Culture

L'année féministe de Sophie Cadieux

« Nous sommes unies, vous et moi, dans l’anarchie des ombrages », déclame Sophie Cadieux au bout du fil. « C’est beau, n’est-ce pas ? » Cet extrait est l’un des bijoux poétiques de la pièce Les reines, de Normand Chaurette, à l’affiche du Théâtre du Nouveau Monde cet automne. Cette œuvre mythique de la dramaturgie québécoise redonne vie à six personnages féminins issus de l’œuvre Richard III, de Shakespeare. Déterminées à s’accrocher à un pouvoir qui bascule, les femmes du château rivalisent entre elles. Sophie Cadieux y interprète Anne Warwick, l’amante de Richard, par qui elle espère accéder au trône. « Les reines sont toujours vues dans la perspective des rois. Même si on tente de les affranchir, leurs accomplissements sont liés au mariage et à la filiation. Le texte de Chaurette a été écrit il y a plus de 30 ans, mais il continue de nous en apprendre sur les luttes du présent en interrogeant les biais de l’Histoire », dit-elle. Anne Warwick n’est pas le seul rôle de taille qu’assume l’actrice ces temps-ci. En plus de s’être jointe à l’équipe de L’Échappée (TVA), elle a monté sur scène en solo dans Féministe pour Homme. Ce spectacle à l’humour désopilant est un croisement entre le théâtre et le stand-up. « On parle de cycle menstruel, de patriarcat, de violences obstétricales et de charge mentale. On ne cherche pas à faire la leçon aux hommes. C’est drôle et inclusif ! » assure-t-elle. Une tournée au Québec est prévue pour 2022.

Les Reines. Au TNM à Montréal, du 16 novembre au 11 décembre.


Cet article est paru dans notre numéro de novembre/décembre.
Disponible par abonnement et sur Apple News.