Tendances 2008

Que nous réserve l’année qui commence ? De l’élection de la personne la plus puissante du monde à la fin des frites dans nos écoles, d’un vaccin anticancer pour les fillettes d’ici aux 50 ans de Madonna, de l’émeu québécois à Vladimir Poutine : en 2008, on ne s’ennuiera pas !

  0

Choisissez une section ou cliquez sur « page suivante » pour voir l’ensemble du dossier.

· Ciné, télé, etc.
· Santé
· Consommation
· Politique internationale
· Environnement
· Femmes et famille
· Femmes à surveiller

CINÉ, TÉLÉ, ETC.

Films québécois

Cruising Bar 2. Gros succès au box-office en 1989, vendu dans 22 pays, des scènes hilarantes qui ont marqué l’imaginaire (et dont certaines ont trouvé le chemin de youtube.com) : le premier Cruising Bar a presque aujourd’hui le statut de film-culte. Michel Côté, qui y interprétait quatre personnages (le snob, le rocker, le « mononcle » à bedaine et le loser à boutons), rêvait depuis longtemps de pondre une suite. C’est fait. « Je veux tellement qu’il soit meilleur que le premier », disait le comédien, aussi coscénariste et coréalisateur, interviewé pendant le tournage. On se le souhaite. 22 juin.


Truffe.
Même dans ses rêves les plus fous, Michèle Richard n’aurait jamais imaginé qu’elle donnerait un jour la réplique à Roy Dupuis dans un film de science-fiction tourné en noir et blanc sur le thème du réchauffement climatique. Malgré la présence de poids lourds (Roy, Céline Bonnier, Pierre Lebeau, Jean-Nicolas Verreault), c’est la participation de la chanteuse qui titille l’intérêt. Michèle incarne la propriétaire d’une entreprise louche qui s’installe dans l’est de Montréal pour contrôler le marché mondial de la truffe noire… Histoire bizarre, film surréaliste d’un genre jamais vu au Québec. 4 avril.

Le piège américain. Selon Fabienne Larouche, le nom de Lucien Rivard est bien connu des Québécois. Si on a plus de 50 ans, peut-être… Rivard, ex-proprio de boîtes de nuit dans le Cuba d’avant la révolution, arrêté en 1965 au Canada pour contrebande d’héroïne, s’évade d’une prison montréalaise. Personnage haut en couleur, truand sympathique, Rivard revit sous les traits de Rémy Girard, la plume de Fabienne et la caméra de Charles Binamé. 16 mai.

Cadavres. Réunir le duo derrière le triomphe de Bon cop, bad cop (Patrick Huard devant la caméra et Érik Canuel derrière) est-il un gage de succès ? Les deux compères le souhaitent, bien sûr, malgré le fait que Cadavres nage dans d’autres eaux. Une maman se suicide. Son fils alcoolique retrouve pour l’occasion sa sœur, une actrice de seconde zone. Des corps morts s’amoncellent mystérieusement dans le sous-sol poussiéreux de la défunte. Film de peur ? Non, film drôle, assure Huard. Avec aussi Julie Le Breton. 8 août.

Babine. Saint-Élie-de-Caxton, vers 1920. Un incendie détruit l’église. Diable, qui l’a allumé ? s’interroge le curé (qui ressemble à Elvis Gratton, et c’est normal, car il s’agit de Julien Poulin). Méo, le coiffeur toujours pompette ? Ou Babine, le fou du village ? Adapté d’Il faut prendre le taureau par les contes, de Fred Pellerin, qui décrit le film comme « Les filles de Caleb sur l’acide ». Avec aussi Isabel Richer. Et Luc Picard devant et derrière la caméra, comme dans son premier film, L’audition. 28 novembre.

Le grand départ. « Ça n’a rien à voir avec La petite vie », avertit Claude Meunier, auteur et réalisateur. Donc, pas de pâté chinois ni de Creton au menu dans son premier film, mais des complices de la série télé : Marc Messier, Guylaine Tremblay, Diane Lavallée… L’histoire ? La petite vie d’un médecin de 53 ans qui quitte femme et enfants pour, espère-t-il, repartir à zéro avec sa nouvelle flamme, beaucoup plus jeune que lui (Hélène Bourgeois Leclerc). Décembre.

Les 10 ans de…
La crise du verglas. Du 4 au 10 janvier 1998, une série de pluies verglaçantes s’abat sur l’est du Canada. Au Québec, sous le poids de la glace, des centaines de pylônes électriques s’écroulent. La moitié de la province se retrouve sans électricité en plein hiver. Le gouvernement déclare l’état d’urgence, l’armée canadienne débarque. Déposé un an plus tard, le rapport Nicolet propose des correctifs pour renforcer le réseau de transport et de distribution électrique. Cinq ans après la crise, Hydro-Québec affirme que si les mêmes conditions atmosphériques étaient de nouveau réunies (ce qui, selon des météorologues, n’arrive qu’une fois par siècle), le réseau serait réparé 10 fois plus vite.

Aussi, en 1998 : lancement du Viagra et du moteur de recherche Google. Frank Sinatra meurt.

TÉLÉ

René. Second volet de la vie publique et privée de René Lévesque. De 1976 « J’ai jamais été aussi fier d’être québécois » (élection du Parti québécois) à 1980 « Si j’ai bien compris, vous êtes en train de me dire : “À la prochaine fois” » (échec du oui au premier référendum) jusqu’au départ de « Ti-Poil » de la vie politique, en 1985. Toujours avec Emmanuel Bilodeau et Lucie Laurier (Radio-Canada).

Le cœur au vent. Annoncée comme la première télésérie écologique, écrite sur du papier recyclable et tournée avec de l’énergie solaire (c’est une blague). L’action se passe au Nouveau-Brunswick. Pascale Bussières y joue la propriétaire d’un restaurant qui se bat contre l’implantation d’un incinérateur de déchets toxiques. Avec aussi Jean-François Pichette (Radio-Canada).

