Comment la maternité a changé mes valeurs

C’est fou ce que le fait d’être mère change notre rapport au monde, écrit Geneviève Pettersen, qui n’aurait jamais cru que ça lui arriverait, à elle aussi.

 

Ma_parole

Dieu que j’ai pu rire de mes amies qui disaient que la maternité avait modifié leur façon de voir le monde. Voir si j’allais me mettre à chiquer de la babiche, à manger du kale et à porter des affaires en coton biologique juste parce que je devenais mère. Eh bien, figurez-vous donc que mes copines avaient totalement raison. Je ne sais pas pourquoi, mais dès que je suis devenue enceinte, je me suis mise à pleurer en regardant les nouvelles et à être étrangement heureuse à la vue d’une boîte à compost. Je niaise, mais je suis tout de même un peu sérieuse. C’est fou ce que le fait d’être mère change notre rapport au monde.

Rassurez-vous : je ne chique pas de babiche, sauf que la maternité m’a amenée à faire un virage à 180 degrés. Je vous ai déjà parlé du moment où j’ai décidé de quitter mon travail pour faire autre chose. C’était une grosse décision que je n’aurais jamais prise si ma fille ne m’avait pas fait réaliser que j’étais en train de passer à côté d’une partie de mon existence. Du jour au lendemain, j’ai décidé que l’exemple que je voulais donner à mes enfants était celui d’une mère bien dans sa peau, heureuse de faire un métier qui avait du sens à ses yeux.

En parlant avec d’autres mères de mon entourage, j’ai réalisé que je n’étais pas la seule à avoir opéré un changement radical après la venue de mes enfants. C’est aussi le cas de Nathalie Chenel. J’avais envie de vous parler d’elle et de ce que la maternité lui a fait réaliser à propos du métier qu’elle exerce, celui de designer de mode. Comprenez-moi bien : Nathalie adore son métier, mais devenir mère lui aura fait comprendre que notre rapport à la mode était un brin tordu. Dans mon plus récent billet, je vous avouais que devant l’industrie de la fast fashion dénoncé par The True Cost, je me mettais la tête dans le sable. Contrairement à moi, Nathalie a décidé de prendre le taureau par les cornes et de questionner notre rapport aux vêtements avec un projet intitulé Mon préféré.

Suggestion sur "Mon préféré"
Photo: Mon préféré

Mon préféré, c’est un défi que Natalie s’est lancé à elle-même, celui de vivre pendant 100 jours en ne portant que 7 morceaux de vêtements qu’elle a elle-même dessinés et confectionnés. Ses vêtements ne sont pas à vendre et Natalie ignore où ce projet la mènera, mais elle est certaine que cette expérience l’amènera à revoir son rapport à la consommation et que cela influencera positivement sa petite fille. Mon préféré, c’est sa façon à elle de faire quelque chose pour changer son monde.

Je pourrais vous donner d’autres exemples de femmes pour qui la maternité a été un vecteur de changement. Sauf que j’aurais bien envie que vous me racontiez vos histoires. Est-ce que la maternité a influencé votre façon de voir le monde? Est-ce que vous avez changé des choses importantes dans votre vie suite à la naissance de vos enfants? Souvent, je trouve qu’on s’attarde aux aspects négatifs de la parentalité. On nous dit qu’on n’aura plus le temps de rien faire, qu’on ne dormira plus jamais et que notre vie de couple ne sera plus qu’un souvenir lointain. Et on oublie d’insister sur ce que les enfants nous apportent. Allez, racontez-moi tout.

Pour écrire à Geneviève Pettersen: genevieve.pettersen@rci.rogers.com

Pour réagir sur Twitter: @genpettersen

Geneviève Pettersen est l’auteure de La déesse des mouches à feu (Le Quartanier)

Impossible d'ajouter des commentaires.