C'est dans le Web

Objet : N’ouvre pas ce courriel

Il y a eu des moments dans ma vie, où j’aurais vraiment eu besoin d’un logiciel anti-courriels compulsifs nocturnes.

– Voulez-vous vraiment envoyer ce message à (‘name’) ?
– Avertissement : la dernière fois, vous l’aviez regretté le lendemain…  

– Est-ce que (‘name’) a vraiment besoin de recevoir ce message à 2h45 du matin? (Boutons Non/Non)
– Erreur :  La touche « envoyer » est verrouillée
– Erreur :  La touche « envoyer » est verrouillée
– Erreur :  La touche « envoyer » est verrouillée
– Erreur :  « Désinstaller » ne fonctionne pas après 00:00
– Erreur :   Le changement d’heure de votre ordinateur est interdit entre 00:00 et 08:00
– Attention: Votre système s’éteindra d’ici 0.5 secondes
– Allez, brosse tes dents et va rêver à lui idiote !

Si au travail, j’ai appris à contrôler mes impulsions de courriels incendiaires en laissant dormir le premier brouillon radioactif au moins 24 heures, la nuit, mon inspiration était parfois en mal de censure.

J’aime écrire. C’est encore plus beau d’écrire pour quelqu’un que l’on aime ou du moins, que l’on croit aimer. L’écrit ne traduit-il pas mieux la profondeur de nos sentiments? Le geste est noble et libérateur! (soupirs et battements de cils).

Au milieu de mes fantasme romanesques, il m’aura fallu au moins vingt ans pour comprendre une notion temporelle élémentaire : un message écrit à deux heures AM a 99% de chances d’être ouvert le lendemain matin. Et si le destinataire est comme moi, il vérifie ses courriels, avant même d’avoir pris une douche, ou bu son premier café.

Un matin, la même fille qui a écrit des centaines de pages de courriels fleuves à ces vieux amours, est restée bouche bée, un toast froid dans la main. Outch! C’est vraiment brutal de se réveiller sur les états d’âmes, les doutes et l’autopsie psychanalytique d’une relation morte née!

Bien entendu, ce genre de courriel vous rentre dedans à n’importe quelle heure de la journée. Mais quand on vous balance une énigme impossible à résoudre au petit matin, ça annonce une longue journée au boulot!  D’autant plus que je ne suis pas très matinale. Il faut vraiment se lever tôt pour argumenter avec moi le matin : « Oui mon chéri, Pas de problème, Bonne journée chéri! » Et le soir : « Quoi?! J’ai dit ça moi? J’avais les yeux ouverts quand j’ai dit ça? »

Je n’ai pas encore trouvé un logiciel qui bloque les courriels irraisonnables. Mais je demande sincèrement pardon à tous les hommes que j’ai trop aimé la nuit…par écrit. Oui je sais, j’étais et je suis encore parfois un peu « trop ».

Je vous laisse sur une chanson à écouter en boucle la nuit. 
« J’ai dans les bottes des montagnes de questions, où subsiste encore ton écho. »