Générale

Nous sommes peu de choses, finalement

J’ai sursauté lorsque j’ai appris qu’on avait souligné la mort d’Hughette Proulx en mentionnant une pub de couches pour incontinents dont elle vantait les mérites. La dame a fait beaucoup plus que cela. Et au Québec, on gagne sa vie comme on le peut, surtout lorsqu’on vieillit et que notre image fléchit. Cette communicatrice qui a milité pour aider à décoincer les gens dans leur sexualité et les aider à sortir de la « grande noirceur », méritait davantage. Même le silence aurait été plus élogieux. Il y a parfois des avantages à mourir en quidam.

Je me suis dit que je n’aimerais pas qu’on me résume à cet extrait vidéo, datant du début 90, et dans lequel je me sens légèrement à l’étroit… Sans commentaires. Vive la vasectomie!

Et à la lumière de ce qui arrive aujourd’hui à mon ami Languirand, j’espère qu’on retiendra autre chose que cette sortie abrupte et théâtrale. Il mérite mieux que ça, lui aussi.

Comme disait madame de Staël, la gloire est le deuil éclatant du bonheur.