Les Lavigueur, la vraie histoire. Il y a 20 ans, leur destin hors du commun a fait jaser. Une famille dysfonctionnelle de Montréal, vivant de l’aide sociale, remporte sept millions à la loterie. Le billet gagnant, égaré, a été retourné au père Lavigueur par un bon samaritain. Les Lavigueur déménagent dans un château. Puis suivent les déboires, les chicanes, bref tous ces malheurs qu’apporte l’argent… Histoire riche. Et distribution intrigante, avec notamment Pierre Verville et Laurence Lebœuf. (Radio-Canada)


La petite mosquée dans la prairie.
Une série canadienne-anglaise qui fait parler d’elle dans le monde entier, jusqu’au Québec, c’est rare. La vie d’une communauté musulmane implantée dans un bled perdu de la Saskatchewan. C’est intelligent, drôle, bien fait et actuel en ces temps d’accommodements raisonnables. « J’aimerais que les gens réalisent que notre quotidien s’apparente à celui de tout un chacun », a expliqué au New York Times la créatrice de la série, Zarqa Nawaz, une musulmane de Toronto. Printemps. (Radio-Canada)

Aussi…
Nos étés, 4e et dernière saison, de 1952 à 1966 (TVA).
Miss Météo, télésérie (30 minutes, 14 épisodes) écrite par Nathalie Petrowski. Avec Anne-Marie Cadieux, plus déchaînée que jamais dans le rôle-titre, et Sophie Prégent dans les fringues d’une hystérique (Séries +).
Grande fille. Une fille de 22 ans quitte Trois-Rivières, Montréal. Avec Bianca Gervais et Sylvain Marcel (TQS).
La vie sur Mars. Un inspecteur dans le Manchester d’aujourd’hui est victime d’un accident et se réveille en 1973. Télésérie britannique qui a séduit la critique anglaise (Télé-Québec).

Les 30 ans de…

Les fées ont soif. Une femme au foyer, une prostituée et la Vierge : le 10 novembre 1978, trois archétypes féminins partagent pour la première fois la scène, celle du Théâtre du Nouveau Monde, à Montréal. C’est l’auteure québécoise Denise Boucher qui les a réunies dans une pièce féministe non dénuée d’humour: Les fées ont soif. Un scandale énorme éclate. Des organismes publics qui subventionnent le TNM menacent de lui couper les vivres, des catholiques récitent le chapelet à l’entrée du théâtre. Les fées ont soif a été la dernière pièce condamnée par l’Église au XXe siècle.

Aussi, en 1978 : Louise Brown, le premier bébé-éprouvette (in vitro), naissait le 25 juillet. Et Jacques Brel nous quittait le 9 octobre.

Films étrangers

Mamma Mia. C’est une chanson très connue du groupe disco ABBA. C’est aussi le titre d’une formidable comédie musicale qui a fait le tour du monde. Et c’est désormais un film, l’histoire d’une femme qui part à la recherche de l’identité de son père. Une quête rythmée par de nombreux tubes d’ABBA. Signe indéniable de qualité : Meryl Streep et Pierce Brosanan seront du voyage. 18 juillet.

Indiana Jones 4. Le vrai titre, c’est Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal. Indiana, un aventurier pas comme les autres, reprend du service 27 ans après ses premières frasques. Harrison Ford, 66 ans bientôt, a dû se remettre en forme : trois heures de gym par jour, régime sévère voire un peu de Botox. Tous ceux impliqués dans le film ont signé un document leur interdisant de révéler la moindre virgule du scénario. N’empêche, il y a eu quelques fuites. Ainsi, Cate Blanchett a laissé filtrer que son personnage ne sera pas romantiquement lié à Indiana. Produit par George « Star Wars » Lucas, réalisation de Steven Spielberg. 22 mai.

Afterwards. L’écrivain français Guillaume Musso a le vent dans les voiles et vend beaucoup au Québec. Adapté au cinéma en anglais, son best-seller Et après… met en vedette Romain « L’auberge espagnole » Duris, John Malkovich, Evangeline « Lost » Lilly… et Pascale Bussières, qui parlera avec un accent russe ! Un brillant avocat new-yorkais, mort cliniquement dans sa jeunesse puis ressuscité in extremis, découvre que ce lointain épisode provoque des événements troublants. Été.

Sexe à New York. Le film que les fans n’espéraient plus. Miracle : le quatuor féminin le plus chic – et attachant – de la télé américaine revient, mais sur grand écran. Le secret total entoure la production, qui, dit-on, tourne de fausses scènes pour brouiller les pistes. Et les rumeurs les plus folles, juchées sur leurs escarpins Manolo Blahnik, courent dans Internet. Carrie et Big se marient ! Charlotte a été vue avec un gros ventre ! Miranda quitte Steve ! Samantha, la croqueuse d’hommes, meurt ! Seule certitude : la date de sortie. 30 mai.

Astérix aux Jeux olympiques. On sait tous que Stéphane Rousseau fait partie d’une distribution cinq étoiles : Gérard Depardieu (Obélix), Alain Delon (Jules César) et de brèves apparitions de Zinedine Zidane, David Beckham, Michael Schumacher et même de la top-modèle brésilienne Gisele Bündchen. Un budget faramineux (plus de 100 millions de dollars), un tournage épique en Espagne… et notre Stéphane national transformé en Alafolix, un jeune Gaulois qui veut épouser une princesse… qui ne ressemble vraiment pas à Madame Jigger. 11 juillet.

Aussi…
The Young Victoria, de Jean-Marc Vallée (C.R.A.Z.Y), produit par Martin Scorsese, sur la vie de la reine Victoria, jeune. Été.
Shine a Light, de Martin Scorsese (encore), documentaire sur la dernière tournée des Rolling Stones. 4 avril.
Revolutionary Road, réunissant à l’écran Kate Winslet et Leonardo DiCaprio, 11 ans après Titanic. 19 décembre.

