Ma parole!

A-t-on les publicités qu'on mérite?

On croyait les avoir dépassés, les stéréotypes sexistes dans les publicités. Pas nécessairement, écrit Geneviève Pettersen.

Ma_parole

Je suis certaine que vous avez vu cette publicité de Maple Leaf où l’on aperçoit une femme qui amadoue son mari avec du bacon pour qu’il lui construise un walk-in, et qui se vante après-coup d’être le boss de la maison. Cette pub, qui est en fait l’adaptation d’une version anglophone, fait partie de la campagne #changeyourlifewithbacon, ou « changez votre vie grâce au bacon ». La marque aurait pu profiter d’un tel mot clic pour faire des pubs éclatées et avant-gardistes. Je dis «aurait pu» parce que Maple Leaf a choisi de nous servir son bacon réchauffé.

Pub-Maple-Leaf

Photo: Anne Archet

Dans la pub, on nous présente un homme crédule et, n’ayons pas peur des mots, un peu épais, qui, en plus de ne pas savoir cuire son bacon lui-même, se laisse manipuler par sa femme dont le rêve est de posséder un grand garde-robe pour y mettre sa guenille. Au secours! Une Germaine et un homme idiot. Je suis tellement tannée de voir les annonceurs se servir de clichés éculés et sexistes pour vendre leur marchandise. La majorité des hommes ne sont pas abrutis et les femmes ne rêvent pas toutes de se faire construire un walk-in plus grand que celui de Lady Gaga. Même qu’il y en a qui préfèrent le bacon aux escarpins.

C’est triste de constater qu’en 2015, les stéréotypes sexistes règnent encore sur la publicité. C’est plate de voir les femmes dépeintes comme des castratrices autoritaires et les hommes comme des tapis d’entrée. Et, malheureusement, Maple Leaf est loin d’être la seule marque qui mise sur cette dichotomie. J’aimerais que ces compagnies osent plus et aillent au-delà du prêt-à-penser et des lieux communs. Mesdames et messieurs du département des ventes et du marketing, cessez de puiser dans les clichés pour plaire à tous. La qualité et les bons concepts trouvent toujours leur public. De grâce, donnez-nous la pub qu’on mérite.

Pour écrire à Geneviève Pettersen: genevieve.pettersen@rci.rogers.com

Pour réagir sur Twitter: @genpettersen

Geneviève Pettersen est l’auteure de La déesse des mouches à feu (Le Quartanier)