Au boulot ! Mélanie Ménard

Mélanie Ménard fondatrice de La Station Organique, 41 ans, maman de deux enfants de 9 et 7 ans.

  0
melaniemenard2

Crédit: Louise Savoie

Ce que je fais dans la vie

Il y a quatre ans, je me suis lancée dans la fabrication de barres collation et de jus pressés à froid végétaliens, biologiques et sans sucre raffiné. Ce qui était d’abord un projet dans ma cuisine à Laval s’est transformé en petite usine qui emploie maintenant quatre personnes. Grâce entre autres au love money de mon beau-père, un boucher italien qui ne mange même pas de salade ! [Rires]

 

Pour se lancer en affaires, ça prend…

Beaucoup de détermination. J’ai d’abord suivi un cours en cuisine classique à l’École hôtelière de Laval alors que je venais à peine d’accoucher ! Puis, j’ai travaillé 55 heures par semaine pendant deux ans et demi comme serveuse à la cabane à sucre Au pied de cochon, afin de financer l’achat de l’équipement pour mon entreprise. Il faut savoir cultiver ses rêves et sa créativité, malgré le poids des obligations. Ça prend un peu de folie pour avancer.

 

Je me définis avant tout…

Comme une maman. Mon fils et ma fille sont ma priorité absolue. Rien ne passe avant eux, pas même La Station Organique. Les affaires se développent sans doute moins vite à cause de ça, mais je préfère être très présente dans leur vie.

 

Mon truc pour décrocher

Je fais du yoga. Enfin, quand j’arrive à m’accorder un instant… Sinon, mon grand plaisir, c’est d’aller au restaurant. Quand je voyage, c’est avant tout pour essayer de bonnes adresses. Je passe des heures à scruter des menus sur Internet ! Cette obsession pour la bouffe est liée à ma mère, je crois. Quand j’étais enfant, elle me préparait toujours des repas avec soin – c’était sa manière d’exprimer son amour.

 

Mon style

Je n’ai que du linge mou, et même de l’extra mou quand je rentre à la maison ! [Rires] J’aime les leggings et les hauts amples. Jamais rien de serré, sinon j’étouffe. Je choisis souvent des morceaux des marques Lululemon et Bella Dahl, pour leur qualité et le confort des tissus.

 

Une leçon que j’ai apprise

Plus jeune, j’ai souffert de dépendance à l’alcool pour geler des souffrances profondes. Jusqu’à ce que je comprenne qu’on a plus de contrôle sur sa vie qu’on le croit. Et que ce n’est pas en répétant toujours les mêmes comportements qu’on atteint de nouveaux résultats. L’alcoolisme est une maladie dont on ne guérit jamais, mais je me considère aujourd’hui rétablie, et je suis heureuse de mener une vie en accord avec mes objectifs – notamment d’aider les gens à vivre mieux. Je le fais aussi pour mes enfants. J’ai envie qu’ils bougent, qu’ils mangent bien et se tiennent loin du monde que j’ai connu.

 

Je suis fière…

D’être sans compromis quant à la qualité de mes produits. J’ai déjà stoppé ma production pendant une semaine parce qu’il n’y avait pas de légumes bios disponibles. Je refuse aussi le procédé de pasteurisation UHT [ultra haute température], une méthode qui prolonge la conservation des jus, mais en altère le goût, selon moi. Tant pis si ça me ferme des portes – je ne fais pas ça pour devenir riche.

melaniemenard

Crédit: Louise Savoie

J’ai du mal à…

Prendre ma place. Mes proches ont beau me répéter que je suis extraordinaire, j’y crois moins qu’eux ! Heureusement, mon syndrome de l’imposteur s’atténue avec le temps. Mon autre défi : je ne suis pas très bonne dans la paperasse. C’est mon maillon faible. Je me définis davantage comme une artiste. Une chance que mon chum est là ! Il est plus cartésien. Et tellement encourageant. Sans lui, je ne sais pas où j’en serais.

 

Je crois vraiment…

À l’impact des aliments sur la santé. Il y a neuf ans, à la suite d’une diverticulose, on m’a annoncé que j’allais être amputée d’un bout d’intestin et que je devrais faire mon deuil des noix, des fruits et des légumes crus. On me recom-mandait des substituts de repas… Pour une foodie comme moi, c’était dur à avaler ! On commençait à l’époque à parler des jus verts, et comme je n’avais rien à perdre, j’ai essayé. Les effets ont été si épatants que j’ai pu m’épargner la chirurgie, au grand étonnement de mon médecin. C’est ainsi qu’a germé l’idée de La Station Organique.

 

Mon rêve

Ouvrir sur la Rive-Nord un comptoir de déjeuners et de lunchs où les végétaux seront mis en valeur, comme aux restos LOV et Le Vin Papillon, à Montréal. J’y servirai une cuisine « d’intention », au sens où rien ne sera le fruit du hasard. Ça fait plus d’un an que je développe mes recettes. Chaque ingrédient est choisi parce qu’il est nutritif, goûteux et produit autant que possible par des artisans d’ici. Le soir, je voudrais que l’endroit devienne un lieu de rassemblement pour la communauté. On pourrait y organiser des ateliers de yoga, par exemple.

 

Je craque pour…

Les huiles essentielles de marque Saje Natural Wellness, une entreprise de Vancouver. J’aime beaucoup leurs parfums à bille faite de quartz. Je tripe sur les pierres… J’ai un petit côté sorcière !

 

Ma routine beauté

J’opte pour les soins les plus naturels possible. D’ailleurs, je suis consultante pour Beautycounter, dont les produits sont non toxiques. J’utilise aussi Aquafolia et Tata Harper. En général, je me maquille peu. Par contre, je me paye la traite chez le coiffeur : je fréquente le salon Privé, de David D’Amours. C’est lui qui fait les têtes de Maripier Morin, Marie-Mai, Julie Snyder… C’est bien au-dessus de mes moyens, mais chaque fois que je vais ailleurs, je suis déçue !

 

Une personne qui m’a marquée

La coach de vie américaine Gabrielle Bernstein, dont j’ai lu tous les livres, notamment Spirit Junkie : A Radical Road to Self-Love and Miracles. Pour souligner mes 40 ans, j’ai fait une retraite de yoga qu’elle animait, au Massachusetts, et ses propos m’ont beaucoup touchée. Comme moi, elle a eu des problèmes de dépendance. Et pourtant, elle n’a l’air ni d’une folle ni d’une vagabonde !

 

Sur les réseaux sociaux, j’aime suivre…

 

Sarah Britton, qui tient le blogue My New Roots, la chef végétarienne Amy Chaplin, auteure de At Home in the Whole Food Kitchen, et le chef Yotam Ottolenghi, auteur de Plenty, entre autres.

 


 

 

 

 

Impossible d'ajouter des commentaires.