Les 40 ans de…
Mai 68. Ce sera sans doute l’événement anniversaire dont on parlera le plus en 2008. Quand on dit Mai 68, on pense aux émeutes des étudiants à Paris, à la remise en cause de l’autorité par une jeunesse peace and love qui voulait changer le monde (l’un des slogans des manifestants : « Il est interdit d’interdire »). 1968 fut une année de contestation planétaire, de l’Allemagne à la Chine en passant par la Tchécoslovaquie et le Québec. À l’occasion d’un défilé de la Saint-Jean-Baptiste à Montréal, de jeunes indépendantistes manifestent contre la présence dans les gradins de Pierre Elliott Trudeau.

Aussi, en 1968 : création de la pièce Les belles-sœurs de Michel Tremblay et de L’Osstidcho de Robert Charlebois. Le Parti québécois était fondé. Aux États-Unis, Martin Luther King était assassiné.

SANTÉ

Un Québec branché. Bientôt, d’un clic de souris, les professionnels de la santé autorisés pourront enfin accéder à tout notre dossier médical : médecin traitant, maladie, allergies, vaccins reçus, médicaments prescrits, résultats d’examens de laboratoire, personnes à joindre si nécessaire… Attendue depuis des années, cette centralisation des données fera épargner temps et argent au système hospitalier. C’est à Québec, à compter de janvier et jusqu’à l’automne prochain, que ce mode de fonctionnement sera rodé : en 2010, toute la province devrait être branchée. Notons que chaque patient décide d’adhérer ou non au dossier de santé électronique. Les médecins, pas d’accord sur ce point, estiment que cela nuira à son efficacité.

Un virus qui monte. Le réchauffement de la planète entraîne des changements inattendus et inquiétants. Prenez les insectes. Certains, qui mènent leur vie de bibitte sous les tropiques depuis des millénaires, montent vers le nord. C’est ce qui est arrivé à un moustique porteur d’un virus appelé chikungunya. L’an dernier, il a semé la panique chez les habitants de l’île de la Réunion, dans l’océan Indien, piquant et contaminant le tiers des habitants. Sans être mortel – même si certains décès demeurent mystérieux –, le virus, connu depuis 50 ans (la première épidémie de chikungunya a eu lieu en Tanzanie, en 1952), cause fièvre, maux de tête, douleurs musculaires, saignements de nez, séquelles aux articulations qui perdurent plusieurs mois, voire plusieurs années. Ledit moustique a récemment fait son apparition en Europe. D’après le magazine Science et Vie, cette espèce de moustique est déjà habituée aux rigueurs de notre climat. Un vaccin est présentement à l’étude.

Avoir (ou non) la piqûre. Pour les fillettes de 9 et 10 ans, la prochaine rentrée scolaire fera mal… Mais ce devrait être pour leur bien. Car elles recevront gratuitement un vaccin qui pourrait leur sauver la vie mais qui suscite la controverse. Gardasil protégerait la vaccinée du virus du papillome humain (VPH), généralement contracté pendant les premières années d’activités sexuelles et responsable du cancer du col de l’utérus. Approuvé par Santé Canada en 2006, Gardasil fait présentement l’objet au pays d’une campagne d’immunisation massive (mais non obligatoire) de 300 millions de dollars. Une décision du gouvernement fédéral qui ne fait pas l’unanimité, car on est loin de l’épidémie : ce type de cancer a tué moins de 400 Canadiennes en 2006. Bien que, selon de nombreuses études, le vaccin offrirait une protection contre 80 % à 90 % des cancers du col (ainsi que des cancers du vagin et de la vulve), son efficacité n’a été mesurée que sur cinq ans. Certains effets secondaires, en majorité bénins et passagers (fièvre et fatigue, surtout) ont été signalés. Les opposants soulignent 7 décès (en cours d’investigation) et 13 cas de syndrome de Guillain-Barré, maladie inflammatoire caractérisée par un affaiblissement rapide et progressif des muscles (sur plus de 7 millions de vaccinations). Le Réseau québécois d’action pour la santé des femmes craint que l’adulte vaccinée, se croyant à l’abri du VPH, ait des relations sexuelles non protégées et néglige de passer le test PAP; pourtant, celui-ci permet de déceler à temps 90 % de ces cancers.

École : sus au gras ! Les jours de la frite sont comptés. Dans les cafétérias d’école à tout le moins. Le gouvernement québécois veut mettre un frein au boum de l’embonpoint. En 2008, les élèves verront des changements importants au menu, privilégiant un régime plus équilibré et sans friture. Un virage santé qui coûtera plus de 10 millions de dollars. Dans quelques écoles et garderies, des projets pilotes mettront en vedette des aliments frais, venus de fermes écologiques et biologiques québécoises. Les défis sont énormes : les plats proposés devront être aussi savoureux que sains pour rendre cool brocoli et épinards. En Angleterre, un programme similaire, chapeauté par le célèbre chef Jamie Oliver, a donné des résultats décevants : des milliers de jeunes, surtout les ados, ont simplement déserté la cafétéria scolaire. Et il y a aussi un problème de taille : les centaines de fast food incrustés depuis des années si près des écoles secondaires qu’on peut humer leurs effluves dès qu’on met la narine dehors. À moins de les obliger à éteindre leurs friteuses, ils continueront à vendre poutines et consorts à des prix défiant toute concurrence.

