Quatre conseils pour aider les femmes à prendre le contrôle de leurs finances

Plusieurs facteurs comme l’espérance de vie ou le nombre d’années de travail influencent le montant d’argent que les femmes doivent mettre de côté en vue de la retraite. Conseils et explications.

  0

Depuis 1950, le taux d’activité des femmes sur le marché du travail n’a cessé d’augmenter. Elles gravissent les échelons et possèdent davantage de capital, ce qui est génial. Mais les statistiques montrent que la gent féminine fait face à des problèmes de planification financière particuliers. Une plus longue espérance de vie, des inégalités sociales et des responsabilités trop souvent réservées aux femmes sont à montrer du doigt. En effet, elles gagnent moins que les hommes et doivent, dans bien des cas, mettre leur carrière de côté pour prendre soin des enfants ou de parents vieillissants. Ajoutons à cela qu’elles sont encore trop peu nombreuses à connaître les tenants et aboutissants de l’investissement. Toutefois, ces conseils peuvent être un pas dans la bonne direction.

femme travail finances 700x466

Photo: iStock

À LIRE: Pourquoi on a besoin de plus de femmes juges

  1. Consulter un spécialiste

Dan Nolan, planificateur financier au Investment Planning Counsel, suggère de prendre rendez-vous avec un conseiller ou une conseillère financière avec qui l’on pourra discuter ouvertement. De nos jours, le temps est une denrée rare, les femmes sont occupées (typiquement plus que les hommes, car elles s’occupent davantage des enfants et des tâches ménagères). Un expert saura exactement quoi faire et par où commencer. «On consulte un médecin lorsqu’on est malade, on laisse sa voiture au garage quand elle doit être réparée, c’est la même chose pour nos finances, dit Dan Nolan. Mais bien des gens ne profitent malheureusement pas de ce service.» Il propose de rencontrer quelques spécialistes avant de choisir celui ou celle en qui on a le plus confiance.

  1. Établir un plan

Une fois le conseiller trouvé, c’est le moment de planifier. Il faut se fixer un objectif clair. On prévoit fonder une famille ou devoir prendre soin d’un parent? Il faut en tenir compte dans le plan. Lorsqu’on aura déterminé le montant dont on a besoin et le moment où on souhaite l’utiliser, on saura quel type d’investissement convient.

À LIRE: 12 façons simples de gagner en confiance au travail

  1. Tenir compte de l’espérance de vie et de l’âge de la retraite

Étant donné que les femmes ont une plus longue espérance de vie, elles devraient épargner davantage pour leurs vieux jours, mais des études indiquent qu’elles disposent de moins d’années de travail pour accumuler de l’argent (en raison des années où elles restent à la maison pour s’occuper des enfants ou d’un parent). Pour un poste donné, une femme qui commence à travailler au même moment qu’un homme devra épargner 18 % de ses revenus, tandis que l’homme devra mettre de côté seulement 10 % de ses gains. Au Canada, l’espérance de vie des hommes est de 79 ans et celle des femmes, de 83 ans. Par exemple, si une femme souhaite vivre avec un revenu annuel de 30 000 $ à la retraite, elle devra épargner 120 000 $ de plus qu’un homme. Amasser une telle somme ne se fait pas en claquant des doigts, d’où l’intérêt de prendre ces données en compte dans sa planification financière.

  1. S’impliquer dans les décisions financières

On remarque que beaucoup de femmes âgées n’auraient pas joué un rôle actif dans la planification financière de leur ménage. Lorsqu’elles survivent à leur partenaire, elles doivent du jour au lendemain s’occuper de tout, à un âge où, bien souvent, elles sont aux prises avec des problèmes de santé et autres aléas de la vie. Selon Dan Nolan, cela se produit beaucoup moins souvent de nos jours. Tout de même, le planificateur affirme qu’il est important que les femmes soient impliquées dans les discussions financières. Il faut se présenter aux rendez-vous à la banque et poser des questions.

À LIRE: Qui sont les jeunes féministes?

Impossible d'ajouter des commentaires.