Société

DSK, Weiner & Cie… Pourquoi leurs femmes restent

Anne Sinclair, Hillary Clinton, Silda Spitzer, Wendy Vitter. Elles sont brillantes, indépendantes… et mariées à des hommes qui les ont trompées et humiliées à la face du monde. Pourtant, elles restent à leurs côtés, fidèles, loyales, solidaires, jusque sous l’œil des caméras. Pourquoi?

Bill et Hillary Clinton


 
Bill et Hillary Clinton

DSK. Trois lettres qui, depuis la mi-mai, figurent en une de la presse internationale. DSK pour Dominique Strauss-Kahn, l’un des hommes les plus puissants au monde, accusé d’avoir violé une femme de chambre dans un hôtel new-yorkais. À ses côtés, sans faillir depuis 20 ans, affrontant avec lui la meute de photographes : Anne Sinclair, journaliste, ex-star de la télé française et riche héritière aux nombreux Picasso. Pour la presse américaine, elle est l’exemple type d’une célèbre chanson country enregistrée en 1968, Stand by Your Man (Soutiens ton homme) : « Si tu l’aimes, tu vas lui pardonner. Même s’il est difficile à comprendre. Et si tu l’aimes, oh, sois fière de lui. Parce que, après tout, ce n’est qu’un homme… »

« Don’t stand by your man, please », écrivait récemment Marina Gorbis sur le site du magazine Forbes, s’adressant à Anne Sinclair. La directrice d’Institute for the Future, organisation californienne consultée par les plus grandes entre-prises, lui reprochait d’avoir fermé les yeux sur les agissements de son mari. Avec la conséquence qu’il est aujourd’hui accusé de viol. « Je suis en colère contre ces femmes qui ne tiennent pas compte des signaux d’alarme. Moins d’aveuglement éviterait de faire souffrir d’autres femmes. »

Dans le cas de DSK, il y avait eu de multiples signaux. En 2002, la journaliste Tristane Banon avait déclaré que ce « chimpanzé en rut » l’avait agressée. La députée française Aurélie Filipetti, elle, avait dû repousser ses avances très insistantes. Elle redoutait ensuite de se retrouver seule dans la même pièce que lui. Des dizaines d’autres incidents circulant sous le couvert de l’anonymat éclatent aujourd’hui au grand jour. « Dans les soupers en ville où je vais, je n’entends que des histoires à propos du comportement odieux de DSK avec les femmes », raconte Denise Bombardier, jointe au téléphone à Paris. « Hier encore, les maquilleuses d’une émission de télé me disaient combien elles étaient terrifiées quand DSK était invité, car il essayait sans cesse de leur mettre la main au c… »

Interviewée en 2006 par l’hebdomadaire français L’Express sur la réputation de séducteur de son mari, Anne Sinclair disait pourtant ne pas s’en faire. « J’en suis plutôt fière! C’est important de séduire, pour un homme politique. Tant que je le séduis et qu’il me séduit, cela me suffit. »

Silda et Eliot Spitzer


 
Silda et Eliot Spitzer

Louise Grenier n’est pas étonnée. Psychologue et psychanalyste, elle est spécialiste des relations hommes-femmes et auteure de Filles sans père, de Femme d’un seul homme et des Violences de l’autre (Quebecor). « J’ai eu des patientes qui ont découvert des infidélités de leur homme, dit-elle. Dans le fond, elles le savaient mais ne voulaient rien voir. Pour plusieurs raisons : dépendance affective ou sexuelle, soumission, insécurité, espoir qu’il allait changer. Comme si l’épouse acceptait les maîtresses occasionnelles, à condition qu’elle-même reste l’élue, l’Unique. Les femmes qui aiment sont prêtes à accepter beaucoup de choses… »

On ne sait rien de leurs pensées intimes, de leur douleur, de leur humiliation, de leur peine et sans doute aussi de leur colère, ajoute la psychologue.

Alors, souvent, elles restent. « Pour le maintien de la famille, primordial pour une femme », dit l’avocate Anne-France Goldwater, qui a représenté « Lola » dans son procès contre « Éric », le milliardaire. « Elles veulent sauvegarder le noyau familial, le protéger contre les perturbations, protéger les enfants… »

Janette Bertrand, qui a beaucoup réfléchi à la vie de couple, va dans le même sens. « Ces femmes sont intelligentes, dit-elle. Elles se demandent ce qu’elles gagneraient à quitter leur homme et ce qu’elles perdraient. Celles qui restent le font parce qu’elles y trouvent leur intérêt. Le mariage, c’est plus que l’amour. C’est tout ce que tu as construit, ta vie familiale, ta vie sociale, financière. Ces femmes n’ont pas envie de tout perdre et, souvent, elles n’ont pas les moyens de tout perdre. »

David Vitter et sa femme, Wendy


 
David Vitter et sa femme, Wendy

Denise Bombardier, qui connaît personnellement Anne Sinclair – « Enfin, je croyais la connaître » –, s’explique mal l’aveuglement de cette dernière face à un homme qui la trompait effrontément. « Hillary Clinton avait des ambitions. Mais Bill Clinton, c’est de la sexualité infantile comparativement à DSK. Je ne parle même pas de ce qui s’est passé ou non dans la chambre d’hôtel new-yorkaise. Je parle de son comportement à lui avec les autres femmes, tout le temps, partout, même en présence de sa propre épouse. »

La journaliste et auteure féministe Pascale Navarro (Les femmes en politique changent-elles le monde?, Boréal) ne jette pas l’anathème sur ces femmes : on devrait leur accorder le bénéfice du doute, selon elle. « C’est une question de vie privée qui appartient non pas juste à la femme, mais au couple, déclare-t-elle. Ces couples ont leurs raisons, et ces raisons-là ne nous appartiennent pas. » Wendy Vitter, elle, a donné les siennes. À la conférence de presse où David Vitter, un sénateur républicain connu pour ses prises de position puritaines, admettait avoir fait appel à un réseau de prostituées, Wendy, sa femme, la mère de leurs quatre enfants, a pris la parole – à la surprise de tous. « Pardonner, a-t-elle affirmé, n’est pas facile, mais c’est ce que je devais faire. »

Selon Janette Bertrand, ce n’est pas désagréable d’être la victime. « Dans ce genre d’histoire, la femme a le beau rôle, dit-elle. C’est celle qui semble forte, qui reste debout, la tête haute, c’est celle qui pardonne… »

Pardonner une infidélité, soit. Mais un crime?

Pour tout savoir en primeur

Inscrivez-vous aux infolettres de Châtelaine
  • En vous inscrivant, vous acceptez nos conditions d'utilisation et politique de confidentialité. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.