Mes vieux ! Une certitude : les Québécois sont de plus en plus vieux. En 2031, au moins 25 % d’entre nous auront 65 ans et plus. En 1981, ce chiffre était de 9 %. Toutes les civilisations occidentales connaissent la même augmentation fulgurante de têtes blanches. Ce phénomène de société est préoccupant, mais est-il alarmant ? En mai prochain, Montréal accueillera une conférence mondiale organisée par la Fédération internationale du vieillissement. Outre les spécialistes et autres sommités qui viendront ici partager leurs réflexions, une fascinante exposition devrait attirer l’attention. Intitulée Design et vieillissement, elle s’interrogera sur les moyens de répondre à cette nouvelle réalité, dans les transports en commun, en habitation ou dans les rapports intergénérationnels.

Les 50 ans de…
La grève de Radio-Canada. En décembre 1958, 75 réalisateurs de Radio-Canada déclenchent une grève pour que leur syndicat soit reconnu. Presque tous francophones, ils se disent incompris de leurs patrons, surtout anglophones. René Lévesque, journaliste et animateur-vedette de la boîte, appuie les grévistes et monte au créneau. Il est arrêté sur le piquet de grève. Le conflit se règle au bout de 68 jours, mais il a été très médiatisé et laisse un goût amer chez ceux qu’on appelait encore les Canadiens français. Pour plusieurs historiens, c’est le début de la Révolution tranquille.

Aussi, en 1958 : Yves Saint Laurent lançait sa première collection. L’été prochain, le Musée des beaux-arts de Montréal présentera une rétrospective du designer français.

CONSOMMATION

Alimentation

Complètement nuts ! Très en vogue dans les années 1970, les noix et les arachides font un retour comme amuse-gueule dans les cocktails branchés, assaisonnées de poivre rose, de lime, de cari ou de romarin. Sont-elles allergènes ? Seulement pour 1 % de la population selon l’Association québécoise des allergies alimentaires. À force de les craindre, on a oublié qu’elles sont riches en protéines et en bons gras, et qu’il existe une variété impressionnante de noix : noix de macadam, noix du Brésil, noix d’acajou géantes…

Dans les pommes. Après le vin de glace, voici le cidre de glace. Ce produit artisanal typiquement québécois a la cote. Mais attention aux imitations ! Pour être un authentique cidre de glace, il doit répondre à des normes précises. Un projet de règlement, déposé en vue de normaliser la fabrication d’alcools faits à partir de pommes, devrait être adopté cette année.

Une nouvelle règle de vie fait des émules : la consommation de produits locaux, recueillis dans un rayon de 160 km – alors que nos aliments en parcourent en moyenne 2 400. Inspiré du livre 100 Mile Diet, ce régime encourage la consommation de proximité : légumes de sa région, viandes d’élevages locaux et poissons de son coin de pays. « Mais ce concept a ses limites car il est difficilement réalisable, précise Carl Witchell, président de l’Association canadienne pour la presse gastronomique et hôtelière. L’idéal est de trouver un équilibre entre aliments locaux et importés. »

Les légumes racines. Les grands chefs les ont remis à la mode en les apprêtant au goût du jour, en purée, salade, gratin, potage ou frites. Appelés aussi « vieux légumes », les panais, topinambours, céleris-raves, salsifis, betteraves et rutabagas cultivés au Québec sont nutritifs, riches en vitamines et en fibres. De plus, ils se conservent longtemps. À consommer frais, même en hiver !

L’émeu à la mode. Natif d’Australie, ce grand oiseau coureur élevé ici depuis 18 ans était un secret bien gardé. Il se vend maintenant dans les marchés publics et les épiceries spécialisées, sous forme de rôtis, de médaillons, de viande à fondue, de rillettes, alouette ! « Les consommateurs sont de plus en plus séduits par son côté terroir et très santé », explique Raymonde Tremblay, copropriétaire du Centre de l’émeu de Charlevoix. Sa chair rouge vif, nutritive, contient à peine 2 % de gras. Son goût exquis – on l’a testé – se situe entre celui du bœuf et du gibier. Son prix : environ 6 $ la portion. Une adresse pour un excellent tartare d’émeu : l’auberge La muse dans Charlevoix.

2008 marque le centenaire de la naissance de…
· Simone de Beauvoir, philosophe et écrivaine (9 janvier)
· Ian Fleming, créateur de James Bond (28 mai)
· General Motors, constructeur automobile

Mode
Les flashy. Les couleurs s’éclatent : jaune ardent, rose sexy, bleu électrique et jus d’orange pétillant éclaboussent les neutres, noirs, marines et gris.

Matières fluides. Jeux de transparence et de superposition pour une touche de romantisme et d’élégance. Voile, mousseline, dentelle, tulle et organza se côtoient sur des tenues chics comme sur un jean.

Tendances printemps-été 2008, telles que vues sur les passerelles de Milan, Paris, Londres et New York.

Silhouette féminine. Les coupes affinent la taille et épousent les hanches. La mini perd des plumes au profit de la jupe crayon et de la jupe trapèze coupée au genou. L’accessoire incontournable en 2008 : la ceinture, très mince ou très large, sobre ou tout en bijou, girly ou masculine. Après le pantalon fuseau de l’an dernier, c’est le retour du pantalon à jambes évasées frôlant le sol.

Techno
« I » s’en vient. Nommé « meilleure invention de l’année » par le magazine Time, le iPhone d’Apple connaît un succès bœuf depuis sa sortie aux États-Unis en juin dernier. Cette nouvelle génération de téléphones cellulaires est en fait un puissant ordinateur portatif qui se contrôle du bout des doigts, grâce à un écran tactile. Rogers sans-fil serait dans la course pour offrir le iPhone au Canada, mais Apple lorgne d’autres pays avant nous.

