Thé vert: est-il vraiment miraculeux?

Le thé vert a-t-il véritablement des effets bénéfiques sur la santé? Voici ce que disent les études scientifiques et ce qu’en pensent les experts.

 
Photo: Stocksy/Trinette Reed

Quelles sont les propriétés du thé vert?

Il contient une très grande quantité de polyphénols appelés « catéchines », qui sont des molécules antioxydantes. On en retrouve dans certains aliments comme les fruits et les légumes, mais c’est dans le thé vert qu’il y en a le plus: un tiers des feuilles de thé vert est constitué de polyphénols. Pour une tasse, où l’on infuse environ 1,5 g de thé, on en absorbe donc à peu près 500 mg. Le thé noir, lui, en contient beaucoup moins. La principale catéchine du thé vert est l’EGCG (épigallocatéchine-3-gallate).

Le thé vert aide-t-il à prévenir le cancer?

Peut-être, mais pas tous les cancers. Cette affirmation s’appuie sur de nombreuses études épidémiologiques, dans lesquelles sont analysés les habitudes de vie de dizaines de milliers de personnes et leur impact sur la santé. Une recherche récente réalisée auprès de 70 000 Chinoises de 40 à 70 ans a par exemple montré une diminution de 60 % du risque de cancer colorectal chez les grandes buveuses de thé vert. En prendre tous les jours améliorerait aussi la protection contre les cancers de la bouche et de la prostate. Dans le cas du cancer du sein, sa consommation contribuerait même à réduire le risque de récidives de 25 %, selon Richard Béliveau, professeur émérite de biochimie et directeur scientifique de la Chaire en prévention et traitement du cancer de l’UQÀM. « Les études épidémiologiques sont très claires: le thé vert a des propriétés avérées pour la prévention de certains cancers », fait-il valoir.

Une position que nuance la nutritionniste Annie Ferland, docteure en pharmacie. Selon elle, les données de certaines de ces études sont à prendre avec un grain de sel, car les méthodes d’analyse peuvent varier d’une à l’autre. « À ce stade, l’ensemble des résultats est intéressant dans un contexte scientifique, mais il fau-dra effectuer plus de recherches avant de conclure que la prise de thé vert peut aider à prévenir l’apparition de cancers chez l’humain, et même avant de pouvoir, le cas échéant, proposer une quantité précise à cet effet. »

L’action anticancéreuse de l’EGCG, principal antioxydant du thé vert, a été démontrée en laboratoire, sur des souris et à fortes doses. « Mais on ne peut pas déduire que boire trois tasses de thé vert par jour aura les mêmes effets chez l’humain, puisque les souris ne réagissent pas comme nous du point de vue métabolique et qu’elles ont été soumises à des doses très élevées d’EGCG », commente la nutritionniste.

Photo: iStock/Miss_J

Le thé vert protège-t-il contre les troubles cardiovasculaires?

Des études épidémiologiques plaident en ce sens. Ainsi, selon l’une d’elles portant sur plus de 40 000 Japonais, les grands buveurs de thé – ceux qui en consomment plus de 500 ml par jour (environ 2 tasses) – semblaient bénéficier d’un effet protec-teur sur le plan cardiovasculaire. Dans ce groupe, le taux de mortalité par accident vasculaire cérébral était de 50 à 60 % moins élevé que dans le reste de la population, et celui de la mortalité par maladie cardiovasculaire était réduit de 15 %.

En laboratoire, des chercheurs britanniques ont démontré en 2018 que l’EGCG pouvait aider à dissoudre les plaques qui obstruent les artères. Les scientifiques des universités de Lancaster et de Leeds qui ont fait cette découverte demeurent cependant prudents et déclarent qu’il y a peu de chances d’obtenir un tel résultat en buvant des quantités normales de thé.

Boire du thé vert est-il bénéfique pour le cerveau?

C’est bien possible. Dans une étude réalisée en 2016 auprès de 1 000 personnes vivant à Singapour, les consommateurs réguliers de thé vert de plus de 55 ans couraient 50 % moins de risques de voir décliner leurs fonctions cognitives que ceux qui en buvaient peu ou rarement. D’autres travaux, japonais cette fois, sur 14 000 sujets âgés de plus de 65 ans, ont montré que les aînés qui consomment régulièrement du thé vert sont beaucoup moins à risque de souffrir de limitations fonctionnelles. « C’est une étude très importante, souligne Richard Béliveau. L’incapacité fonctionnelle, c’est de ne pas pouvoir réaliser des gestes simples, comme manger sa soupe, s’habiller seul ou attacher ses lacets. C’est un signe de perte de contrôle de sa vie. »

Le thé vert a-t-il un effet sur les maladies inflammatoires de l’intestin?

On n’en sait rien. « Les substances contenues dans le thé vert ont un effet antimicrobien, mais on ignore pour l’instant si le thé vert a un impact positif quelconque sur l’intestin », dit Laurent Bazinet, professeur au Département des sciences des aliments de l’Université Laval.

Perd-on du poids en buvant du thé vert?

Non. C’est la conclusion à laquelle est arrivé le réseau Cochrane (une organisation internationale indépendante et sans but lucratif qui collecte, évalue et résume des résultats de recherche sur des questions précises) après avoir examiné 15 études scientifiques sur le sujet.

Consommer des boissons à base de thé vert, c’est une bonne idée?

Aucun intérêt! Les polyphénols contenus dans les feuilles de thé vert sont très instables: ils perdent donc leurs propriétés très rapidement. « Il est important de boire son thé bien infusé et aussitôt prêt; si on le laisse séjourner dans un thermos toute la journée, tous les avantages disparaissent », avance Richard Béliveau. Quant aux boissons industrielles à base de thé vert, elles n’ont tout simplement aucun effet bénéfique sur la santé, car leur teneur en polyphénols est nulle ou très faible.

Boire trop de thé vert est-il nuisible à la santé?

Non, mais il y a un mais. Les catéchines n’ont pas d’effet nocif sur le foie si elles sont consommées sous forme de thé. Comme l’indique Richard Béliveau, aucune étude n’a déjà fait état de cas de surconsommation de thé vert. Cependant, la prise de catéchines sous forme de suppléments alimentaires à des doses supérieures ou égales à 800 mg par jour pourrait présenter un danger pour la santé, selon l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA). À noter: les personnes souffrant d’insomnie, de reflux gastrique ou d’hyperexcitabilité doivent savoir que le thé vert contient de la caféine.

Impossible d'ajouter des commentaires.