Virginia Beach: la mer juste à côté

Certains y reviennent année après année pour profiter des plaisirs de la mer. Pour moi, la métropole de la Virginie a été une très belle découverte.

  0

Photo: Getty Images/Stacy Smith Eyeem

Ça y est, j’y suis. Je viens de louer un vélo et, sous le nez de Neptune, l’emblématique statue locale du dieu des mers – 10 mètres de hauteur –, je m’élance sur la fameuse promenade de la plage, le boardwalk. Trois coups de pédalier et mes appréhensions s’envolent. Car avant de débarquer pour la première fois à Virginia Beach, l’idée de longer à bicyclette sa légendaire grève m’inquiétait un peu. Aurais-je à me faufiler au milieu des passants? À rouler sur un trottoir de bois cahoteux ? À subir une enfilade de casse-croûtes malodorants et de boutiques tape-à-l’œil? Non, rien de tout cela ici. Les marchands de pizzas et de babioles ont été relégués aux rues voisines. La piste cyclable, asphaltée et bordée d’arbustes et de fleurs, est séparée de la voie piétonnière.

Le fameux boardwalk, bien gardé par Neptune. Photo: iStock.com/Denis Tangney Jr

Enjouée, je parcours ses cinq kilomètres, en doublant à quelques reprises des quadricycles – très populaires auprès des familles et des bandes d’ados.

D’un côté du boardwalk, les hôtels s’alignent face à l’océan. De l’autre, l’immense plage de sable blond, qui attire tant de touristes dans cette ville de la côte Est. Après ma balade, je les imiterais bien, y plantant mon parasol, paressant toute la journée, plongeant de temps à autre les orteils dans les vagues de l’Atlantique… Mais ma guide a d’autres projets en tête : me faire découvrir les divers visages de Virginia Beach qui, malgré son nom, comporte non pas une, mais trois plages. «Et d’autres beaux endroits», précise Jacinthe Paré, une Québécoise représentant le bureau de tourisme de la municipalité, où elle vit depuis 20 ans.

À lire aussi: 9 voyages délirants à faire en famille

Côté nord: délices marins

Le soir même, en savourant des fruits de mer, je contemple le soleil qui descend sur la baie de Chesapeake, immense estuaire qui rejoint ici l’océan. Le restaurant où nous sommes, One Fish Two Fish, profite d’un emplacement privilégié dans une petite marina. De ce secteur du nord de la ville, on peut partir à la pêche en haute mer ou à la rencontre des dauphins. Pour ma part, je m’embarque le lendemain matin avec une poignée de personnes pour un autre type d’excursion. L’État de la Virginie a créé une route des huîtres et l’une des portions de celle-ci se situe dans cette zone qu’on appelle Lynnhaven.

Chris Ludford à l’oeuvre… Photo: visitezvirginiabeach.com

Chris Ludford, le capitaine, et aussi propriétaire de la «ferme» d’élevage Pleasure House Oysters, nous conduit en bateau à travers canaux et bras de mer jusqu’à un paisible plan d’eau. Tout le monde descend dans la crique – les -espadrilles sont fournies! – pour suivre les explications de ce passionné tout en observant les ostréiculteurs trier manuel-lement les mollusques. Le clou de l’expédition : la dégustation, toujours les pieds dans l’eau, de ces huîtres Lynnhaven. Le bonheur !

De retour sur la terre ferme, j’explore la région de la baie de Chesapeake: la plage aux vagues douces, idéale pour les jeunes enfants ; le camping adjacent, l’un des six de la région ; les deux phares du cap Henry, situés dans une base militaire ; et le First Landing State Park, un vaste espace vert sillonné de sentiers, dont l’un qui pénètre dans des marais où croissent d’étranges cyprès aux racines aériennes – à voir!

À lire aussi: Voyage: Les pays de la Loire au fil de l’eau

Panorama de Lynnhaven. Photo: Getty Images/Sky Noir Photography by Bill Dickinson

Côté sud: nature sauvage et produits de la ferme

Le jour suivant, c’est un paysage bien différent que je découvre. À une vingtaine de kilomètres au sud de l’animé boardwalk, la plage de Sandbridge s’étire derrière les dunes. Son aspect sauvage me plaît. Dans ce coin-ci, peu de commerces, mais des dizaines de grosses maisons sur pilotis et des condos offerts en location. Dans la réserve faunique de Back Bay, tout près, on peut observer oiseaux, tortues et autres petites bêtes. Un coin de rêve pour les amoureux de la nature.

