Famille tout compris

Je m’ennuie donc je suis

« Aujourd’hui, des psychologues doivent rappeler aux parents que l’ennui, c’est normal. Que ce n’est pas une maladie qu’on traite avec un horaire surchargé d’activités aussi stimulantes qu’organisées. » Et l’ennui, on en fait quoi, demande Marianne Prairie.

Famille_tout_compris

Je ne vous apprendrai probablement rien si je vous dis que l’ennui est bénéfique au développement des enfants. Cette sagesse populaire, vous l’avez sans doute lue (ou relue) dans un article récemment. Parce que c’est toujours à ce moment-ci de l’année, quand l’école vient de se terminer et que la progéniture a « techniquement » deux mois de congé devant elle, que l’on publie des dossiers du genre « S’ennuyer, la meilleure activité de l’été! »

Il fut un temps où on ne faisait pas grand cas des enfants qui s’ennuyaient. C’était la norme, le passage obligé de toute jeunesse qui se respecte. Aujourd’hui, des psychologues doivent rappeler aux parents que l’ennui, c’est normal. Que ce n’est pas une maladie qu’on traite avec un horaire surchargé d’activités aussi stimulantes qu’organisées. Que la plainte tant redoutée « Je m’ennuiiiiiiiiiiiiie » a beau nous faire friser les oreilles, ce n’est pas pour autant le symptôme d’un échec parental. Au contraire!

À LIRE: 10 choses que je ne ferai pas cet été 

« Le jeu libre permet à votre enfant de choisir ce qui l’intéresse et de développer ainsi son autonomie, une qualité également fort recherchée, tant à l’école qu’au travail. L’autonomie permet à l’enfant de fonctionner sans avoir constamment besoin du soutien des autres.

L’ennui est aussi un tremplin vers la créativité. Pour meubler sa solitude et pour contrer son ennui, l’enfant fait appel à ses ressources personnelles. Il est à l’écoute de son monde intérieur, de ses envies et de ses goûts. »

Naître et grandir

Je remarque que dans les mises en garde des experts du développement de l’enfant, on utilise de plus en plus un vocabulaire qui fait allusion à la performance. On reprend les mêmes termes utilisés par les parents qui (sur)stimulent leurs enfants en espérant leur donner une longueur d’avance sur la route du succès et de l’épanouissement. Préciser que l’autonomie est une qualité fort recherchée sur le marché du travail ou mettre le mot « succès » dans le titre d’un article sur l’ennui, ça ne me semble pas anodin.

Famille.tout.compris.Ennui.Article

Photo: iStock

On souhaite évidemment que le message atteigne mieux sa cible. Mais je ne peux m’empêcher de penser que si les vies de nos enfants sont autant remplies et organisées, c’est qu’elles sont calquées sur les nôtres. Ils suivent notre rythme. En tant qu’adultes, on a très peu de marge de manœuvre entre les tâches à accomplir et les responsabilités à remplir, au travail comme à la maison. Chaque moment est optimisé. On ne s’ennuie jamais. J’irais même jusqu’à dire que l’ennui n’est pas autorisé. Même le temps libre doit être « de qualité », soit pour la famille, pour sa santé ou sa culture personnelle.

Je me suis demandé si je m’ennuyais des fois, moi. Vite de même : jamais. Mon téléphone portable me permet d’être productive ou divertie à tout instant. Un long transit en métro? Tiens, je vais me taper un épisode d’une websérie ou répondre à des courriels. Quelques minutes à tuer avant un rendez-vous? Je vais en profiter pour faire ma liste d’épicerie. Tout ça pour espérer me libérer du temps (HA! HA! HA!), mais aussi pour chasser le malaise de ne pas savoir quoi faire de mes dix doigts.

À LIRE: Qui est la mère parfaite de l’internet? 

Certes, la vie d’adulte possède des exigences que celle des enfants n’a pas. On a des comptes à payer et des brassées à laver. Mais il me paraît important de nous rappeler que le contraire est aussi vrai. Les enfants ont des histoires à inventer et des nuages à regarder.

Alors à défaut de pouvoir prêcher par l’exemple en m’ennuyant devant mes enfants (HA! HA! HA! HA! HA!), je trouve tout de même important qu’on se rappelle au moins une fois par année à quel point l’ennui est important pour le développement des enfants. Tant mieux si on ramène cette discussion sur le tapis (gazon) à tous les débuts de vacances scolaires. Voyons cela comme une façon de sensibiliser les parents qui exigent trop de leurs héritiers, mais surtout célébrons l’ennui des enfants comme un acte de résistance nécessaire dans notre monde de to-do infinis.

– – –

Pour écrire à Marianne Prairie: chatelaine@marianneprairie.com

Pour réagir sur Twitter: @marianneprairie

Marianne Prarie est l’auteure de La première fois que… Conseils sages et moins sages pour nouveaux parents (Caractère)