Écrans solaires pour enfants: ce qu’il faut éviter

Inoffensifs, les écrans solaires pour enfants? Pas selon l’Environmental Working Group (EWG), aux États-Unis. Après avoir analysé des dizaines de produits, l’EWG nous met en garde contre les ingrédients chimiques louches et les étiquettes trompeuses.

  0
creme solaire enfant

Photo: iStock

Sans mettre tous les produits dans le même bateau, il faut tout de même rester à l’affût au moment de choisir un écran solaire pour son enfant. D’abord, l’EWG déconseille l’achat de produits dont le facteur de protection solaire (FPS) est très élevé – il faut se méfier de tout ce qui est au-delà de 50. Ces écrans peuvent en effet susciter un faux sentiment de sécurité chez les usagers et leur faire croire qu’une application régulière n’est pas nécessaire, ce qui pourrait entraîner de graves brûlures chez les tout-petits.

Au banc des accusés se trouvent aussi l’oxybenzone et la palmitate de rétinyle, deux ingrédients qui pourraient s’avérer nocifs. Parmi les écrans solaires analysés par l’EWG, 40 % contiennent de l’oxybenzone, une substance qui pénétrerait la peau et qui pourrait se retrouver dans la circulation sanguine. On la soupçonne d’avoir des effets similaires à l’œstrogène, hormone «féminine» dans l’organisme. Il faut toutefois noter que ces conclusions ont été tirées à la suite d’une expérience effectuée sur des rats. Une étude subséquente publiée par JAMA Dermatology suggère que seule une teneur excessive en oxybenzone pourrait poser problème. Selon les auteurs de l’étude, il n’est peut-être pas pertinent de tenter d’appliquer à l’être humain des données obtenues avec des rats.

Par ailleurs, l’EWG recommande d’éviter aussi la palmitate de rétinyle – présente dans 16 % des écrans solaires –, qui pourrait «accélérer le développement de tumeurs et de lésions cutanées, selon des études gouvernementales». Encore une fois, ces résultats sont basés sur des expériences menées sur des souris et non sur des humains.

Comment choisir un écran solaire? On recherche un FPS qui se situe entre 30 et 50, et on réapplique le produit régulièrement. L’EWG prône également l’utilisation d’une crème ou d’une lotion plutôt que celle d’un vaporisateur, dont l’application pourrait ne pas être suffisante et uniforme. Il mentionne aussi que les écrans solaires à base de filtres minéraux constituent de bons choix. Si la liste d’ingrédients inclut de l’oxyde de zinc et du dioxyde de titane, ceux-ci sont sans danger et protègent des rayons UVA et UVB.

 

Article tiré du site de Today’s Parent.

Impossible d'ajouter des commentaires.