L’alcool est pire pour les femmes que pour les hommes

La consommation d’alcool augmenterait le risque de cancer du sein.

  0

alcoolfemmes

Les recommandations à propos de l’alcool changent souvent. Un jour, le vin est fatal, le lendemain, il prévient les maladies. Quand on se penche sur les résultats des études, le portrait n’est pas toujours clair. Mais une chose est sûre: l’alcool affecte davantage les femmes que les hommes. Par exemple, si une femme et un homme de poids égal consomment la même quantité d’alcool, le taux d’alcool dans le sang sera plus élevé chez la femme, parce que le corps des femmes contient en général moins d’eau que celui des hommes.

Dans l’ensemble, les femmes boivent moins que les hommes. Lors d’un récent sondage commandé par le magazine Maclean’s, on a demandé à 1 500 Canadiens et Canadiennes à quelle fréquence ils buvaient. Parmi les femmes, 17 % ont répondu «jamais», comparé à seulement 12 % des hommes; et 6 % des femmes ont dit boire chaque jour, ce qui est le cas pour 12 % des hommes.

Il est indéniable que l’alcool entraîne des risques pour la santé. Qu’en est-il pour le cancer du sein?

Un grand nombre d’études ont fait ressortir un lien entre la consommation d’alcool chez les femmes et le cancer du sein. En mai 2017, une étude du American Institute for Cancer Research (AICR) a démontré que le fait de boire un verre d’alcool par jour augmentait le risque.

Une autre étude publiée en mai, à laquelle ont participé 22 338 Afro-Américaines, a confirmé ce facteur de risque chez les femmes de race noire, autant avant  la ménopause qu’après. (Historiquement, la majorité des études sur le cancer du sein ont été effectuées chez des Blanches.) L’étude a démontré que celles qui consommaient 7 verres ou plus par semaine étaient plus à risque d’avoir le cancer du sein que celles qui en consommaient 4 ou moins.

Cependant, les chercheurs qui ont conduit cette étude ont aussi constaté que les femmes noires qui avaient répondu ne pas consommer d’alcool du tout étaient plus à risque d’avoir le cancer du sein que celles qui avaient une consommation modérée (4 verres ou moins par semaine). On ne connaît pas la cause, mais des études antérieures avaient donné des résultats similaires. On avait alors émis l’hypothèse que d’autres maladies, comme le diabète (associé à un risque accru de cancer du sein), auraient pu influencer ces femmes à s’abstenir de boire.

… mais ce n’est pas si simple

Pratiquement toutes les études ayant démontré un lien entre l’alcool et le cancer sont du même type: observationnelle. La seule façon de prouver que l’alcool cause le cancer serait de faire un essai clinique randomisé, qui comparerait deux groupes de personnes: un à qui on donnerait de l’alcool; l’autre à qui on n’en donnerait pas. Sans un essai clinique du genre, on ne peut pas savoir si le cancer est causé par l’alcool ou par d’autres habitudes de vie. Par exemple, si les gens qui consomment de l’alcool sont plus enclins à fumer, sont moins actifs ou mangent moins bien, il est possible que ce soit leurs habitudes de vie qui influencent le risque de cancer, et pas nécessairement l’alcool.

Mais comme ce serait contre l’éthique de faire boire de l’alcool à un grand nombre de sujets en santé, étant donné les autres risques liés à l’alcool, les probabilités qu’un tel essai clinique soit effectué sont minces.

À lire aussi: Jeûner pour guérir

 

 

Impossible d'ajouter des commentaires.