style=

Vidéo : Les gentlemâles

Trois gars avec pas d’filtre.

  4

Deux heures, trois gars, quatre caméras. Pas de journaliste pour poser des questions. Vincent Graton, Christian Bégin et Réal Bossé ont embarqué. Une vraie discussion sans censure, parfois crue, mais avant tout authentique.

4 commentaires à propos de “Vidéo : Les gentlemâles

  1. En un mot, je suis déçue. Comment une conversation sur le respect de l’intimité aux toilettes a-t-elle pu mener à un plaidoyer contre le fait d’assister à l’accouchement de ses enfants. Et … j’ai rêvé ou est-ce qu’on nous compare vraiment à des vaches ici? On laisse la vache accoucher tranquille, pendant que le boeuf est dans une grange voisine. WOW! Je respecte totalement le choix de certains pères de ne pas assister à l’accouchement de leur conjointe pour toutes sortes de raisons, mais si un père y assite, ce n’est certainement pas pour plaire à sa conjointe au détriment de ses désirs ou encore pour se plier supposément à la mode d’aujourd’hui…avant de se dire qu’ils vont assister à un accouchement, les pères présents lors de cet évènement le font probablement plus pour assister à la naissance de leur enfant, pour être les premiers en contact avec lui, pour partager ce moment intense avec la personne avec laquelle ils ont décidé d’embarquer dans cette aventure, leur conjointe. Pour ce qui est de la conversation sur le mâle alpha et l’achat du coffre à outils pour leur fils….ces messieurs n’ont-ils jamais entendu parler de la construction des genres? Cette idée comme quoi les rôles traditionnellement attribués aux femmes et aux hommes, qui sont à la base de l’inégalité des genres et de la discrimination des sexes, sont des rôles construits par la société et l’éducation et non une réalité innée ou naturelle. De plus, on a ici un portrait flagrant de trois hommes qui vraiment ont besoin de s’informer un peu plus et de sortir de leur ignorance, sauf peut-être Vincent Graton qui est le plus silencieux des trois. Cela se comprend quand on remarque qu’il est celui qui se donnent le moins des airs supérieurs, son silence est peut-être signe qu’il n’est pas tout à fait d’accord avec les propos de ses collègues ( il faut remarquer quand il avoue qu’il est un homme qui cuisine…première réaction de Réal Bossé: « AH OUIN! » ) et il est le seul à avoir montrer qu’il est confortable avec sa propre vulnérabilité (avec son histoire d’observation dans l’arbre). Christian Bégin, je ne sais pas par où commencer. Clairement mal à l’aise ( ça se remarque par sa gestuelle, toujours une main au visage ), pourquoi te donnes-tu l’air de tout savoir, avec tes grandes phrases qui se veulent probablement profondes de sens et même philosophiques, mais qui ne veulent rien dire. Décidément, c’est lui qui m’a déçue le plus…on sens tout de suite qu’il se prend pour le nombril du monde. Bref, bel essai tout le monde…ce vidéo ne fait que confirmer le long chemin que la société doit encore franchir pour sortir les anciens préjugés et mentalités de l’esprit des gens (je dis les gens, car même si ici on n’y voit que des hommes qui s’expriment, je sais que beaucoup de femmes sont aussi prisonnières de ces mentalités qui dominent malheureusement notre société). Je sais que ce commentaire évoquera probablement de vives réactions, preuve que les questions de représentation et d’égalité des genres sont encore délicates et surtout d’actualité !
    Commentaire signé: Françoise ( étudiante en fin de bac en science politique à l’UQAM )

