Soins anti-âge: tout ce qu’on a toujours voulu savoir

Quelques questions qui nous turlupinent… et ce qu’en pensent les experts.

 
Photo: iStock.com / Squaredpixels

La façon dont notre visage vieillit, une affaire d’hérédité ou d’habitudes de vie?

Le vieillissement est préprogrammé dans nos gènes, mais ce sont surtout les mauvaises habitudes de vie qui jouent un rôle majeur dans les dommages encaissés par notre peau. «La perte de tonicité et le relâchement de la peau sont imputables au patrimoine génétique. Les processus inéluctables de détérioration comportent la diminution du collagène et le ralentissement de la production d’acide hyaluronique et d’élastine. Quant aux rides profondes (sauf les rides d’expression), elles sont le fruit d’un grand coupable: le soleil », dit Lydia Gauthier, dermocosmétologue et professeure de chimie cosméceutique à l’Université Laval.

Le Dr Robin Charles Billick, chef du Service de dermatologie de l’Hôpital général juif, désigne lui aussi l’astre solaire comme LE principal responsable du vieillissement cutané. «L’exposition au soleil sans protection provoque les rides et le cancer de la peau.» Ajoutons à cela d’autres facteurs externes: la pollution atmosphérique, le manque d’hydratation, le stress et le tabac.

Quelle est l’utilité d’une crème de nuit?

«Les fonctions du corps humain sont réglées selon une horloge interne, elle-même synchronisée par les cycles extérieurs quotidiens, dont celui de la lumière et de l’obscurité, explique Véronique J. Moulin, professeure titulaire à la Faculté de médecine de l’Université Laval. Pendant le sommeil, les cellules sont en mode réparation. La microcirculation sanguine cutanée est optimale entre minuit et 4 h du matin, garantissant ainsi la nutrition et l’oxygénation de la peau. La perméabilité cutanée est augmentée – alors que la production de sébum est à son minimum –, ce qui permet une pénétration maximale de certains produits.» Voilà pourquoi de nombreuses marques de cosmétiques tablent sur les soins nocturnes pour restaurer la peau.

Devons-nous commencer une routine de soins anti-âge avant 30 ans?

«Oui», répond sans hésiter Jessica Léveillée, de la clinique Dermapure à Montréal. «Nous prenons soin de nous-mêmes en fréquentant le gym, mais nous négligeons d’investir dans les soins pour la peau.» Il faut commencer à «l’entraîner» sans délai, car la perte de collagène débute vers l’âge de 25 ans et les signes du temps s’installent peu à peu. «La prévention est la clé», dit-elle. Concrètement, on applique tous les jours des soins hydratants et une bonne protection solaire.

À lire aussi: Innovations anti-âge: tour d’horizon des nouveautés

Impossible d'ajouter des commentaires.