par les moustiques et les mouches noires pendant notre semaine de vacances en camping… Le déni est parfois un acte de résistance.

7- Enfin, c’est aussi le meilleur temps de l’année parce que c’est les Francos de Montréal! Mes coups de coeur parmi les artistes au programme cette année: Dave Chose, Maude Audet, Klô Pelgag, Mordicus, Paupière, Clara Luciani, Lydia Képinski, Hubert Lenoir, Xavier Caféine. Et ce n’est pas terminé, il reste encore plein de spectacles gratuits à voir sur les scènes extérieures: Corridor, Patrice Michaud, Brutal Chérie, Gazoline, Joseph Edgar, Les Breastfeeders, Dany Placard… (Oui, mes goûts sont éclectiques!)

Je profite de cette chronique très estivale pour vous annoncer que «Féminin universel» fera relâche jusqu’en juillet pour revenir en mode «slow publication», une semaine sur deux tout l’été jusqu’à la rentrée en septembre.

Profitons de la vie et vive les vacances!

À voir aussi: Doigt de dame – Les vacances

***

Marilyse Hamelin est journaliste indépendante et conférencière. On peut notamment la lire dans Le Devoir, La Gazette des femmes et le magazine spécialisé Planète F. Elle blogue également pour la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) et est l’auteure de l’essai Maternité, la face cachée du sexisme, publié chez Leméac.

Les opinions émises dans cet article n’engagent que l’auteure et ne reflètent pas nécessairement celles de Châtelaine.

Impossible d'ajouter des commentaires.