À l’intérieur des terres, dans la communauté rurale de Pungo, les fermiers vendent leurs produits dans des kiosques. Mon coup de cœur : l’entreprise biologique New Earth Farm. Kevin Jamison, l’un des associés, nous entraîne dans les champs d’oignons, de betteraves, de tomates… avant de nous emmener saluer les poules qui gambadent dans un grand enclos. En s’inscrivant à l’avance, il est possible de participer à un cours de cuisine – confitures, conserves, fermentation… À défaut de quoi, on pourra faire provision d’œufs frais, de miel et de marinades maison.

Notes de voyage

Expérience excitante : accéder à Virginia Beach par la route 13 en empruntant le pont-tunnel Lucius J. Kellam Jr (aussi appelé pont-tunnel de la baie de Chesapeake), une merveille architecturale de 37 kilomètres de long.

En juillet et août, la température peut être tropicale. On est plus à l’aise en mai et en juin. À l’automne également, alors que l’eau de la mer s’est réchauffée.

Jours de pluie ? On visite l’aquarium ou le musée de l’aviation militaire. Pour le shopping, on va au MacArthur Center, au chic Town Center ou aux Outlets.

La région compte plusieurs bases militaires. Les fans de F18 seront heureux de regarder les avions traverser le ciel plusieurs fois par jour.

Au bout du boardwalk, le parc JT’s Grommet Island propose aux vacanciers à mobilité réduite des jeux de toutes sortes. Sont disponibles trottinettes et fauteuils roulants conçus pour se déplacer dans le sable.

La carte « Les semaines du Canada » procure des rabais dans plusieurs restos et hôtels en dehors de la haute saison. On la demande en visitant le site visitezvirginiabeach.com.

Côté urbain: galeries d’art, cafés et autres

Pourquoi ne pas poursuivre l’expérience dans l’un des cafés-pâtisseries de la New Earth Farm? Les proprios, adeptes du mouvement «de la ferme à la table», tiennent deux restos du nom de Commune où sont apprêtés de belle façon les fruits et légumes qu’ils produisent. De retour «en ville», ma guide et moi, nous nous attablons dans l’un d’eux pour dégus-ter des salades d’une fraîcheur exceptionnelle. L’adresse qu’a choisie ma compagne se situe dans le ViBe Creative District, un quartier en développement qu’elle tient à me faire connaître. Dans ce secteur urbain, à quelques rues du boardwalk, la municipalité encourage l’établissement de galeries d’art, cafés, boutiques d’artisans et microbrasseries, ainsi que l’organisation de manifestations culturelles. Nous terminons notre tournée à la microdistillerie Chesapeake Bay. Le patron, Chris Richeson, nous fait goûter ses vodkas en nous expliquant pourquoi il s’est installé à Virginia Beach. «Il n’y a pas que la température qui est clémente ici, explique le grand blond au style baba cool. Les gens sont détendus, le rythme de vie est relax.» Après quel-ques gorgées, je ne demande pas mieux que de le croire!

À lire aussi: Vietnam: un voyage mère et fille inoubliable

Carnet gourmand

Beignets de crabe, chaudrées de fruits de mer et autres délices sont sur tous les menus. Voici des plats typiques que j’ai goûtés, et quelques noms de bons restos.

Le blackened fish. Du poisson frais – thon, bar rayé… –, enrobé d’épices et saisi sur feu vif. Dégusté à l’excellent restaurant du Hilton, Catch 31, avec vue sur l’Atlantique.

Le fried soft-shell crab. Le crabe à carapace molle frit est posé sur un verre de bloody mary au Bay Local Eatery, qui possède deux adresses. Décor funky, cuisine locale et menu coloré. Entre autres, l’assiette «Hangover», offerte au brunch, est servie accompagnée d’une canette de bière dans un sac en papier brun…

Le grits. Cette purée de gruau de maïs, prisée dans le Sud américain, est souvent additionnée de fromage. Elle est garnie de bacon ou de jambon pour le brunch, de crevettes sautées le soir. À savourer chez Doc Taylor’s ou chez Tautog’s, deux populaires restos établis dans des maisons historiques voisines, près de la promenade.

L’orange crush. Un cocktail mariant jus d’orange fraîchement pressé, vodka, triple-sec et Sprite. Siroté au Waterman’s, accessible par le boardwalk. On l’accompagne de quelques Hush Puppies, bouchées de beignet à base de maïs.

Le mimosa, composé de jus frais avec du mousseux, boisson très in à Virginia Beach. On le déguste chez The Bee & The Biscuit, sympathique resto de Pungo installé dans une vieille résidence.

Restaurant One Fish Two Fish

Route des huîtres de l’État de la Virginie

Élevage d’huîtres de Chris Ludford

New Earth Farm

Restaurants Commune

ViBe Creative District

Microdistillerie Chesapeake Bay

À lire aussi: Voyages dans le Sud: des destinations de rêve

La plage peu fréquentée de Sandbridge. Photo: visitezvirginiabeach.com

Impossible d'ajouter des commentaires.