Générale

Deux ou trois choses que je sais d'elle

Tous égaux devant la mort? Pas certaine du tout.

Pour moi, pas un jour depuis la mi-trentaine sans que je n’essaie (et j’oublie souvent) de calquer ma vie sur ses enseignements. Loin d’être macabre, elle donne une toute autre couleur à ma vie, mes réactions. Lorsque j’y manque, lorsque je la néglige, je pense « petit », trop centrée sur l’immédiateté, mon nombril et les drames du jour.

J’aime les gens qui s’occupent de la mort, tendent à lui donner un sens.

Cet après-midi, l’émission radiophonique Vivre jusqu’au bout se penche à son chevet. Une enquête sur deux continents avec des dizaines d’intervenants qui nous expliquent la mort, tant philosophes que médecins, sociologues qu’écrivains. La série se divise en cinq volets, toute la semaine. Le genre d’émission qu’on réécoute la nuit en baladodiffusion et en silence.

Un livre accompagne également la série où l’on retrouve plusieurs entrevues et quelques textes (dont le mien). J’ai été séduite cette nuit par celui de Suzanne Jacob et le pragmatisme doux de Pierre Légaré. Voilà comment je soigne mes insomnies, la mort du sommeil.

Bref, un sujet pas sexy du tout mais qui donne un sens à la vie. Si vous en voulez une couche supplémentaire, j’ajoute que le fiancé se régale depuis un mois à la lecture du recueil de poésie J’Partirai de François Hébert (éditions du Passage). 100 poèmes, 100 poètes québécois, certains morts et célèbres, certains encore vivants et inconnus. Tirage confidentiel, propos universel.

ps: Vivre jusqu’au bout n’est pas disponible en balado. Mais est rediffusé le soir à 22h et disponible sur le site de l’émission.