Spark Joy: Ménage, bien-être et psycho pop

Notre rédactrice en chef a lu et tenté de mettre en pratique Spark Joy, de la japonaise Marie Kondo, un livre sur le ménage qui fait un tabac dans le monde anglo-saxon.

  4

Après plus de 50 ans de féminisme, notre salut passerait par le ménage. C’est ce que nous apprend Spark Joy (traduction libre : « Mettre en joie »), de la Japonaise Marie Kondo, qui cartonne en ce moment dans le monde anglo-saxon. La toute première phrase du livre donne le ton : « Life truly begins only after you have put your house in order. » (« La vie débute seulement une fois qu’on a mis de l’ordre dans sa maison. »)

Alors, sortons nos sacs à vidanges. L’heure est au GROS ménage.

Photo: iStock

À LIRE: La vraie vie (le cercle vicieux du ménage)

Marie Kondo milite pour la manière forte : inventorier tous ses avoirs et éliminer le superflu. (En d’autres mots, vous étendez par terre toutes vos guenilles et vous faites le tri.) Selon la consultante en rangement (!), on ne devrait conserver que ce qui nous procure de la joie. On hésite à garder une robe qu’on n’a portée qu’une fois ? « Sentir comment le corps réagit quand on la presse contre son cœur peut aider à reconnaître l’intangible étincelle de joie », écrit-elle.

Appliquer cette méthode, appelée KonMari, doit bien occuper quelqu’un pendant des semaines, sinon des mois. D’autant qu’il faut procéder avec minutie : d’abord les vêtements, puis les livres, les divers papiers, les bijoux et autres babioles, et enfin les objets qui ont une valeur sentimentale.

Une fois fait, ce grand chambardement devrait changer notre vie. Cette théorie psycho-pop a tout pour plaire. Qui ne rêve pas de voir les flacons de son armoire à épices et fines herbes classés en ordre alphabétique ? Anis vert, badiane, basilic… Ses serviettes et débarbouillettes rangées de façon impeccable ? Ou encore toute sa paperasse – des dessins des enfants jusqu’aux déclarations de revenus des cinq dernières années – jetée ou bien casée dans des boîtes étanches ? Ça titille la ménagère en vous. Moi aussi.

J’ai essayé. Quelque chose de facile : le tiroir de sous-vêtements. Je l’ai attaqué non sans avoir analysé les illustrations du livre qui expliquent comment plier les petites culottes – il faut en faire des minirouleaux élégants. Mais ça ne marchait pas ! Ben voyons, allais-je vraiment passer un dimanche après-midi à rouler (sans succès) des bobettes ? Ridicule.

Il est là, le problème. On est encore en train de dire aux femmes de retourner nettoyer leur maison. Et que leur bien-être personnel s’y trouve.

Mon chez-moi ne ressemble pas à ces décors zen qu’on voit sur Instagram. Ça traîne un peu, parfois beaucoup… Et, vous savez quoi, je m’en fous. Je n’ai pas besoin d’en faire plus pour me sentir heureuse et épanouie.

Est-ce que je fantasme à l’idée de mettre à la rue tout ce qui encom­bre mon sous-sol ? Bien sûr ! Mais cela restera un fantasme… La vie m’appelle ailleurs.

Spark joy, par Marie Kondo, Ten Speed Press, 24,99 $

À LIRE: Tout part de l’intestin

Impossible d'ajouter des commentaires.