Soins du visage et du corps

Autobronzants et taches brunes

« Les autobronzants accentuent-ils les taches brunes ? »

Les autobronzants contiennent du DHA, un actif ayant le pouvoir de stimuler la production de mélanine, elle-même responsable du brunissement de la peau. Le DHA est tout à fait sécuritaire et agit sans discrimination, fonçant au passage la surface de la peau. Sous sont action, les grains de beauté et les taches pigmentaires gagnent en contraste et tendent, eux aussi, à ressortir plus foncés qu’ils ne le sont en réalité. Un changement de la peau qui pour certaines personnes – les rousses en tête – peut devenir cauchemardesque.

Pour espérer obtenir un hâle uniforme via un autobronzant, il faut avant tout traiter sa peau marbrée avec un soin dépigmentant, sorte de détachant aussi appelé « produit blanchissant ». Toutes les grandes marques en proposent (Shiseido, RoC, Lancôme, Clinique, etc.). À base d’agents éclaircissants tels que la réglisse, la glucosamine, la vitamine C, l’acide glycolique, le rétinol ou l’hydroponin, ces formules freinent la montée de la mélanine, illuminent le teint et atténuent l’apparence des taches déjà existantes. Comme la réaction n’est pas instantané, il faut s’astreindre à la tâche sur une base quotidienne et compter plusieurs mois avant de percevoir des résultats. De plus, ce n’est pas miraculeux et à l’heure actuelle, on arrive à diminuer de 50 % le contraste des tavelures.

En attendant, celles qui espèrent atténuer les taches pigmentaires avant de s’enduire d’autobronzant peuvent toujours se rabattre sur un truc maison qui consiste à frotter la chair d’un citron sur la peau marbrée. Les acides du fruit, en pratiquant une exfoliation enzymatique de la couche cornée, permettraient alors de gommer les taches sommaires ou à tout le moins, d’en réduire le contraste.