Techno écolo. « En 2008, les fabricants d’ordinateurs développent une conscience écologique, estime Pascal Forget, de l’émission La revanche des nerdZ (Ztélé). HP veut recycler 45 5000 tonnes d’ordinateurs d’ici 2010, et Dell dit souhaiter neutraliser les émissions de carbone. »

Miniportable. Ce qui attirera aussi beaucoup l’attention, d’après Pascal Forget : les modèles ultraportables, qui pèsent environ un kilo et sont aussi performants que les modèles ordinaires. Déjà sur le marché, à moins de 1 500 $ : le C1 Express Dual de LG avec écran tactile, le Vaio série TZ de Sony avec écran rétroéclairé (DEL) – plus lumineux et plus doux pour les yeux –, et le R500 de Toshiba avec mémoire flash.

Facebook. Avec près de 50 millions de membres dans le monde, dont 6 millions de Canadiens, le réseau social Facebook a volé la vedette sur Internet en 2007. « Plus qu’un site amical où on s’envoie messages, photos, vidéos…, Facebook va devenir un outil de travail incontournable en 2008 », prédit Pascal Forget. Les adeptes découvriront les applications sérieuses auxquelles le site donne accès, comme Task Master (gestion de projets), et les ajouteront à leur profil.

POLITIQUE INTERNATIONALE

L’année USA : trois rendez-vous.
1. Denver, du 25 au 28 août, pour l’investiture du Parti démocrate. Les délégués auront à choisir entre une femme (Hillary Clinton, à l’heure actuelle favorite) et un Noir (Barack Obama). Un moment historique.

2. Minneapolis, du 1er au 4 septembre, pour l’investiture du Parti républicain. Rudolph Giuliani, ex-maire de New York, est le plus populaire, mais la droite républicaine l’aime moins, car il est pour le droit à l’avortement. Autres élus potentiels : Mitt Romney, un multimillionnaire mormon, John McCain, un ex-militaire, ou Fred Thompson, un acteur de la populaire série Law and Order.

3. Washington, le 4 novembre, pour le grand soir. Journée J des présidentielles et donc de l’élection de la personne la plus puissante du monde.

Russie. L’hiver soviétique sera chaud. D’abord, il y a les récentes tensions entre la Russie et les États-Unis, dues au projet américain de bouclier antimissile, qui font craindre un retour à la guerre froide. Ensuite, il y a les élections présidentielles russes, le 9 mars, qui risquent de faire des remous. Très populaire dans son pays, craint à l’étranger, le flamboyant président Vladimir Poutine aime le pouvoir suprême. Il aurait bien voulu se présenter pour obtenir un troisième mandat, mais la Constitution l’interdit. Que faire ? Devenir premier ministre, pardi ! L’actuel premier ministre, le terne Viktor Zoubkov, est le dauphin (la marionnette ?) de Poutine et le grand favori pour battre le seul candidat d’opposition, Garry Kasparov, ex-champion mondial d’échecs… qui ne recueille que 3 % des intentions de votes. Bref, un pays à surveiller, d’autant plus qu’on y constate avec effroi le retour en grâce de Staline, le plus grand boucher du XXe siècle.

Israël. Le 14 mai 1948, dans l’allégresse et la controverse, la création de l’État d’Israël était proclamée. Le lendemain, 15 mai, la première guerre israélo-arabe commençait. Depuis, ce coin de la planète a connu très peu de répit : conflits, tensions, attentats, accords, désaccords… Mais le passé, c’est le passé : pour souligner le 60e anniversaire du pays, les Israéliens regarderont surtout vers l’avenir, en organisant plusieurs événements avec la jeunesse juive au premier plan, chez eux et ailleurs dans le monde. L’État hébreu sera (encore) au cœur de l’actualité internationale : George W. Bush, qui veut terminer son mandat sur (au moins) une bonne note, a placé la résolution du conflit israélo-palestinien tout en haut de sa liste de « choses à faire ». Comme l’avaient fait avant lui Bill Clinton et Jimmy Carter…

Iran-USA. Le prix du baril de pétrole, qui flambe pour un oui ou un non, battra peut être des records… olympiques dans les prochains mois. Depuis déjà quelques années, en prétendant privilégier le dialogue, George W. Bush se prépare à attaquer l’Iran (pays de « l’axe du Mal » soupçonné de mettre au point des armes nucléaires). Comme la fin de son règne approche, Bush passera à l’action avant la fin de 2008, avance la presse américaine. Un autre conflit dans cette région du monde, qui produit et par où transite le tiers de la production mondiale d’or noir, aura des répercussions partout, de Téhéran à Thetford Mines.

Chine : jeux olympiques. Des appels au boycott fusent de partout : d’organisations humanitaires et de nombreuses célébrités, dont Paul McCartney et Mia Farrow, qui les a surnommés les Jeux du génocide, en lien avec le rôle joué par la Chine dans la crise humanitaire au Darfour… D’autres voix tentent de calmer le jeu, disant qu’au contraire, la Chine se servira de cette vitrine unique pour assouplir ses positions rigides vis-à-vis des droits de l’homme et de la liberté de presse. À suivre du 8 au 24 août.

4 villes à surveiller en 2008

· Québec (bien sûr), qui soulignera ses 400 ans.
· Saragosse, en Espagne : le 14 juin aura lieu l’ouverture de l’Exposition internationale sur le thème de l’eau et du développement durable.
· Pékin, en Chine, où se dérouleront les Jeux olympiques.
· Lourdes, en France. On y fêtera le 150e anniversaire des apparitions « d’une belle dame » à une jeune fille de 14 ans, Bernadette Soubirous.

ENVIRONNEMENT

Métro, vélo, boulot. L’automne prochain, les Montréalais pourront compter sur des vélos libre-service. À Paris et à Lyon, où le service existe déjà, c’est un succès, malgré quelques ratés. Sans oublier qu’une toute nouvelle piste cyclable de quatre kilomètres, traversant le centre-ville d’est en ouest, sera alors fonctionnelle. Même si elle fait déjà pester les automobilistes. C’était peut-être le but de la manœuvre !

