Blogue de la rédac

Hors de ma vue, objets inutiles!

À trois semaines d’un déménagement, je constate qu'environ le quart du contenu de chaque armoire ne mérite pas une place dans mon nouveau chez moi.

Dans l’édition du mois de mars de Châtelaine, ma collègue Louise Gendron déclarait la guerre aux objets. En essayant de caser une machine à popcorn dans ses nouvelles armoires est né un plan de campagne pour se débarrasser de tous ces trucs qui occupent inutilement de l’espace physique, mais aussi de l’espace mental!

À trois semaines d’un déménagement, je constate qu’environ le quart du contenu de chaque armoire ne mérite pas une place dans mon nouveau chez moi.

Des vêtements trop grands, trop petits, plus au goût du jour. Un pot-pourri nauséabond reçu en cadeau. Des magazines (beaucoup de magazines!). Les napperons que la belle-mère nous a donnés. Des vieux costumes d’Halloween qu’on ne reportera pas. La tasse à mesurer qui ne mesure plus rien parce que ses indications sont effacées. Les médicaments périmés et la bouteille de shampoing qui traîne au fond de l’armoire depuis plus de 5 ans. Sans parler du contenant plein de batteries qu’on sait qu’on doit recycler à un endroit précis, et du vieux matériel électronique qui ne devrait pas se retrouver à la poubelle, ni au recyclage, et donc qui traîne.

D’abord, qu’est-ce qu’on fait avec tout ça?

  • On le donne : À un organisme de charité, un ami, un voisin.
  • On le vend : Sur un site de petites annonces, lors d’une vente-débarras, en envoyant un courriel à nos connaissances.
  • On le recycle au bon endroit : Les batteries, le matériel informatique, la peinture, les tissus. La plupart des objets désuets peuvent être recyclés, il suffit de savoir où les envoyer. Le site de Recyc-Québec peut nous guider.
  • On échange : On organise une soirée entre copines ou un midi entre collègues pour échanger des livres ou des vêtements!

Ensuite, comment s’y prendre pour ne pas avoir à recommencer cette tâche fastidieuse à chaque grand ménage?

On se pose les bonnes questions avant d’acheter un objet, on épure régulièrement nos armoires et nos classeurs et on n’hésite pas à partager avec nos proches.

L’objet inutile aux yeux des uns fait souvent le bonheur des autres!

DÉPOSÉ SOUS: