Entrevues

Maman au boulot: rencontre avec Nathalie Turcotte, vice-présidente d’une agence de communications

Associée et vice-présidente à l’agence de communication Bob, à Montréal, Nathalie Turcotte, 49 ans, est maman d’une fille de 10 ans et d’un garçon de 14 ans. Rencontre inspirante.

Photo: Louise Savoie

Photo: Louise Savoie

Ce que je fais dans la vie
Après avoir été directrice pendant des années, j’ai pris du galon il y a trois ans en devenant associée et vice-présidente. Un saut que j’ai longtemps hésité à faire parce que je pensais devoir acquérir mille aptitudes avant de prendre de telles fonctions… Typiquement féminin !

Une leçon que j’ai apprise
Ce qui compte le plus, quand on accepte un nouveau poste, c’est le désir et la capacité d’apprendre. Et c’est fou comme ça va vite quand on a les deux pieds dedans ! Les femmes ont tendance à trop attendre avant d’affronter de grands défis : il faut juste plonger dans l’action. Le reste va venir.

J’ai de la difficulté…
À être entière et présente, là où je me trouve. Tant à la maison qu’au travail, mes pensées vagabondent et j’ai du mal à me concentrer. Le mal de notre époque, peut-être ? Ce n’est pas un hasard si le yoga est si populaire. D’ailleurs, je m’y suis mise !

À LIRE: 10 minutes de yoga pour s’entraîner et tonifier ses muscles

Mon style
Contemporain audacieux. Si je m’offre un bracelet, il sera orné d’une tête de mort [rires] ! Une manière d’exprimer ma volonté de ne pas me conformer à tout prix. En fait, je n’aime pas tellement magasiner. Au début de la saison, j’achète quelques morceaux qui vont s’agencer ensemble.

Je porte surtout…
Du noir et du crème. Les tissus très colorés et les imprimés s’agencent mal à ma personnalité réservée. Je mise aussi sur le confort. Je suis cent fois plus « ballerines » que « talons hauts ».

Ma routine beauté
Ouf… Ma mère et ma sœur m’ont déjà payé un cours de maquillage. J’avais tout acheté, ça m’avait coûté une fortune, j’avais même le dessin pour reproduire ce que l’esthéticienne m’avait fait… Mais j’en étais incapable, et puis c’était trop long. Je suis revenue à mes classiques : crayon, mascara, fard à joues, cache-cernes. Cela dit, je nettoie scrupuleusement ma peau et l’hydrate avec le même soin.

À LIRE: Nos produits maquillage coups de coeur

Je répugne…
À payer cher pour des marques de vêtements. Pour me gâter, de temps en temps, je vais chez Club Monaco, ou Aritzia. J’aime bien Zara – j’y trouve des pièces originales à prix correct. Et il faut que la boutique soit bien organisée : si c’est le bordel, je ne trouve rien, j’ai chaud, j’ai mal au cœur !

J’aspire à…
Devenir une inspiration pour les filles de mon équipe. Je sais que leur regard est tourné vers moi car, dans notre industrie, il y a encore peu de femmes membres de la haute direction. Je veux me montrer honnête, généreuse, humaine, bref, être un bon modèle.

Photo: Louise Savoie

Photo: Louise Savoie

Je conseille aux femmes…
De ne pas se sentir attaquées personnellement quand leur travail est critiqué. Le désir de plaire et de bien faire nuit parfois à notre capacité à prendre des risques et à tirer des leçons des commentaires négatifs. Il peut être profitable de se détacher de ses émotions.

À LIRE: La notion d’équilibre est-elle dangereuse pour les femmes?

Je garde l’équilibre
Grâce à mon amoureux. C’est parce qu’il était prêt à jouer le jeu avec moi que j’ai pu accéder au poste que j’occupe maintenant. Il a accepté d’en faire plus à la maison. Aussi, je me confie beaucoup à lui ; il a un excellent jugement. Et il m’encourage, me dit qu’il est fier de moi. Ça me donne confiance.

À quoi ressemblent mes journées
Beaucoup de rencontres avec mes employés. Comme la plupart sont jeunes, ils ont besoin de plus de coaching – une portion de mon travail que j’adore. Depuis que je suis associée, je me suis transformée en vraie femme d’affaires, multipliant les démarches pour attirer de nouveaux clients, réfléchissant à des stratégies pour faire progresser l’agence…

Je suis fière…
De ma manière d’entrer en relation avec mon équipe. Mon style est loin du cliché du patron autoritaire – je privilégie plutôt la consultation. Et ça marche : je sens les employés très engagés. Aussi, je pense qu’ils apprécient ma capacité de dire : « On s’est trompés. »

À LIRE: Être mère mènerait-il au burnout?

Je valorise…
L’ardeur au travail, une qualité héritée de mon père. Et de ma mère, j’ai appris l’importance d’être sensible aux autres. Maman a passé sa vie à prendre soin de sa famille et de ses amis, nous couvrant d’une montagne d’attentions.

Mon truc santé
Me coucher tôt. Je tiens mordicus à mes huit heures de sommeil. Et comme j’aime être au bureau dès 7 h… Je profite du calme qui y règne pour planifier ma journée, préparer mes rencontres. C’est important pour moi d’avoir le temps de réfléchir.

Mon dada
La manucure. Un petit bonheur découvert il y a deux ou trois ans. Depuis, impossible pour moi d’avoir les ongles nus !

À LIRE: Une manucure qui dure

Sur Facebook, j’aime suivre…

  • Les conférences TED – surtout celles qui touchent le leadership, la gestion d’équipe, les relations amoureuses.
  • Sheryl Sandberg, la numéro deux de Facebook, dont le livre Lean in m’a fait beaucoup réfléchir.
  • L’Effet A, un regroupement de leaders québécoises qui ont eu la bonne idée de valoriser l’ambition chez les femmes. Je l’observe dans mon équipe : les filles ont plus de mal que les gars à verbaliser haut et fort leurs souhaits ou leurs attentes par rapport à leur avenir professionnel.