Prendre de l’aspirine pourrait-il aider à tomber enceinte?

Une étude récente suggère que prendre de l’aspirine à faible dose augmenterait les chances d’avoir un enfant pour les femmes atteintes d’inflammation systémique (inflammation chronique de faible intensité).

  0

Une simple pilule en vente libre pour augmenter ses chances de tomber enceinte  ? Pas si farfelu, semble-t-il. Selon une nouvelle étude, prendre de l’aspirine (acide acétylsalicylique ou AAS) à faible dose quotidienne avant la conception et durant la grossesse serait une façon efficace d’aider les femmes présentant une inflammation de faible intensité à tomber enceintes et à le rester.

aspirine tomber enceinte femme 700x442

Photo: iStock

Depuis quelques années, les recherches sur l’inflammation se multiplient, à mesure que les scientifiques découvrent ses effets sur notre santé. L’inflammation, qui est une réaction de défense de l’organisme, est souvent bénéfique. Ainsi, la rougeur et l’enflure d’une cheville foulée contribuent à limiter les dommages de la blessure. Toutefois, si la réponse immunitaire perdure – en raison par exemple de la présence d’une maladie non diagnostiquée ou d’un tabagisme –, elle peut provoquer de nouveaux problèmes. On sait que l’inflammation joue un rôle dans les maladies cardiaques, les cancers et les affections articulaires ; dans le cas de la fertilité, tout n’est pas aussi clair.

Afin de mieux comprendre le lien entre l’inflammation systémique – que l’on pourrait définir comme un état d’inflammation chronique de faible intensité – et la capacité de procréer, des chercheurs du Eunice Kennedy Shriver National Institute of Child Health and Human Development et de l’Université d’Utah ont mené une étude (récemment publiée dans The Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism) chez des femmes essayant de concevoir et ayant déjà fait une ou deux fausses couches. Ils ont mesuré chez ces dernières le taux sanguin de protéine C réactive, un marqueur courant de l’inflammation systémique produit par le foie, et les ont classées en trois groupes selon le niveau de ce taux : faible – moyen – élevé. Ils voulaient observer l’effet d’une faible dose d’anti-inflammatoire comme l’aspirine sur le taux de conception et l’issue de la grossesse. Leur découverte ? Lorsque les femmes ayant un taux sanguin élevé de protéine C réactive prenaient 81 mg d’acide acétylsalicylique (soit l’aspirine à faible dose quotidienne), elles étaient 31 % plus susceptibles de tomber enceintes et avaient 35 % plus de chances d’avoir une naissance vivante.

À LIRE: 3 mythes sur l’entraînement pendant la grossesse

Les 1  228 femmes de l’étude étaient âgées de 18 à 40 ans et ne souffraient d’aucun trouble de fertilité connu. La moitié d’entre elles ont reçu un placebo, tandis que les autres ont reçu une faible dose d’aspirine. Seules les femmes dont le niveau d’inflammation était le plus élevé ont amélioré leurs probabilités de grossesse de manière statistiquement significative.

Selon l’une des auteures de l’étude, Lindsey Sjaarda, la cause de l’inflammation chez ces femmes est restée un mystère. Bien que l’obésité soit un facteur majeur reconnu pour augmenter l’inflammation, la chercheuse précise que l’indice de masse corporelle a été pris en compte et que l’on a quand même relevé des taux élevés de marqueurs de l’inflammation chez un grand nombre de femmes ayant un poids santé. Fait intéressant, les femmes ayant un poids santé étaient plus susceptibles de retirer des bienfaits de l’aspirine que les femmes obèses. Les raisons possibles de cet avantage ne sont que spéculations pour l’instant. « Les facteurs potentiels [d’inflammation] peuvent être l’alimentation, ou une affection sous-jacente non diagnostiquée. Certaines recherches explorent même le lien entre l’inflammation et la santé bucco-dentaire. Peut-être que tout cela contribue à l’inflammation systémique et que nous n’y prêtons tout simplement pas assez attention », dit-elle.

Les chercheurs ne comprennent pas bien comment cette inflammation de faible intensité peut nuire à la conception et à la grossesse. « L’inflammation est tellement diffuse dans tout le corps qu’il est logique de penser qu’elle peut avoir une incidence sur n’importe quelle fonction », déclare Lindsey Sjaarda. « L’enjeu est peut-être de maintenir la qualité de l’ovule après l’ovulation ou son déplacement vers la cavité utérine. Nous pensons que cela a à voir avec la survie de l’embryon au moment de l’implantation. »

La chercheuse souligne que s’il est trop tôt pour recommander l’usage général de l’aspirine chez les femmes qui tentent de tomber enceintes, elle espère que cette étude mènera à d’autres recherches, notamment sur l’utilité éventuelle de ce médicament dans d’autres complications de la grossesse liées à l’inflammation, comme le diabète et les naissances de faible poids. On a déjà recours à l’aspirine chez certaines femmes enceintes à haut risque de prééclampsie, et certains médecins la prescrivent pour faciliter la grossesse de différentes manières.

À LIRE: 10 faits sur la nutrition

C’est le cas du Dr Carl A. Laskin, directeur général chez TRIO Fertility et professeur agrégé aux départements de médecine et d’obstétrique-gynécologie de l’Université de Toronto. Ce dernier précise qu’il recommande l’acide acétylsalicylique à faible dose aux femmes qui ont fait plusieurs fausses couches seulement après un examen approfondi. « L’aspirine ne doit pas être prescrite automatiquement », dit-il, mais dans certains cas elle peut être bénéfique. « La raison pour laquelle j’y ai recours quand les fausses couches se répètent est que l’aspirine à faible dose modifie le ratio de deux protéines présentes dans les vaisseaux sanguins qui interviennent dans la coagulation du sang », poursuit le médecin, également codirecteur médical du programme de fausses couches récurrentes. En empêchant la coagulation dans les microvaisseaux de l’utérus, le médicament peut protéger l’implantation de l’embryon et ainsi favoriser la poursuite de la grossesse.

La bonne nouvelle, ajoute le Dr Laskin, c’est que l’aspirine à faible dose comporte très peu de risques pour les femmes enceintes ou qui tentent de le devenir. Cela dit, la prudence s’impose en cas de troubles de la coagulation ou d’ulcères d’estomac. De là l’importance de consulter son médecin avant d’entreprendre tout traitement.

Lorsqu’il y a inflammation, il est plus important de chercher d’où vient le problème, précise encore le DLaskin. Pour accroître ses chances de concevoir, il est toujours profitable d’adopter un mode de vie sain, d’atteindre son poids santé, d’arrêter la cigarette et l’alcool. « Il faut mettre le mode de vie au sommet de ses priorités, dit-il.  Je ne voudrais pas que les gens croient qu’en prenant de l’aspirine, ils vont guérir tous leurs maux. »

 

Cet article est une adaptation tirée du site todaysparent.com.

Impossible d'ajouter des commentaires.