Anxiété: jusqu’à quel point est-ce normal de s’inquiéter?

Tout le monde a des inquiétudes. Mais à quel moment cela devient-il problématique? La Dre Danielle Martin met les choses en perspective.

  0

Q : Je viens d’une famille d’inquiets, et parfois je me sens submergée. Comment savoir si je m’inquiète de façon normale ou excessive ?

C’est parfaitement normal d’avoir des inquiétudes. Cela démontre qu’on est conscient des risques qui existent. Mais l’inquiétude devrait être ressentie au même titre que la joie, l’espoir, la gratitude, et toute la gamme des émotions.

Si vos proches vous font remarquer que vous ne voyez souvent que le mauvais côté des choses, c’est un signe dont vous devriez tenir compte. Et si l’inquiétude commence à vous rendre dysfonctionnel dans vos activités quotidiennes, ou si vous sentez qu’elle vous submerge, il se pourrait que vous souffriez d’un trouble anxieux. Vous devriez alors consulter votre médecin ou professionnel de la santé et lui faire part de vos symptômes. Le sommeil est un bon indicateur : si vous souffrez d’insomnie parce que votre cerveau est trop agité, ce peut être un signe que quelque chose ne tourne pas rond.

Il faut savoir également que l’anxiété et la dépression vont souvent de pair. Si le sentiment d’inquiétude grandissante s’accompagne de tristesse, d’isolement ou d’une grande fatigue, il est préférable de chercher de l’aide.

Un bon outil pour évaluer dans quelle mesure l’anxiété affecte votre quotidien est le test GAD-7, une série de sept questions servant à dépister le trouble anxieux généralisé, offert en ligne. On peut le remplir à la maison et discuter ensuite des réponses avec son professionnel de la santé, comme point de départ de la consultation.

À lire aussi: Dépression: reconnaître les signes et surmonter la maladie

Même si l’inquiétude ne vous empêche pas de fonctionner, il reste que ce n’est pas agréable. Les personnes dont le niveau d’inquiétude ou d’anxiété se situe dans une échelle normale, mais qui souhaiteraient tout de même abaisser ce niveau, peuvent recourir à certains outils pour y arriver.

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) se concentre sur l’apprentissage d’habiletés utilisées pour modifier les pensées négatives. Si vous souffrez d’anxiété légère, plusieurs ressources en ligne pourront vous servir de guide pour effectuer des exercices de TCC, dont MoodGym, un programme australien, ou encore le livre Mind over Mood Mind over Mood, de Dennis Greenberger et Christine A. Padesky.

La réduction du stress par la pleine conscience, une forme de méditation, a également fait ses preuves. Là encore, il n’est pas indispensable de consulter un thérapeute. On peut trouver des livres et des ressources en ligne, de même que de nombreux groupes de soutien.

Finalement, l’exercice physique vigoureux, pratiqué de façon régulière, est très important pour la santé mentale, non seulement pour la santé du corps, et peut aider les personnes ayant tendance à faire de l’anxiété.

Rappelez-vous : Il est normal de s’inquiéter pour ceux qu’on aime. Il est normal de s’inquiéter pour un emploi qui nous tient à cœur. Mais quand l’inquiétude devient envahissante, il existe des moyens de retrouver l’équilibre.

À lire aussi: La méditation qui guérit


Danielle Martin est médecin de famille et vice-présidente des affaires médicales et des solutions de système de santé au Women’s College Hospital, à Toronto.

Impossible d'ajouter des commentaires.