La belle vie d’Anne-Marie : Pourquoi j’aime autant la bouffe italienne?

Anne-Marie Withenshaw a beaucoup aimé Montréalissimo, le nouvel ouvrage que le chef Michele Forgione a rédigé avec Lynne Faubert qui, en plus de recettes, nous fait découvrir l’histoire des Italiens à Montréal.

 

Anne-Marie Withenshaw

J’adore les Italo-Montréalais. J’ai grandi à Anjou et Rosemont, deux quartiers  où ils dominaient. Ma meilleure amie Melissa avait un père calabrais qui ne nous parlait qu’en italien, et nous cuisinait les meilleurs scaloppini (escalopes de veau panées) de Rosemont. Mon grand-père était maire de Saint-Léonard (qui compte presque 30 fois plus d’Italiens que la Petite Italie) et y a élevé sa famille. Ma mère enseignait dans une école primaire italienne, ramenant cannolis ou fromages offerts par les parents de ses élèves. La convivialité et l’éthique de travail des cordonniers, pâtissières, coiffeuses ou restaurateurs des rues Jean-Talon, Jarry, Lacordaire ou Bélanger, immigrants de première ou deuxième génération, m’ont toujours inspiré confiance et affection.

À LIRE: 3 coups de coeur d’Anne-Marie Withenshaw

anne.marie.withenshaw.montrealissimo.cafe.olympico.article
Photo: David de Stefano

Gros bonheur donc, de feuilleter Montréalissimo, mi-livre de recettes et mi-recueil d’histoires, consacré à l’héritage que ces générations d’Italiens d’origine ont légué à la ville.  On y découvre  l’histoire du Montréal italien gourmand par le biais des familles Gatuso et Catelli, de Josée di Stasio, de Lino Birri, d’Elena Faita et de Soeur Angèle…. Les textes de Lynne Faubert, accompagnent les photos, magnifiques, de David de Stefano et trente recettes du chef Michele Forgione.

Je vous ai parlé de Michele et de son compte Instagram il y a quelques semaines. J’adore son amour de la cuisine simple et authentique. Maître pâtissier, pro de la pâte fraîche et de la pizza, et chef proprio d’Impasto, de la Pizzeria Gema et de chez Tousignant, il nous transmet dans Montréalissimo des recettes de base qu’il peaufine depuis plus de quinze ans, ainsi que d’autres créées par des figures marquantes de la cuisine italo-canadienne.

Je vous entends déjà : « Je sais faire une sauce tomate, j’ai 42 recettes de pâtes et je possède déjà les livres de Stefano et di Stasio. Pourquoi en aurais-je besoin d’un autre ?» Parce que les recettes sont en majorité des classiques qu’on consomme régulièrement au resto, mais qui sont ultra-simples à réaliser: biscottis, calmars frits, aubergines marinées, ricotta fraîche.

Parce que, magnifiquement illustré, il se lit comme un livre d’histoire. Et parce qu’il sert aussi de guide des bonnes adresses.

Pour vous mettre l’eau à la bouche, voici deux recettes tirées de Montréalissimo, qui peuvent aussi bien servir au petit-déjeuner, à l’apéro, ou comme bases de recette plus complexe: la ricotta fraîche et la fougasse, ou focaccia. Buon appetito!

À LIRE: La belle vie d’Anne-Marie : mes 6 comptes Instagram de bouffe préférés

 

Impossible d'ajouter des commentaires.