style=

12 techniques infaillibles pour atteindre l’orgasme en se masturbant

On a beau avoir nos préférences, il n’existe pas qu’une seule technique pour atteindre l’orgasme en se masturbant. Le site OMGYes (prononcer Oh my God Yes) en propose 12. Certaines, étonnantes.

  0
Close-up of sexy pink panties on a woman's feet

Photo: iStock

À LIRE: On a testé: des ateliers de masturbation pratiques

L’orbite. Mouvement circulaire autour du clitoris. Avec les mille variations possibles. Plus ou moins de circonférence (le clitoris n’étant que la pointe de l’iceberg d’un réseau nerveux beaucoup plus large). Ici, chaque millimètre fait une différence.

Le sandwich. Caresser le clitoris en le coinçant entre les lèvres, ou même à travers les vêtements. Ou mettre deux doigts sur le capuchon et deux doigts de l’autre main au-dessus de l’entrée vaginale pour masser la région clitoridienne.

Le rythme. Moduler le rythme de son mouvement préféré. Tapoter façon code morse, créer des pulsations presque continues ou varier la vitesse du va-et-vient.

L’approche et le recul. S’amener au seuil de l’orgasme. Puis arrêter, complètement ou non. Pour deux minutes ou pour des heures. Puis recommencer à zéro. Arrêter de nouveau. Plus long, oui. Mais tellement plus intense.

L’escalier. On monte plus haut en prenant son temps sur chaque palier. Ce sont la montée du désir, le réchauffement, le crescendo ou la progression, l’approche finale, l’orgasme. Le style et l’intensité des caresses changent à chaque stade. Oui on peut sauter des étapes. Mais la qualité de l’orgasme en souffre.

La constance. Le mot le dit. Répéter le mouvement magique exactement de la même manière, aussi longtemps que nécessaire. Pour certaines femmes, une précision quasi aéronautique est la clé pour un décollage réussi.

L’exquise torture de l’attente. Caresser partout… sauf là où ça compte vraiment. Puis effleurer le clitoris avant de retraiter. Et recommencer. Se faire languir ainsi le plus longtemps possible. Le feu d’artifice, quand il arrive enfin, est mémorable.

Deux, c’est mieux. Après l’orgasme, tout est trop sensible, différent. Comme si on devenait quelqu’un d’autre. Partir à la découverte de cette autre, apprivoiser ses sensibilités peut permettre d’accéder au deuxième orgasme et plus…

L’accent. L’assaisonnement. L’importance du détail. Toute la région clitoridienne n’est pas également sensible. Et pour certaines, les points chauds bougent de jour en jour. Le secret : varier la pression exercée en conséquence. Dans un mouvement circulaire, par exemple, on mettra plus d’intensité sur 10 h et nettement moins sur 15 h.

La surprise. Passer du massage des lèvres au tapotement du capuchon du clitoris au Sandwich, et plus encore. C’est la recette magique pour certaines

Et, avec un partenaire :

Le bon état d’esprit. Les pires ennemis de l’orgasme : l’obsession de l’atteindre. La peur de ne pas y arriver. La crainte de décevoir ou d’ennuyer l’autre. Les remèdes : apprendre, vraiment, à profiter du moment présent.

Communiquer. Oui, dire ce qu’on aime. Verbalement ou autrement. Dans le feu de l’action ou tranquillement, à un autre moment.

À LIRE: Pourquoi les femmes ont-elles peur de parler de sexe?

 

Impossible d'ajouter des commentaires.