Instagram

Souvenirs d’Italie, ingrédients du Québec

Gourmande, généreuse, notre nouvelle chroniqueuse, Margherita Romagnoli, est une néo-Québécoise d’origine italienne qui aime une chose par-dessus tout en cuisine: le partage.

Margherita-entete

Je suis une Italienne de Florence, arrivée au Québec il y a bientôt quatre hivers. Je suis devenue montréalaise par amour pour mon copain (aujourd’hui promu mari !), italien lui aussi, qui a décidé de venir travailler à Montréal après ses études. J’ai donc quitté mon poste dans une grande maison d’édition italienne et je me suis retrouvée au Québec à 34 ans, sans parler le français, sous au moins 30 cm de neige. C’est ce qu’on appelle un vrai changement !

Dans mes valises, j’ai glissé des casseroles, des marmites et ma passion pour la cuisine. Mes amis et mon mari ont travaillé fort pour me convaincre que, cette fois-ci, j’avais une occasion en or de transformer ma passion pour la cuisine en quelque chose de « plus concret ». C’est comme ça que, à la fin de 2013, mon blogue – La Petite Casserole  – est né, dans une atmosphère de peur et d’excitation. Recette après recette, presque trois ans ont passé. La peur des débuts a un peu disparu, mais l’enthousiasme est resté.

À LIRE: Voyage: vivre en Italie

Cuisiner ne m’ennuie jamais, mais me relaxe à tous coups. J’ai l’impression de popoter depuis toujours. Petite fille, je jouais déjà à la cuisinière, avec mes ustensiles en plastique. J’ai vite troqué mes jouets contre les ustensiles de ma mère – très bonne cuisinière elle aussi –, puis j’ai commencé à m’en acheter. Au secondaire, à l’université et surtout quand j’ai emménagé dans mon propre appartement, j’ai toujours éprouvé un immense plaisir à cuisiner pour mes amis. Plus il y avait d’invités, plus la table s’agrandissait, mieux c’était !

Je pourrais dire que le Québec a contribué à nourrir ma passion, car, à mon arrivée, je ne me rappelle plus combien d’heures j’ai passées dans les supermarchés montréalais à regarder les étagères. Il y avait tant de produits dont je n’avais jusqu’ici qu’entendu parler. Je me rappelle encore la première fois que j’ai vu de la rhubarbe au marché Atwater : j’aurais voulu en prendre toute une caisse !

pain-sauge

Pain à la sauge de Margherita

Ne vous méprenez pas, en Italie, il y a une grande variété de produits aussi, mais on trouve principalement des produits italiens, ou mieux, typiques de la cuisine italienne. Ici, j’aime me promener au marché Jean-Talon l’été, ou découvrir de petits magasins où tous les produits sont offerts en vrac. La cuisine est pour moi une vraie vocation, quelque chose d’instinctif que j’alimente en lisant des livres, des magazines ou des blogues. Amoureuse de la gastronomie italienne et curieuse de celle des autres pays et cultures, je crée des recettes qui résultent d’un mélange de saveurs et de traditions. Mais mon huile d’olive, elle, provient rigoureusement de la Toscane !

Chaque semaine, je vous donnerai rendez-vous ici pour de nouvelles recettes à mi-chemin entre le Québec et l’Italie. Suivez-moi !

torta-della-nonna

Torta della nonna, une recette du blogue La Petite Casserole


Ma fiche d’identité express

Mes ingrédients préférés : huile d’olive, riz, courge, artichauts, polenta et abricots.

Ma façon de cuisiner : vraie, simple, inclusive.

Pour moi, un plat de pâtes, c’est… casa (c’est-à-dire « maison » en italien).

Mes plats préférés : de la bonne focaccia, du risotto, et les tagliatelles à la sauce bolognaise de ma grand-mère.

Bien manger, pour moi, c’est… de la nourriture simple, savoureuse et pas trop élaborée.

Ce qui me rappelle mon enfance : la pizza rouge (sans mozzarella, avec des câpres) que ma grand-mère m’achetait pour ma collation d’après-midi.

Les chefs que j’admire le plus : Carlo Cracco, Fabio Picchi, Martha Stewart, Donna Hay, chacun avec ses particularités. Carlo Cracco, le chef du moment en Italie, Fabio Picchi, propriétaire de trois restaurants à Florence que j’aime beaucoup, Martha Stewart et Donna Hay, pour la diversité de leurs recettes.

Cuisiner, pour moi, c’est… une façon de me relaxer, de ne plus penser à rien.