Six maux et leurs solutions

Plus des deux tiers des Canadiens souffrent d’inconforts digestifs au moins une fois par semaine. Voici les plus courants, accompagnés des explications du Dr Naoki Chiba, gastroentérologue de la Fondation canadienne pour la promotion de la santé digestive.

  0

 

Photo: iStock.com/Vertigo3d

1. Les brûlures d’estomac

Les douleurs ressenties derrière le sternum, à la base de l’œsophage, sont habituellement provoquées par un reflux gastrique, soit l’acidité de l’estomac qui remonte dans l’œsophage. Une faiblesse du sphincter qui relie les deux organes, et dont le rôle est justement d’empêcher ce reflux, est souvent la cause du problème.

  • Ce qui est normal: on souffre toutes de brûlures d’estomac de temps à autre, à la suite de repas trop copieux, arrosés d’alcool. Et si on va au lit peu de temps après avoir mangé, c’est encore pire! La position couchée nuit au travail du sphincter de l’œsophage.
  • Quand il faut s’inquiéter: quand elles deviennent persistantes, résistent au traitement ou si l’on éprouve une difficulté à avaler.
  • Ce qu’on doit faire: essayer de manger plus souvent, et de plus petites quantités à la fois. Éviter les collations avant de se coucher, les repas épicés ou gras, le café et l’alcool. Perdre du poids, si nécessaire, car les personnes ayant un excès pondéral, surtout autour de la taille, sont plus susceptibles de subir aigreurs et brûlures d’estomac.

2. Les ballonnements et les gaz

La digestion s’effectue grâce à des micro-organismes qui fractionnent la nourriture dans l’estomac. Ce processus génère inévitablement des gaz. Selon les sensibilités personnelles, certains aliments peuvent produire plus de gaz que d’autres pendant la digestion. En général, toutefois, les sucres, comme le lactose (surtout en cas d’intolérance) ainsi que le raffinose, un sucre complexe contenu dans les légumineuses, en provoquent davantage. Manger trop vite cause aussi des ballonnements.

  • Ce qui est normal: s’ils dépendent des aliments que l’on a consommés.
  • Quand il faut s’inquiéter: si les symptômes empirent ou s’accompagnent de vomissements, ou si on note un changement dans les selles.
  • Ce qu’on doit faire: manger moins vite et mastiquer chaque bouchée. Consommer des probiotiques tous les jours peut aussi aider. Si on soupçonne une intolérance au lactose, on retranche les produits laitiers de son alimentation pendant une semaine ou deux et on note s’il y a amélioration ou non. Il faut savoir que plusieurs fromages fermes (emmenthal, parmesan, etc.) contiennent très peu de lactose. Quant aux yogourts, ils ont la propriété de faciliter la digestion du lactose.

À lire aussi: Les 10 commandements d’une bonne digestion

3. La constipation

Évacuation difficile ou incomplète? Selles dures? Il s’agit bien de constipation, un problème souvent lié au manque d’exercice, au stress, à une modification de l’alimentation ou à un changement dans les habitudes de vie (un voyage, par exemple).

  • Ce qui est normal: le rythme selon lequel les gens vont à la selle varie beaucoup. Pour certaines personnes, c’est deux à trois fois par jour, pour d’autres, de deux à trois fois par semaine.
  • Quand il faut s’inquiéter: quand des changements brusques se produisent. Par exemple, si la constipation survient pour la première fois et persiste. Ou encore, si on observe du sang dans les selles.
  • Ce qu’on doit faire: augmenter son activité physique. Boire davantage d’eau – de 8 à 10 verres par jour. Éviter le café et l’alcool, qui déshydratent. Consommer des aliments fonctionnels qui aident le transit comme certains yogourts probiotiques. Augmenter la consommation de fibres: grains entiers, fruits et légumes, légumineuses, noix. On peut aussi utiliser un laxatif doux pendant une courte période de temps: le pharmacien pourra conseiller un médicament approprié.

4. La diarrhée

Les causes peuvent être multiples: une infection parasitaire, un virus, une grippe, des changements dans l’alimentation. «Dans la plupart des cas, les gens en connaissent la cause», fait remarquer le Dr Naoki Chiba. Mais la diarrhée peut aussi être provoquée par une allergie ou une intolérance alimentaire.

  • Ce qui est normal: tout rentre dans l’ordre au bout de cinq ou six jours.
  • Quand il faut s’inquiéter: si la diarrhée se manifeste sans raison apparente, si elle se prolonge au-delà d’une semaine, ou si on observe du sang dans les selles.
  • Ce qu’on doit faire: boire beaucoup pour éviter la déshydratation.

5. Les maux de ventre

On en ressent toutes à l’occasion. Les maux de ventre sont souvent liés à d’autres symptômes comme les ballonnements, la diarrhée et la constipation.

  • Ce qui est normal: ils ne durent que quelques jours.
  • Quand il faut s’inquiéter: s’ils persistent et reviennent souvent. C’est peut-être le signe d’une maladie cœliaque, du syndrome du côlon irritable, d’une intolérance au lactose ou de problèmes plus sérieux comme la maladie de Crohn, une affection auto-immune de l’intestin.
  • Ce qu’on doit faire: demeurer attentive et consulter son médecin s’ils sont trop fréquents ou si d’autres symptômes se manifestent.

6. Une digestion lente ou difficile

Un repas qui reste sur l’estomac? Il y a fort à parier qu’on a trop mangé et trop vite, et sans doute des aliments très gras.

  • Ce qui est normal: se résorbe en quelques jours.
  • Quand il faut s’inquiéter: présence de douleurs abdominales. Quand le malaise se prolonge plusieurs jours sans qu’on en connaisse la raison. Des selles noires ou rouges révèlent des saignements provenant du système digestif.
  • Ce qu’on doit faire: manger lentement, bien mastiquer ses aliments, éviter les plats lourds avalés à la course et, autant que possible, prendre ses repas toujours à la même heure.

À lire aussi: Nous sommes ce que nous mangeons

Impossible d'ajouter des commentaires.