La mélatonine aide-t-elle vraiment à mieux dormir?

On croit presque rêver: abordable, disponible sans ordonnance, efficace pour améliorer le sommeil. La mélatonine est-elle une panacée?

  0

La mélatonine est l’un des produits de santé naturels les plus populaires en Amérique du Nord. On comprend aisément pourquoi: ce supplément peu coûteux, version synthétique de l’hormone produite par l’organisme pour induire l’endormissement, apparaît comme une solution facile aux problèmes d’insomnie. Les parents y ont aussi de plus en plus recours pour les troubles du sommeil de leurs enfants. Une étude récente de la Société canadienne de pédiatrie effectuée auprès des familles de 350 enfants a déterminé que 19 % d’entre elles avaient déjà utilisé la mélatonine pour aider leurs enfants à dormir.

Toutefois, son efficacité ne serait peut-être pas aussi grande qu’on pourrait le croire. «Certaines personnes ne jurent que par la mélatonine. Si l’on passe en revue les études rigoureuses qui ont été réalisées, la mélatonine semble avoir un certain effet, mais celui-ci ne serait pas aussi marqué que les consommateurs ont tendance à le croire», fait valoir Scott Gavura, pharmacien et collaborateur au site Web Science Based Medicine.

À lire aussi: Anxiété: jusqu’à quel point est-ce normal de s’inquiéter?

La mélatonine donne de bons résultats pour combattre le décalage horaire et pour les personnes atteintes du «syndrome de retard de phase du sommeil», soit les couche-tard invétérés. Elle peut également aider les travailleurs ayant des horaires de travail variables, ainsi que les personnes âgées, puisque la production naturelle de mélatonine diminue avec les années.

La dose de mélatonine recommandée pour les adultes est de 0,3 à 5 mg, pris moins de deux heures avant d’aller au lit pour un problème d’insomnie, ou au moment du coucher pour contrer les effets du décalage horaire. Cela dit, il n’est pas toujours possible de se fier à la teneur indiquée sur la bouteille : comme la mélatonine est considérée comme un supplément, elle n’est pas assujettie à la même réglementation que les médicaments.

Une étude récente menée par des chercheurs de l’Université de Guelph, en Ontario, a révélé que la quantité de mélatonine contenue dans les comprimés variait largement de ce qui était inscrit sur la bouteille, de 83 % de moins que la quantité indiquée à 478 % de plus. Certains contenaient également de la sérotonine, qui n’apparaissait pas sur l’étiquette et qui peut interagir avec d’autres médicaments. «Cela rend les choses très difficiles pour le consommateur, déplore Scott Gavura. On n’a aucune idée de ce que renferment ces produits, alors comment savoir quelle dose on ingère?»

À lire aussi: Dormir: efficaces les produits naturels?

Pour les personnes ayant des problèmes de sommeil courants, ou de l’insomnie, la mélatonine ne s’avère pas très efficace. Une revue d’études effectuée en 2014 a fait ressortir que la mélatonine ne procurait en moyenne que 15 minutes de sommeil de plus chaque nuit. Son efficacité varie d’une personne à l’autre. Environ 20 % des gens seulement rapportent que la mélatonine améliore leur sommeil, selon Katherine Rasmussen, docteure en naturopathie et éducatrice clinicienne en sommeil au Centre for Sleep and Human Performance, à Calgary. De plus, la mélatonine agit sur une très courte durée, donc elle ne peut être utile pour l’insomnie en milieu de nuit.

Les insomniaques obtiendront peut-être de meilleurs résultats avec des traitements ayant fait leurs preuves, comme la thérapie cognitivo-comportementale de l’insomnie. Par ailleurs, aucune étude à long terme n’a été effectuée sur l’innocuité de la mélatonine. Il n’existe ainsi aucune preuve que son utilisation au-delà de trois mois est sécuritaire. «Les gens croient qu’on peut ingérer la mélatonine comme de l’eau, que c’est un produit inoffensif parce qu’il est naturel, dit Shelly Weiss, pédoneurologue et professeure agrégée en pédiatrie à l’Université de Toronto. Mais la dose est 50 fois plus élevée que ce que l’organisme produit, ce qui n’est pas vraiment naturel.»

C’est pourquoi la mélatonine n’est pas recommandée pour les enfants qui ont du mal à s’endormir, dit Shelly Weiss. Elle suggère plutôt d’adopter de meilleures habitudes pour favoriser le sommeil: avoir une bonne hygiène du sommeil – horaire de sommeil régulier, chambre fraîche et sans lumière, exercice physique le jour – et veiller à ce que l’enfant apprenne à s’endormir seul, sans votre présence à ses côtés. Donner de la mélatonine à un enfant peut également l’amener à croire qu’il aura toujours besoin d’un comprimé pour s’endormir.

À lire aussi: Au secours, je veux dormir!

Shelly Weiss ajoute qu’on investigue également la possibilité que la mélatonine interfère d’une façon ou d’une autre avec la puberté, puisqu’il s’agit d’une hormone. Cela dit, des essais cliniques effectuées sur des animaux semblent démontrer son innocuité. Les avantages peuvent donc l’emporter sur les risques dans certains cas précis. «Le cas faisant l’objet du plus grand nombre de recherches est celui des enfants autistes – et les résultats démontrent clairement que la mélatonine les aide à s’endormir», dit-elle. Les enfants ayant un TDAH doivent parfois prendre de la mélatonine pour arriver à dormir, parce que la médication stimulante prescrite pour le TDAH peut causer de l’insomnie. Mais Shelly Weiss conseille d’essayer d’abord de changer le type de stimulant prescrit ou l’heure à laquelle il est administré. Il est important d’en discuter avec un médecin.

En ce qui concerne les enfants et les adultes en santé, nous n’avons pas encore suffisamment d’information pour affirmer que la mélatonine est un bon choix, juge Scott Gavura. « Si les gens trouvent que ça les aide, c’est probablement plus sûr que de prendre des somnifères », dit-il, en ajoutant que la plupart des utilisateurs qu’il a rencontrés l’utilisaient pour le décalage horaire. «Mais nous ne pouvons pas encore dire si son utilisation à long terme est sécuritaire ou non.»

 

Impossible d'ajouter des commentaires.