Jeune Juliette: l'adolescence vue par la réalisatrice Anne Émond

Avec Jeune Juliette, la cinéaste Anne Émond nous propose un film irrésistible sur le passage à l’âge adulte.

 
Photo: @LouScamble

Juliette, 14 ans, fille rondelette à la fois effrontée et attachante, rêve d’aventures et de frissons amoureux. Mais comment espérer vivre avec un grand V dans cette banlieue maussade, peuplée de jeunes insipides?

Pour son quatrième long métrage, Anne Émond présente une comédie lumineuse, à mille lieues des univers sombres auxquels elle nous a habitués. « L’adolescence peut être une période difficile, mais la plupart du temps, une fois adulte, on s’en souvient avec un sourire. Cette Juliette bien dans sa peau et qui a de la répartie, c’est l’ado que j’aurais aimé être. »

La cinéaste aborde de front des thématiques incontournables de cette période de la vie: identité sexuelle, intimidation, importance démesurée accordée à l’apparence… « J’aurais voulu faire un film dans lequel être enrobée ou faire son coming out n’est pas un enjeu. Mais on n’est pas encore rendu là, comme société. La preuve, c’est que ç’a été vraiment difficile de trouver une jeune fille qui ne ressemblait pas à une poupée dans les agences de casting. »

Jeune Juliette, avec Alexane Jamieson, Léanne Désilets, Antoine Desrochers et Robin Aubert. En salle dès le 9 août.

À lire aussi: Menteur: la comédie québécoise de l’été

Impossible d'ajouter des commentaires.