Le b.a.-ba du yoga sur chaise

Cinq minutes et une chaise, c’est tout ce qu’il faut pour désamorcer le stress et retrouver la forme, selon Yoga sur chaise (Hachette). Superbement illustré, ce livre propose une variante accessible de la discipline millénaire. Entretien avec la Montréalaise Julie Banville, l’une des coauteures.

  6
Auteur-Julie-Banville

L’auteur Julie Banville (Photo: Zen et cie)

Comment êtes-vous venue au yoga sur chaise ?
Claire Armange, l’autre auteure,et moi donnons des cours de yoga en milieu de travail depuis plusieurs années. Au début, les entreprises refusaient nos services, faute de place pour utiliser des tapis. On a donc transposé sur une chaise quelques postures qui soulagent le stress et les tensions dans le dos, pour pouvoir enseigner dans les salles de conférence. Au fil des ans, on a développé toute une pratique en adaptant plusieurs postures traditionnelles, comme le chien tête baissée, l’aigle, l’enfant, la salutation au soleil…

Quels sont ses avantages ?
C’est une façon accessible mais efficace d’aborder le yoga. Pour le pratiquer, il faut à peine cinq minutes et une chaise. Même pas besoin de tenue d’exercice ! Les gens nous disent qu’ils veulent faire du yoga, mais qu’ils n’arrivent pas à intégrer ça dans leur horaire. Le livre est un guide pratique pour les aider à passer à l’action. On présente des séances courtes qui s’attaquent à des problèmes spécifiques comme les migraines, les douleurs articulaires, l’anxiété ou l’insomnie. C’est parfait pour les travailleurs qui ont quelques minutes entre deux réunions, les gens qui peinent à se mettre au sol à cause de douleurs ou de limitations physiques, mais aussi ceux qui manquent de temps et qui peuvent utiliser une chaise de cuisine pour faire deux ou trois postures avant le retour de l’école des enfants.

Livre-Yoga-sur-chaise

Photo: Studio Rogers

N’est-ce pas un peu contradictoire de faire du yoga… rapidement ?
C’est un tremplin. Avec notre rythme de vie effréné, si consacrer une heure ou deux par jour à une activité paraît inaccessible, commençons alors par quelques minutes. Nous recommandons de prendre un rendez-vous quotidien avec soi-même pendant 21 jours – le temps nécessaire pour qu’une habitude s’installe. Après, quand les bienfaits se font sentir, il devient plus facile de faire une plus grande place à ça dans son horaire.

Il y a 10 ans, vous avez quitté une carrière en marketing pour enseigner le yoga. Pourquoi ce changement de cap ?
J’étais devenue chroniquement stressée. Je me levais le matin et tout me semblait une montagne, j’avais un poids sur la poitrine, mes pensées « spinnaient » constamment. J’ai essayé le yoga et ç’a été le coup de foudre. Comme j’étais gestionnaire, j’ai tout de suite pensé à amener le yoga en milieu de travail, où le stress est très présent. J’ai suivi une formation pour devenir professeure et j’ai quitté mon emploi. Aujourd’hui, je vis du stress, comme tout le monde, mais je me sens mieux outillée pour y faire face.

A-t-on encore des appréhensions face au yoga ?
Oui ! Les gens pensent qu’il faut être souple, super en forme ou coupé au couteau. Et l’industrie y contribue, avec des images de postures sur la tête. Pour un néophyte ou une personne en surpoids, c’est intimidant. Le côté ésotérique aussi fait peur. Mais il y a autant de façons d’enseigner le yoga qu’il y a de professeurs, alors c’est normal d’en essayer plusieurs avant de tomber sur celui qui nous convient. Il ne faut pas mettre une croix sur le yoga à cause d’une mauvaise expérience.

Pages-livre-yoga-sur-chaise

Photo: Studio Rogers

 

À VOIR: Des exercices de yoga à faire au bureau

Impossible d'ajouter des commentaires.