La guerre du sac. Paiera-t-on 20 cents pour un sac plastique, comme le font les Irlandais depuis 2002 ? C’est le souhait de Jacques Lalonde, un Montréalais en croisade contre les deux milliards de sacs plastique distribués chaque année au Québec et qui « vivront » jusqu’à l’an 2408. « Oui, c’est une taxe, reconnaît-il. Hélas, c’est souvent la seule façon de forcer les gens à agir. En Irlande, en quelques mois, la consommation de ces sacs a chuté de 90 %. Line Beauchamp, ministre de l’Environnement du Québec, a promis de faire quelque chose. » En attendant, on annonce l’arrivée prochaine des sacs biodégradables dernier cri, faits d’une pellicule à base de sucre (betterave à sucre, pomme de terre, canne à sucre), une technologie 100 % québécoise plus écologique que la pellicule à base d’amidon de maïs. Un sac qu’il faudra sans doute payer. Solution pratique : s’acheter un sac en matières recyclées (voir photo ci-haut). Journée sans sac : 21 septembre.

Des J.O. verts. C’est loin, la Chine ? Oui, mais pas tant que ça. Portée par les vents qui soufflent d’ouest en est, la pollution made in China vole au-dessus du Pacifique jusqu’en Colombie-Britannique. L’air de Pékin, mégalopole qui compte des milliers d’usines et est peuplée d’au moins 15 millions de personnes, est souvent irrespirable. Il sera d’ailleurs au cœur des préoccupations des organisateurs (et des athlètes) des prochains Jeux olympiques. Les autorités chinoises ont promis d’accomplir des miracles : 50 000 vélos seront disponibles pour les déplacements des touristes et 30 millions de fleurs ont été plantées pour oxygéner Pékinois et visiteurs. Même que la Chine annonce les premiers J.O. verts. Au Village olympique, l’eau de pluie sera recueillie et traitée pour les besoins d’hygiène quotidienne. Dans les stades, de 80 % à 90 % des réverbères fonctionneront à l’énergie solaire. Par ailleurs, les scientifiques chinois iront jusqu’à « provoquer la pluie » quelques jours avant le début des J.O. à l’aide de fusées lancées dans l’atmosphère et contenant de l’iode d’argent, question de « laver » l’air. Un procédé qui scandalise les environnementalistes.

Un ordi pas ordinaire. Au Québec, c’est entre 20 000 et 30 000 tonnes de matériel informatique qui se retrouvent à la poubelle chaque année (dont à peine 6 % sont recyclés). Que faire avec tout ça ? D’une part, en récupérer plus, et c’est l’intention de Bureau en gros, qui a déjà commencé à recycler nos déchets électroniques en septembre dernier. D’autre part, créer des ordis moins polluants. Comme l’Ecobook, de la société taïwanaise Asus, le tout premier du genre, avec son boîtier en bambou, ses joints d’assemblage en carton et ses composants de plastique numérotés pour favoriser réutilisation et recyclage.

FEMMES ET FAMILLE

L’égalité d’abord. Dans la Charte québécoise des droits et libertés, la liberté de religion a préséance sur l’égalité des sexes. Il faut faire l’inverse ! recommandait en septembre dernier le Conseil du statut de la femme, dans un avis lancé au gouvernement. Oui, a répondu Jean Charest, qui a dit vouloir amender la Charte sans attendre le dépôt du rapport de la commission Bouchard-Taylor, fin mars. « L’égalité entre les hommes et les femmes ne se négocie pas et la pratique religieuse est quelque chose qui se vit dans la sphère privée », a par ailleurs affirmé à Châtelaine Christine Saint-Pierre, ministre de la Condition féminine.

La famille, c’est in ! Si la tendance se maintient, le mini-baby-boom que connaît le Québec devrait se poursuivre, et même être moins mini. Aux dernières nouvelles, l’année 2007 sera la plus féconde depuis 11 ans. Nouveauté : de plus en plus de femmes dans la trentaine ont un troisième enfant. Un engouement pour la famille qui se reflète dans le programme des grands partis politiques. Ainsi, si elle prend le pouvoir, l’Action démocratique donnera une allocation à la naissance de 5 000 $ pour le troisième enfant et chacun des suivants. Le Parti québécois, lui, opterait pour des services de garde offerts en dehors des heures habituelles de travail. Et le Parti libéral ? Jean Charest a promis d’ajouter 20 000 places en garderie d’ici la fin de son mandat. Notre suggestion : les trois propositions, tout de suite !

L’effet Marois. Elle est la première femme à siéger à l’Assemblée nationale à titre de chef de parti. Depuis son retour en politique, à la question « Qui ferait le meilleur premier ministre ? », Pauline Marois arrive en tête dans les sondages, loin devant Jean Charest. Aux élections provinciales, elle a une chance sur trois d’obtenir ce poste dont elle rêve depuis… 25 ans. D’ici là, la députée de Charlevoix ne va pas chômer. Ses priorités : reconstruire son parti et reconquérir les électeurs en jouant sur les mêmes terrains que son véritable adversaire, Mario Dumont – la famille et le très controversé débat identitaire. « Au cours de la prochaine campagne électorale, Pauline Marois devra signifier son ouverture à l’autre tout en justifiant son nationalisme identitaire », dit Kathleen Lévesque, journaliste au quotidien Le Devoir.

32. C’est le nombre de femmes qui siègent à l’Assemblée nationale aux côtés des 92 messieurs. À 26 %, on est loin de la parité. Les prochaines élections (dans l’année qui vient, probablement) accorderont-elles plus de place aux femmes ? L’espoir est permis : déjà, le cabinet de Jean Charest ne compte-t-il pas neuf hommes et neuf femmes ?

