Dans quelles causes vertes investir? Les voici

Le climat se réchauffe, la liste des espèces menacées s’allonge, et le plastique s’accumule dans les océans… Si on veut contribuer à sauver la planète, il faut agir vite. Au-delà de changer ses habitudes, on peut donner du temps ou de l’argent à ces quelques organismes qui s’activent en faveur de la cause environnementale.

 
Photo: www.actionboreale.org

Action boréale

Devenu le grand défenseur de la forêt boréale, cet organisme à but non lucratif et ses 1000 membres individuels font pression sur l’industrie et le gouvernement afin d’assurer la préservation de cet écosystème. Parmi ses plus récents projets: la réintroduction et la protection des caribous de Val-d’Or. Pour réparer «l’erreur boréale» – la mauvaise exploitation de la forêt abitibienne par les grandes compagnies minières et forestières qui lui a inspiré un documentaire – l’auteur-compositeur-interprète Richard Desjardins a fondé en 2000 l’Action boréale.

actionboreale.com

Photo: istock.com/Martine Doucet

Fondation Rivières

Au Québec, les rivières et ruisseaux se comptent par dizaines de milliers. Sources d’eau potable et d’hydroélectricité, ces cours d’eau sont une richesse à la fois inestimable et vulnérable. C’est pour les protéger de la «surexploitation hydroélectrique», de la pollution et des intérêts économiques que la Fondation Rivières a été créée en 2002, à l’initiative d’une poignée d’activistes, dont le comédien Roy Dupuis. La campagne la plus connue de l’organisme, menée de concert avec Nature Québec, incite les citoyens à adopter une rivière afin de contribuer à sa sauvegarde.

fondationrivieres.org

Photo: Samuel Montigne

Les Amis de la montagne

Véritable emblème, le mont Royal est également l’un des plus vastes espaces verts de Montréal. Cette oasis de verdure empreinte d’histoire est préservée et mise en valeur par un groupe dévoué, Les Amis de la montagne. Leurs différentes activités, du camp de jour à la location d’équipement de plein air, permettent aux citadins de profiter de ce lieu exceptionnel tout en finançant sa préservation. Pour appuyer ses programmes d’éducation à l’environnement destinés aux enfants, l’organisme tient aussi l’élégant déjeuner-bénéfice Chapeau mont Royal! Arborant leur plus beau couvre-chef, les participants y partagent un repas gastronomique préparé par le Fairmont Le Reine Elizabeth au chalet du mont Royal. Cette année, l’événement aura lieu le 12 juin. Prix du billet: 275 $.

lemontroyal.qc.ca

Photo: Simon Landry/Les Amis du parc de la Gatineau

Les Amis du parc de la Gatineau

Parcourir les sentiers du parc de la Gatineau pour voir de près ses batraciens, ses coyotes ou ses hiboux, voilà qui incite à préserver cette grande aire protégée. C’est précisément la mission des Amis du parc de la Gatineau, qui offrent des activités d’interprétation de la faune et de la flore, soutiennent les initiatives de recherche scientifique et veillent à la sauvegarde du patrimoine naturel du parc avec l’aide de bénévoles.

friendsofgatineaupark.com

Photo: ENvironnement JEUnesse, 2018

ENvironnement JEUnesse

On l’a vu avec les grèves du climat lancées par la Suédoise Greta Thunberg, les jeunes sont de fervents défenseurs de l’environnement. C’est sur cet engagement des générations à venir que mise ENvironnement JEUnesse. Dans les écoles, du primaire au collégial, l’organisme met sur pied de nombreuses activités – des conférences, un concours de recyclage de piles, une campagne pour mettre fin à l’utilisation des pailles de plastique, entre autres. Et, puisque les bonnes habitudes se prennent tôt, ENvironnement JEUnesse offre même une certification «CPE durable» et de l’accompagnement aux centres de la petite enfance qui souhaitent respecter certains critères de gestion durable.

enjeu.qc.ca

Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM)

Pour sauver les baleines, dont les populations chutent de façon inquiétante, il faut d’abord mieux les connaître. C’est là le cœur de la mission du GREMM, qui suit de près ces grands mammifères en identifiant les individus à l’aide de photographies et en étudiant l’organisation sociale des groupes. Afin de financer ses travaux sur les bélugas, l’organisme propose à la population d’en adopter un. Chaque donateur est alors jumelé à un béluga et recevra de ses nouvelles une fois l’an, ainsi qu’un suivi des recherches menées par le GREMM.

gremm.org

Photo: Unsplash/Louis Renaudineau

Arbre-Évolution

Le voyage dans le Sud a été salutaire cet hiver, mais pèse maintenant sur notre conscience environnementale? On peut toujours compenser l’impact négatif de ce trajet en avion en faisant un don à Arbre-Évolution. Son calculateur de compensation carbone nous permet même de savoir combien donner. En plus de planter des arbres pour faire contrepoids à l’émission de gaz à effet de serre, cette coopérative de solidarité organise des activités communautaires. Arbre-Évolution reboise des endroits qui en ont réellement besoin, pour lutter contre des îlots de chaleur ou l’érosion des berges, par exemple. Ainsi, chaque projet a des retombées sur des milieux de vie autant que sur l’environnement.

arbre-evolution.org

Photo: Unsplash/Natalie Walters

Équiterre

Alimentation, transport, énergie durable, commerce équitable: Équiterre intervient dans toutes les sphères de l’écologie. L’organisme environnemental le plus important au Québec, avec ses 22 000 membres, mène de nombreuses campagnes et son site web est une mine d’or d’informations pour qui veut changer ses habitudes de vie. Son initiative la plus connue? Les paniers bios du Réseau des fermiers de famille, grâce auxquels on peut s’approvisionner en légumes produits près de chez soi. Cette formule permet de soutenir une centaine de producteurs, qui nourrissent près de 60 000 personnes.

equiterre.org

Photo: Mathilde Crépin

G3E, Groupe d’éducation et d’écosurveillance de l’eau

C’est à l’aide de la participation de milliers de citoyens que le G3E arrive à surveiller de près 55 cours d’eau à travers le Québec, le Nouveau-Brunswick, l’Île-du-Prince-Édouard et le Manitoba. Ces bénévoles récoltent des données sur leur rivière – échantillons d’eau, dénombrement des invertébrés, observations – qui permettent de connaître l’état de santé d’un cours d’eau et de détecter dès les premiers signes un problème environnemental. De nombreux jeunes prennent part à ces corvées scientifiques avec leur école ou à d’autres activités comme les camps de jour ou les classes nature.

g3e-ewag.ca

Photo: Fondation Espace pour la vie, À la recherche du Monarque

Fondation Espace pour la vie

Le Biodôme, l’Insectarium, le Jardin botanique et le Planétarium ne sont pas de simples musées. Ces quatre institutions, regroupées dans le complexe muséal Espace pour la vie, sont également des lieux de recherche, de vulgarisation scientifique et de puissants outils de conscientisation pour nous inciter à prendre soin de notre environnement. Pour rejoindre encore plus de gens que ses deux millions de visiteurs annuels, des projets visant à encourager le jardinage ou à protéger les papillons monarques ont également été mis sur pied. En faisant un don, on peut choisir de soutenir l’un des projets, l’une des quatre institutions ou bien la recherche.

fondationespacepourlavie.ca

 

À lire aussi: Shampoings et revitalisants ultra-écolos

Impossible d'ajouter des commentaires.