Les femmes en politique en quelques chiffres

De nombreuses femmes qui participent à la vie politique, c’est l’un des principaux indicateurs d’égalité entre les sexes. Voici ce que révèlent les données québécoises et canadiennes.

  0

Photo: Conférence de presse de Claire Kirkland-Casgrain/Gabor Szilasi, 1971/BAnQ Vieux-Montréal/Office du film du Québec/E6, S7, SS1, D710131, P002 (Claire Kirkland-Casgrain).

PROVINCIAL

 

Une pionnière

La première femme à siéger à l’Assemblée nationale du Québec est la députée Claire Kirkland-Casgrain. Elle y fait son entrée en 1961, après avoir remporté les élections partielles dans Jacques-Cartier. C’est le décès de son père Charles-Aimé Kirkland, député de cette circonscription de l’ouest de l’île de Montréal pendant 22 ans, qui déclenche le processus électoral. Entre autres réalisations, elle a fait adopter en 1964 le projet de loi 16, qui mettait fin à l’incapacité juridique des femmes mariées – ce qui veut dire qu’elles acquéraient la capacité d’agir pour elles-mêmes, par exemple de signer un bail ou d’ouvrir un compte bancaire, sans l’autorisation de leur mari.

 

2013

Cette année-là, de février à novembre, six provinces ou territoires sont dirigés par des femmes. Il s’agit de Pauline Marois au Québec, Kathleen Wynne en Ontario, Alison Redford en Alberta, Christy Clark en Colombie-Britannique, Kathy Dunderdale à Terre-Neuve-et-Labrador, et Eva Aariak au Nunavut.

Aujourd’hui, elles ne sont plus que deux: Kathleen Wynne, et Rachel Notley, en Alberta.

À lire aussi: Parité: un coup de pouce serait apprécié!

 

1

L’Assemblée nationale ne compte en ce moment qu’une seule députée noire, Dominique Anglade, ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation et vice-première ministre.

Photo: Presse Canadienne/Mario Beauregard (Dominique Anglade).

 


 

FÉDÉRAL
Ottawa paritaire?

Les femmes ont récolté le quart des sièges en jeu aux dernières élections fédérales, soit 88 sur 338. Il s’agit d’un record pour le Parlement canadien.

64e

C’est le rang qu’occupe le Canada dans le classement des pays en fonction de la représentation des femmes dans leur Parlement national. Parmi ceux-ci, les deux seuls qui atteignent et même dépassent l’égalité sont le Rwanda et la Bolivie.

À lire aussi: La politique se sert-elle des femmes?

 

Photo: Presse Canadienne/John Goddard (Rosemary Brown).

1972

Rosemary Brown devient la première députée noire du Canada, sous la bannière du Nouveau Parti démocratique (NPD) de la Colombie-Britannique.

 

132

C’est le nombre de jours durant lesquels une femme a gouverné le Canada. Choisie par les membres du Parti progressiste-conservateur pour remplacer Brian Mulroney après sa démission, Kim Campbell prend le pouvoir le 25 juin 1993. Elle sera vaincue aux élections générales du 25 octobre de la même année lors d’une défaite historique des conservateurs, qui ne remportent que deux sièges aux Communes.

 

À lire aussi: Femmes et politique: une (pas très longue) histoire

 


 

MUNICIPAL

 

Quelques mairesses québécoises

1  Valérie Plante, Montréal  2  Sylvie Parent, Longueuil  3  Josée Néron, Saguenay
4  Suzanne Roy, Sainte-Julie  5  Diane Dallaire, Rouyn-Noranda  6  Marlène Cordato, Boisbriand
7  Sylvie Vignet, Rivière-du-Loup  8  Chantal Deschamps, Repentigny  9  Cathy Poirier, Percé
10  Manon Cyr, Chibougamau  11  Doreen Assaad, Brossard  12  Audrey Boisjoly, Saint-Félix-de-Valois

Bravo mesdames !

Photos: Presse Canadienne/Graham Hughes (Valérie Plante), Simon Bourque (Sylvie Parent), Équipe du renouveau démocratique (Josée Néron), Roxane Paquet (Suzanne Roy), Ville de Rouyn-Noranda (Diane Dallaire), Patric Nadeau Photographie (Sylvie Vignet), France Forant (Chantal Deschamps), Ville de Chibougamau (Manon Cyr), Ville de Brossard (Doreen Assaad), Diane Drainville (Audrey Boisjoly).

 

À lire aussi: Valérie Plante: madame Montréal

 

Illustration: iStock.com/TopVectors

Madame la mairesse

Qui a été la première femme à être élue mairesse d’une grande ville du Québec? Andrée Boucher. Elle a été à la tête de Sainte‑Foy de 1985 à 2001, puis de Québec, de 2005 jusqu’à son décès en 2007.

 

1/5

C’est la proportion de mairesses au Québec.

 

À lire aussi: Femmes en politique: le début d’un temps nouveau?

 


 

Sources: Assemblée nationale du Québec, Encyclopédie canadienne, Alliance de la fonction publique du Canada, Bibliothèque du Parlement, Conseil du statut de la femme, Union interparlementaire, Ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMOT), Directeur général des élections du Québec, Élection Montréal

Impossible d'ajouter des commentaires.