Oh! mon Dieu ! Jadis, il y avait le p’tit Jésus. À compter de septembre, les enfants du primaire et du secondaire apprendront que Jésus n’est qu’une divinité parmi d’autres : Yahvé, Allah, Krishna… L’enseignement non confessionnel des principales religions du monde (christianisme, judaïsme, islam, bouddhisme) remplacera en effet les cours de religion (catholique ou protestante) et de morale. Malgré les protestations de groupes de parents, le ministère de l’Éducation ira de l’avant, question de préparer les élèves à « vivre dans une société pluraliste et démocratique ».

Flash-back 1968. Que voulaient les Québécoises en 1968 ? Châtelaine posait alors la question à ses lectrices dans un grand sondage. Réponses des 3 245 participantes : partage des responsabilités entre les époux ; choix idéal : mariage + enfants + carrière; application du principe « à travail égal, salaire égal »; congés de maternité payés ; création de garderies publiques ; élargissement de la loi sur l’avortement… et cours de préparation au mariage !

Quarante ans plus tard, où en est-on ? Nous avons eu gain de cause sur toute la ligne… ou presque. Car malgré la Loi sur l’équité salariale (adoptée en 1996), beaucoup reste à faire avant que les femmes et les hommes reçoivent un salaire équivalent, surtout dans le secteur privé. Et la conciliation travail-famille ? En 2008, elle demeurera un enjeu de taille.

En 2008, ils auront…

30 ans. Ashton Kutcher (7 février) Caroline Dhavernas (15 mai) Vincent Bolduc (28 juin) Josh Hartnett (21 juillet) Audrey Tautou (9 août) Gael García Bernal (30 novembre) Nelly Furtado (2 décembre)
40 ans. Gregory Charles 12 février) Macha Grenon (7 juin) Pascale Bussières (27 juin) Herby Moreau (19 juillet) Geneviève Borne (25 septembre) Serge Postigo (14 novembre) Carla Bruni (23 décembre)

FEMMES À SURVEILLER

Marie-Ève Beaulieu, comédienne. Selon la metteure en scène Denise Filiatrault, Marie-Ève fera sensation dans Sweet Charity (au Rideau Vert, au printemps). Cette comédie musicale américaine, un classique de Broadway, a été filmée en 1969 avec Shirley MacLaine en jeune femme naïve et malchanceuse en amour qui loue ses services comme partenaire de danse dans un cabaret miteux. Un rôle fabuleux mais exigeant, qui demande une comédienne capable de danser et de chanter. En fait, Marie-Ève est sans doute capable de tout faire. On en a eu un aperçu avec les personnages de femmes atypiques qu’elle a joués à la télévision dans Minuit, le soir 2, C.A. et Les hauts et les bas de Sophie Paquin. Elle a dit : « À notre entrée au Conservatoire, on doit remplir un questionnaire dans lequel on nous demande le genre de rôles qu’on rêve de jouer. J’ai inscrit : folle. » (La Presse)

Lyne Charlebois, réalisatrice et photographe. Elle a réalisé un des films québécois les plus attendus de l’année : Borderline, d’après deux romans de Marie-Sissi Labrèche, La brèche et Borderline. Un premier long-métrage, mais pas sa première réalisation : Tabou, Nos étés et La promesse portent sa griffe. Lyne a aussi tourné une centaine de vidéoclips et elle s’est d’abord fait connaître comme photographe. Borderline, c’est l’histoire de Kiki, une jeune Montréalaise (jouée par Isabelle Blais) « borderline », terme psychiatrique désignant une personnalité instable à la frontière de la névrose et de la psychose. Kiki cherche l’amour et carbure au sexe. Le film comporte des scènes osées entre Isabelle et l’acteur français Jean-Hugues Anglade qui feront jaser dans les chaumières… Elle a dit : « Même si je viens d’une famille normale de Laval, j’ai eu une vie très rock’n roll. » (La Presse)

Céline Dion, chanteuse. La p’tite fille de Charlemagne, qui a grandi devant nos yeux et sous les feux de la rampe, aura 40 ans en 2008. Récemment libérée de son contrat à Las Vegas, portée par un nouvel album en anglais (Taking Chances), Céline célébrera son entrée chez les quadragénaires on the road. Entre le premier spectacle de sa tournée mondiale (qui débute en Afrique du Sud le 14 février, une date parfaite pour celle qui chante l’amour depuis toujours) et son gâteau d’anniversaire du 30 mars, qu’elle grignotera en Australie, elle aura charmé les foules en chemin, de la Chine à la Nouvelle-Zélande. La colombe se posera en jet privé à Montréal en août, pour mettre le Centre Bell dans sa poche (les 15, 16, 19, 20, 23 et 25). Elle a dit : « Même si je fais ce métier depuis tant d’années, j’ai l’impression que c’est pour moi un nouveau départ. »

En 2008, ils auront…

50 ans. Sharon Stone (10 mars) Francis Reddy (15 avril) Michelle Pfeiffer (29 avril) Jean Charest (24 juin) Madonna (16 août) Normand Brathwaite (27 août) Michael Jackson (29 août) Fabienne Larouche (26 octobre)
60 ans. Al Gore (31 mars) Francine Ruel (14 avril) Serge Thériault (23 avril) Cat Stevens (21 juillet) Margaret Trudeau (10 septembre) Olivia Newton-John (26 septembre) Ozzy Osbourne (3 décembre) Gérard Depardieu (27 décembre)

Tzipi Livni, ministre des Affaires étrangères et vice-première ministre d’Israël. Elle est pressentie pour remplacer, à plus ou moins brève échéance, l’actuel premier ministre d’Israël, Ehud Olmert, dont elle a réclamé la démission au printemps dernier après le fiasco de la guerre avec le Liban à l’été 2006. Proche de Condoleezza Rice, à la fois « faucon » (pour le droit du peuple juif d’occuper tout le territoire israélien) et « colombe » (pour la paix), cette avocate de 49 ans a connu une trajectoire fulgurante. On la compare souvent à Golda Meir, figure légendaire de l’État hébreu qu’elle a dirigé à titre de première ministre au début des années 1970. Elle a dit : « À choisir entre mes rêves [le droit du peuple juif à toute la superficie d’Israël] et mon besoin de vivre dans une démocratie, je préfère laisser aller un peu de territoire. » (New York Times)

