Ronde, et alors?

Pour ou contre une princesse Disney taille plus?

Notre chroniqueuse Joanie Pietracupa croit qu’il est temps d’avoir des princesses Disney taille plus. Et vous?

Joanie-bandeau

Avec la consécration de mannequins taille plus comme Ashley Graham et Tess Holliday, la diversité corporelle et les rondeurs sous toutes leurs formes ont été clairement mises sur le devant de la scène, cette dernière année. En effet, bon nombre de femmes (et plusieurs hommes), d’entreprises et de médias se mobilisent maintenant afin que les jeunes d’aujourd’hui puissent s’identifier à des personnes qui leur ressemblent. Question de leur apprendre à avoir confiance en eux et à aimer leur corps tel qu’il est, peu importe leur apparence physique. Une bonne chose, quoi!

Petite fille qui joue à la poupée

Photo: iStock

À LIRE: Le jour où j’ai arrêté de me comparer aux autres

L’industrie des jouets commence à comprendre (allô, poupée Barbie taille plus!)  qu’il faut aussi projeter des images auxquelles les jeunes s’identifient, des images qui les aident à plus et à mieux s’aimer, ainsi qu’à plus et à mieux aimer leur prochain. Mais qu’en est-il de Disney, cette machine à faire rêver les enfants? La Petite Sirène, Blanche-Neige, la Belle au bois dormant… Disons que ces jolies princesses sont loin d’avoir des traits réalistes et une silhouette «ordinaire»! Deux morceaux de robot pour le grand pas en avant sur le plan de la diversité des origines, toutefois. L’Afro-Américaine Tiana (La Princesse et la Grenouille) et la Polynésienne Moana (le film Moana, la princesse du bout du monde débarquera sur nos écrans en novembre prochain) sont de vraies héroïnes des temps modernes. Sans compter qu’il y avait eu en leur temps Jasmine (elle n’était pas le personnage principal d’Aladdin par contre), Mulan et Pocahontas). Mais qu’en est-il des princesses rondes?

Il y a deux semaines, la vlogueuse mode et beauté Loey Lane a lancé une campagne encourageant la diversité corporelle dans les films de Disney. Elle a donc tourné une chouette vidéo en collaboration avec le magazine Cosmopolitan afin d’expliquer sa démarche.  Vêtue d’une robe de Blanche-Neige, la belle blonde est apparue pour livrer son message: «On ne peut pas toutes avoir la même apparence. Voilà pourquoi je pense qu’il est si important de voir davantage de diversité dans tout ce que les filles et les garçons consomment. […] Il faut en parler. S’exprimer. Dire que c’est ce que l’on veut. Et c’est en portant des robes de princesses et en étant belles et extraordinaires à notre manière qu’on réussit à le faire. […] Mon nom est Loey Lane et je crois que Disney devrait créer une princesse taille plus.»

Dans la même vidéo, on peut admirer Loey vêtue d’un bikini mauve et vert métallisé inspiré de La Petite Sirène. C’est en octobre 2015, dans une vidéo publiée sur sa chaîne YouTube où elle parlait de ce fameux bikini (qui lui a d’ailleurs valu des tonnes de compliments de la part de ses fans), que l’idée d’une princesse de Disney taille plus lui est venue, explique-t-elle. La «pas si Petite Sirène» surnommait-elle alors ce look avec beaucoup d’humour et d’autodérision.

À LIRE: Comment les selfies m’ont redonné confiance en moi

ronde.et.alors.princesses.disney.taille.plus.Loey.Lane.article

Dans l’entrevue accompagnant la vidéo, Loey parle d’une manière toute personnelle du manque flagrant de diversité corporelle au sein des films de Disney. «Le fait que la silhouette qui se rapprochait le plus de la mienne était celle d’Ursula (NDLR la méchante sorcière-pieuvre de La Petite Sirène) m’a fait beaucoup de peine, quand j’étais enfant. J’ai grandi en n’ayant jamais dit que je voulais être une princesse, comme les autres fillettes. Ça m’a beaucoup marquée.»

À LIRE: La différence entre « être grosse » et se « trouver grosse »

Lire ça m’a rendue triste. Vous imaginez une petite fille qui souffre d’embonpoint regarder un film de princesses et ne pouvoir s’identifier qu’au personnage machiavélique de l’histoire? Personnellement, je ne me suis jamais sentie déchirée ni choquée par le manque de représentation de silhouettes plus rondes sur les petits et grands écrans, mais je peux comprendre que ça ait affecté de nombreuses autres personnes. C’est à l’enfance qu’on développe nos qualités et nos valeurs les plus profondes, voilà pourquoi il est si important d’être bien entourés et d’avoir de bons exemples et modèles. Voilà aussi pourquoi j’appuie Loey Lane à 100 % dans sa démarche. Et puis, une princesse aux joues toutes rondes, n’est-ce pas la chose la plus mignonne au monde?

Suivez Joanie Pietracupa sur Twitter (@theJSpot) et Instagram (@joaniepietracupa).