    Répondre

  2. Et bien moi j’ai beaucoup aimé ce p’tit bout de vie des trois comédiens (+) que j’aime beaucoup. Je trouve très drôle ces commentaires sur l’intimité partagée parce que moi aussi je pense qu’on n’a pas à devenir UN quand on est deux. On a beaucoup essayé et pensé qu’on était meiileur que nos parents. Mais ce n’est pas vrai. Ils savaient s’amuser et nous ont beaucoup aimés, en tout cas c’est vrai pour les miens et je ne veux pas devenir porte-parole de tous ls Québécois là-dessus. J’ai eu une enfance heureuse, dans une grande famille. Mon père prenait ses trois repas par jour avec nous. il était sévère, éducation judéo-chrétienne oblige, mais il nous a beaucoup amusés, nous a beaucoup montré, nous a fait étudier. Et ma mère était sa complice là-dedans. Et sincèrement, j’ai essayé de répéter ce genre d’éducation avec mes enfants et j’espère qu’ils feront la même chose avec les leurs. On les aime, on les responsabilise, et on s’amuse tous ensemble. Et on fait une belle gang d’individus qui restent des individus mais se choisissent un peu plus tous les jours et pour toujours. BRAVO!

    Répondre

  3. Moi, j’ai trouvé ça plutôt drôle à l’exception, effectivement, de la comparaison entre la femme qui accouche et une vache. Je me suis dite: est-ce qu’il est vraiment en train de dire ça?

    Par contre, quel est le but de cette capsule? Un magazine essentiellement féminin qui donne la parole à trois hommes. Le contexte est féminin. On ne leur demande pas de raisonner comme des femmes, mais leurs propos seront inévitablement teintés par l’environnement. Changeons le contexte ou le média qui diffuse, les opinions divergeront. Les propos n’auront pas la même réception.

    Moi, au début, avant même d’appuyer sur Play, je me suis dite: il s’agit d’un vidéo probablement à caractère humoristique. On prend 3 gars et on leur demande de s’ouvrir, de se confier. Ils rentrent dans le jeu, mais en conservant leur attitude mâle. Cependant, ils savent faire preuve d’humour et de sensibilité. Leurs questionnements, leurs angoisses ne sont pas différents des nôtres. La relation avec leur père, leur rôle en tant que propre père, le vieillissement (même si on leur donne absolument pas 50 ans)…

    Bref, ça m’a touché. Je me suis reconnue, même en tant que femme, dans ces propos. Justement, la question de l’éducation, de vouloir éviter à tout prix de reproduire nos modèles ou alors vouloir à tout prix personnifier la perfection. Je n’ai pas d’enfants, mais le fond de leur discours peut interpeler bien des gens, à différents égards, peu importe notre âge ou notre style de vie.
    P-ê aussi que le fait de provenir d’une famille uniquement de gars (3 frères), pour moi, y’a pas grand chose qui me choque. Je ne les ai pas trouvé irrespectueux.

    Ce sont des gars dans un environnement féminin. Le clash peut être brusque.
    J’ai vraiment aimé leurs échanges.

    Répondre

  4. Et bien moi, tout comme Marie (voir plus bas) j’ai beaucoup aimé la franchise et l’humour des hommes dans ce petit bout de film. En aucun moment , ai-je pensé qu’ils pouvaient être de mauvais conjoints ou de mauvais pères. Personnellement, je suis « pu » capable de supporter les hommes roses. Ce que ces gars ont dit à propos de leurs pères étaient sincères. À propos de l’accouchement, combien d’hommes sont inutiles dans la salle de naissance. Est-ce qu’on les veux là avec nous pour partager la douleur de l’enfantement, pour nous tenir la main, pour pousser avec nous, pour couper le cordon, pire encore pour faire une vidéo de la naissance. Si les hommes nous disais franchement (j’appuie sur le mot) ce qu’ils pensent d’assister à la naissance de leurs enfants, je ne serais pas surprise de voir que plusieurs préfèreraient attendre dans une autre salle. En tant que femme, je préfère avoir ma sage-femme, ma doula, ma mère ou ma meilleure amie pour partager ce moment.
    Ça ne fait pas de plus mauvais père pour ça. Tout ça pour dire que j’ai bien aimé l’honnêteté de ces bonhommes.
    PS: je suis féministe mais aussi réaliste

    Répondre

Laisser un commentaire

Connectez-vous pour pouvoir commenter.