Cheveux : mythes et réalités

En matière de cheveux, les idées reçues sont parfois très tenaces. Deux grosses pointures de la science capillaire nous donnent l’heure juste.

 

Puisqu’il est très doux, le shampooing pour bébé est parfait pour tous les types de cheveux.
Faux. Il est à proscrire! Conçus pour éviter d’irriter les yeux des nourrissons – grâce à un pH similaire à celui des glandes lacrymales –, ces shampooings utilisent des surfactants très doux et donc peu efficaces pour nettoyer (les bébés n’en ont pas besoin, car il y a très peu d’huiles naturelles dans leurs cheveux). Dans le cas du cuir chevelu gras de l’adulte, le lavage sera insuffisant. Le résultat sera également désastreux sur les cheveux fins et secs, puisque le shampooing pour bébé ne contient pas d’agents revitalisants. Il laissera donc la chevelure emmêlée et difficile à coiffer.

Couper ses cheveux souvent leur donne de la vigueur et les fait pousser plus vite.
Faux. Difficile à croire, mais nos cheveux poussent au même rythme tout au long de notre vie. Une coupe n’améliorera en rien leur croissance. Si les cheveux courts semblent parfois plus denses, c’est uniquement dû au fait que les cheveux longs s’usent et sont plus minces à la pointe qu’à la racine. Tout au plus, en coupant les pointes, souvent effilées ou fourchues, on donne l’illusion que la tignasse est plus épaisse. La bonne nouvelle? Les cheveux bien entretenus allongeront plus rapidement. Pourquoi? Parce que si les pointes sont en santé, elles ne nécessitent pas une coupe de 5 cm (2 po) ; 1,5 cm (1/2 po) suffira.

Il faut changer souvent de shampooing. À la longue, nos cheveux s’y habituent et le rendent moins efficace.
Faux. Grande révélation : les cheveux hors du cuir chevelu sont morts. Ils ne peuvent donc pas s’adapter au shampooing. Toutefois, certains facteurs qui modifient l’aspect des cheveux peuvent expliquer le fait que l’on sente qu’un shampooing n’est plus adéquat. Des exemples? Une maladie, une grossesse ou d’autres changements (de coloration ou de saison – les cheveux secs et grichous peuvent avoir besoin d’être hydratés en profondeur en hiver). Si c’est le cas, on peut opter pour une version différente de son shampooing habituel (hydratante, volumisante, anti-frisottis, etc.).

Utiliser séchoir, fer plat ou à friser risque de brûler les cheveux.
Vrai. Certains outils chauffants sont trop chauds. Un fer plat à puissance maximale atteint facilement des températures supérieures au point d’ébullition de l’eau. En surchauffant le cheveu, qui est en partie constitué d’eau, l’appareil risque de provoquer des cassures ou des bulles à la surface du cheveu (causées par la vapeur qui cherche à s’en échapper).

Quatre bonnes habitudes pour éviter les dommages :
1. On utilise le séchoir sur des cheveux humides, mais jamais détrempés.
2. On tient le séchoir à une distance raisonnable de la tête – si c’est trop chaud pour la main, ça l’est aussi pour les cheveux!
3. On sèche à basse température aussi souvent que possible.
4. On s’assure de ne pas laisser longtemps le fer sur une mèche. Munissez-vous d’un spray spécialement formulé pour offrir une protection thermique aux cheveux.

Le soleil endommage les cheveux.
Vrai. On sait déjà que le soleil est l’ennemi de la peau, mais il abîme également les cheveux. En fait, les rayons UV affectent autant la cuticule du cheveu qu’un décolorant, et ce, même en hiver! Une exposition prolongée au soleil sans protection affaiblit et dessèche les cheveux, les rendant difficiles à colorer. Mieux vaut prévenir que guérir : au soleil, on se coiffe d’un chapeau ou on applique un produit protecteur pour les cheveux dont l’action est similaire à un écran total pour la peau.

Un lavage quotidien abîme les cheveux.
Faux. On peut même les laver plusieurs fois par jour, si nécessaire. Les agents hydratants et protecteurs des shampooings modernes laissent les cheveux soyeux et doux, pas desséchés comme c’était autrefois le cas. Les produits capillaires sont soumis aujourd’hui à de nombreux tests qui nous assurent qu’on peut les employer quotidiennement sans danger. Bref, la fréquence à laquelle on lave ses cheveux est une décision personnelle. Les femmes qui ont les cheveux secs et dévitalisés peuvent laver leurs cheveux tous les deux à trois jours. Un truc : un bon brossage vaut un shampooing, car il débarrasse les cheveux des salissures. Utilisez de préférence une brosse en poils naturels. À l’inverse, celles qui ont les cheveux gras ou qui utilisent beaucoup de produits coiffants doivent maintenir une bonne hygiène. Les laver chaque jour évitera l’accumulation de sébum ou de produits.

Se baigner dans une piscine chlorée peut faire tourner les cheveux au vert.
Vrai. Avec le temps, les nageuses, qu’elles soient blondes naturelles ou grâce à une teinture ou à des mèches, risquent de se retrouver avec des reflets verdâtres. Pourquoi? Parce qu’il y a du cuivre dans l’eau et qu’il se dépose sur les cheveux sous forme de chlorure cuivrique, qui est vert. On peut prévenir le problème en appliquant un revitalisant traitant sans rinçage avant de se jeter à l’eau. On peut aussi utiliser un shampooing purifiant, qui élimine l’odeur et neutralise les résidus de chlore tout en redonnant lustre et souplesse aux mèches rebelles.

Le saviez-vous ?

  • Le diamètre d’un cheveu fin est comparable à la moitié de l’épaisseur d’une feuille de papier.

  • En moyenne, une personne possède environ 100 000 follicules de cheveux. Chaque follicule pileux peut faire pousser 20 nouveaux cheveux dans une vie.

  • Un cheveu pousse pendant plusieurs années et peut atteindre jusqu’à un mètre de longueur.

  • Le principal constituant du cheveu est la kératine, une protéine ultra-résistante qu’on trouve également dans les ongles.

  • Les cheveux allongent d’environ un centimètre par mois.

(Faits sur les cheveux tirés du livre The world of hair: a scientific companion du Dr John Gray).

Impossible d'ajouter des commentaires.