Karine Sergerie, athlète olympique, taekwondo. Elle est l’un de nos espoirs de médaille d’or aux Jeux de Pékin. Karine voudra sûrement prendre sa revanche après sa mésaventure de 2004. À l’époque, déjà vice-championne du monde, elle n’a pu participer aux Jeux olympiques d’Athènes à cause d’une « technicalité » perçue par les médias d’ici comme une injustice de la part de Taekwondo Canada envers une athlète québécoise (une athlète de la Colombie-Britannique, moins bien classée, a fait le voyage). Native de la Montérégie, l’étudiante en sciences humaines au cégep connaît déjà Pékin : en juillet dernier, elle y remportait la médaille d’or aux Championnats du monde de la World Taekwondo Federation. Au sujet de sa déception de 2004, elle a dit : « Cela m’a pris du temps à digérer l’affaire. Mais ça m’a rendue plus forte. » (La Presse)

Hillary Clinton, politicienne américaine. Elle a de fortes chances de devenir présidente des États-Unis en novembre prochain. Les plus récents sondages la placent en tête pour mener le Parti démocrate. Évidemment, un scandale, un nouveau conflit international (avec l’Iran ?) ou une attaque terroriste sur le territoire américain pourraient changer la donne. Avocate, mère d’une fille de 27 ans (Chelsea), sénatrice depuis l’an 2000, l’ex-first lady ne laisse personne indifférent. On l’aime ou on la déteste. Une chose est sûre : elle sera la femme dont le monde entier entendra le plus parler en 2008. Elle a dit au sujet de sa position sur l’avortement : « Être pro-choix ne veut pas dire être pro-avortement, c’est avoir confiance qu’une personne fera le bon choix pour elle-même et sa famille au lieu de confier cette décision à un représentant du gouvernement. » (Time)

En 2008, ils auront…

70 ans. Claudia Cardinale (15 avril) Paul Martin (28 août) Karl Lagerfeld (10 septembre)
Spirou (héros de bande dessinée)
80 ans. Vidal Sassoon (17 janvier) Jeanne Moreau (23 janvier) Gabriel García Márquez (6 mars) Gilles Vigneault (27 octobre)

Benazir Bhutto, politicienne pakistanaise. L’avenir du Pakistan se trouve en partie entre les mains de cette femme, alors que, à l’heure où étaient rédigées ces lignes, l’état d’urgence était toujours imposé dans le pays. Pendant que le président, le général Musharraf, s’accroche à son poste – obtenu à la suite d’un coup d’État en 1999 – malgré l’opposition de son peuple, elle représente l’espoir de jours meilleurs. Cette ex-première ministre, exilée pendant huit ans parce qu’elle était accusée de corruption, est revenue dans son pays au péril de sa vie avec la promesse d’élections démocratiques. L’instabilité politique du Pakistan, qui possède l’arme nucléaire, et la montée des intégristes islamiques font craindre le pire. Aux gardes qui l’empêchaient de sortir de chez elle sur ordre de Musharraf, elle a dit : « Je suis votre sœur, je ne suis pas armée, je me bats pour la démocratie. » (AFP)

Chen Zhili, première vice-présidente du Comité d’organisation des Jeux olympiques de Pékin. Elle est l’un des piliers des J.O. de Pékin, qui seront, avec les élections présidentielles américaines, l’événement de l’année. Âgée de 65 ans, cette scientifique de formation est l’une des rares femmes à s’être immiscée dans la hiérarchie du pouvoir chinois. Chen Zhili a occupé plusieurs postes importants, dont celui de ministre de l’Éducation. Un parcours qui n’est pas sans zone d’ombre : la secte Falun Gong, interdite et persécutée en Chine, l’accuse d’être personnellement responsable de l’emprisonnement et de la torture de plusieurs de ses membres. Au sujet des pressions immenses exercées par son gouvernement sur les athlètes chinois, elle a dit : « Gagner des médailles d’or n’est pas la fin de tout. Ce qui importe, c’est la participation. » (USA Today)

Aerin Lauder, vice-présidente principale et directrice de la création chez Estée Lauder. Son ascension remarquable au firmament de la multinationale des cosmétiques fondée par sa grand-mère, Estée Lauder, n’est pas terminée. Elle qui a gravi les échelons un à un depuis 1992 est aussi devenue, l’automne dernier, l’un des visages officiels de l’entreprise : c’est Aerin qui personnifie la nouvelle fragrance qu’elle a créée elle-même d’après un parfum fétiche de sa grand-mère, Private Collection Tuberose Gardenia. La photo publicitaire en noir et blanc classique fait écho à une autre, célèbre, celle d’Estée Lauder, prise dans les années 1970. L’hommage d’une petite-fille modèle à la femme exceptionnelle qui l’inspire toujours, même d’outre-tombe.

Au sujet de sa grand-mère : « Elle m’a toujours dit : “Prends bien soin de ta peau, tu n’en as qu’une.” » (CNN)

En 2008, ils auront…
100 ans. Sœur Emmanuelle, une Mère Teresa française qui a longtemps travaillé dans les bidonvilles du Caire (16 novembre). Claude Lévi-Strauss, célèbre anthropologue (28 novembre). Manoel de Oliveira, réalisateur portugais – qui a dirigé entre autres Catherine Deneuve dans deux films – et le plus vieux metteur en scène encore actif au monde (12 décembre).
90 ans. Nelson Mandela (18 juillet) Madeleine Parent féministe et syndicaliste québécoise renommée.

Impossible d'ajouter des commentaires.